• Bienvenue sur Mawarid.ma
  • Accueil
  • Inscription
  • |
  • Centre de documentation
  • |
  • Publier un document
  • |
  • Forums
  • |
  • Qui sommes-nous ?
  • |
  • Contact
  • Bonjour cher(e) visiteur, veuillez vous Identifier pour accéder au service de téléchargement !

    Espace Membres

    Identifiant :

    Mot de passe :

    Mot de passe oublié ?
    La méthode Activity-Based Costing (ABC) entre échec et réussite
     
    acceder au document
    Auteur : ENCG Agadir
    Date de publication : 20-Mar-2017
    Nombre de Pages : 5
    Taille du fichier : 1.82 MB
    Format : .Pdf
    Nombre de téléchargements : 90
    Note :  note (0 votes)

    Description et extraits du document

    Plusieurs entreprises se sont précipitées à adapter le système de calcul de coût par activités. Cependant, les résultats pratiques montrent de plus en plus la faille que cette méthode présente par rapport à la théorie, déclenchant ainsi un débat sur les éventuelles causes de cet échec.
    1- Les intérêts et les avantages d'une comptabilité par activités
    Comme on pourrait le constater dans la première partie, la mise en oeuvre de l'Activity-Based Costing est une démarche assez longue et complexe, mais ceci afin de garantir à la comptabilité par activités certains avantages tel que : L'ABC présente une méthode de calcul de coût de revient, traduisant le plus fidèlement possible l'allocation des ressources par produit, et surtout une meilleure maîtrise des coûts indirects. La comptabilité par activité ouvre les opportunités a la gestion des coûts et des performances. En effet, l’activité constitue le cadre le plus pertinent pour mesurer la qualité et le délai, deux critères qualitatifs important dans la décision d'achat du consommateur dans une économie mondialisée. La conception de l'entreprise en tant que réseau d'activités favorise la logique de coordination indispensable dans l'élaboration des budgets. Et de ce fait, on aura un modèle qui traduit le plus fidèlement possible les mécanismes de productivité et donc un outil efficace de prévision et d'anticipation. Cette méthode évite d'une part, le phénomène de refacturation interne et cela par le fait que les centres fournisseurs et les clients externes ou internes sont parfaitement identifiables, d'autre part, elle élimine le gaspillage par une meilleure identification des liens de causalité entre coût et ressources.
    2- Les limites de la méthode ABC
    Depuis quelques années, les managers ont recouru au système ABC pour faire face à certaines difficultés: des frais généraux en augmentation vertigineuse, des effectifs en décroissance, des coûts opaques et des bénéfices en perpétuelle diminution. Leurs objectifs implicites étant d'avoir un système de calcul de coût de revient fiable et dans des délais relativement courts qui leur permettent une prise de décision adéquate tel que: l'abandon d'un produit, la diminution ou l'augmentation du prix de vente, un choix de sous-traitants etc. Cependant, on se demande si la comptabilité par activités, avec tous ses avantages, arriverait ou non à réaliser l'objectif essentiel de ceux qui l'ont adopté. En se référant à un sondage élaboré par l’IMA, on constate que 41% des entreprises se servent d'un système d'ABC. les 59% restantes se servent d'autres méthodes pour améliorer leur pratique de gestion de coûts. Il démontre aussi que 81% des entreprises sondées n'avaient pas encore réalisé d'amélioration de leurs bénéfices grâce à la mise en oeuvre de l'ABC. Par ailleurs, une autre étude converge sur la même idée et indique qu'à peine une application ABC sur trois engendre réellement une rentabilité accrue. Cet échec alarmant fait l'objet de nombreuses critiques et questions concernant la validité de l'ABC et les causes de non-aboutissement à ses objectifs. Pour justifier cet échec, les avocats de l'ABC arguent que les entreprises ne se sont pas servies convenablement des informations fournies pour pouvoir tirer profit de cette méthode; De ce fait il s'agit plutôt d'un échec d'application du système d’ABC. Cependant, et en se basant sur les sondages effectués, il s'avère que sur le plan pratique, l'ABC semble techniquement répondre aux attentes des entreprises; Ainsi une analyse basée sur les activités fournit non seulement un coût de revient pertinent, mais aussi des opportunités d'amélioration potentielles des performances des entreprises; (exemple élimination des activités sources de gaspillage ou inefficacité). La raison principale citée par les entreprises sondées est plutôt l'échec de l'organisation à agir en conséquence des informations fournies par l'ABC. De ce fait, la méthode de la comptabilité par activités procure en définitif une analyse rationnelle et aisément compréhensible de la formation du résultat. Mais elle fournit peu de levier pour améliorer ce résultat global. Ainsi, un projet ABC, soulève constamment le problème de la réduction et la maîtrise des coûts; Mais si la connaissance des coûts est un préalable, elle n'est pas suffisante: une autre approche, d'autres outils, et d'autres méthodes sont nécessaires pour entreprendre un processus de maîtrise des coûts. Parallèlement au débat sur les éventuelles causes de l’échec de l’ABC, l'Activity-based Management trouve de plus en plus d'ampleur comme étant une nouvelle philosophie de management qui fait appel à des outils et techniques de gestion polyvalents.

    Autres documents pouvant vous intéresser


    Auteur Commentaire
    Business Plan

    Appel à contribution

    Suite à la proposition formulée par de nombreux membres de notre communauté, nous vous invitons vivement à consacrer un peu de votre temps pour commenter et noter les documents que vous téléchargez sur mawarid.
    Cette action aura le grand intérêt de renseigner les autres membres, à priori, sur la qualité des documents présents sur la plateforme et orienter leurs choix.
    Comptons énormément sur votre habituelle collaboration.