• Bienvenue sur Mawarid.ma
  • Accueil
  • Inscription
  • |
  • Centre de documentation
  • |
  • Publier un document
  • |
  • Forums
  • |
  • Qui sommes-nous ?
  • |
  • Contact
  • Bonjour cher(e) visiteur, veuillez vous Identifier pour accéder au service de téléchargement !

    Espace Membres

    Identifiant :

    Mot de passe :

    Mot de passe oublié ?

    Mawarid.ma en chiffres

    44 rubriques
    5.000 documents
    65.000 membres
    Optimisation de la gestion du risque de change chez la Copag - Rapport de stage
     
    acceder au document
    Auteur : ENCG Agadir
    Date de publication : 10-Aug-2017
    Nombre de Pages : 95
    Taille du fichier : 1012.47 KB
    Format : .Pdf
    Nombre de téléchargements : 271
    Note :  note (0 votes)

    Description et extraits du document

    Introduction : Depuis l’indépendance, l’agriculture au Maroc a été un secteur stratégique pour le développement socio-économique du pays. Elle occupe une place primordiale dans l’économie marocaine par une contribution de 16% à 18% au Produit Intérieur Brut (PIB) national, 30% aux exportations et l’emploi de 40% de la population active. La survenance de plusieurs facteurs en 2008, notamment la crise alimentaire mondiale, le changement climatique, et la hausse des prix des produits agricoles, ont mené le Maroc à revoir sa stratégie agricole et la mise en place d’un nouveau « Plan Maroc Vert » qui a pour finalité de rendre l’agriculture un principal moteur de croissance de l’économie dans les années prochaine. Les objectifs tracés dans le cadre de ce plan sont au nombre de quatre à savoir : l’amélioration des revenus des agriculteurs, la garantie de la sécurité alimentaire, la protection des ressources naturelles des différentes régions, et l’intégration de l’agriculteur marocain au marché national et l’amélioration sa compétitivité sur le marché international. Le plan Maroc Vert vise également, l’appui et le renforcement des associations et des coopératives agricoles. La Coopérative Agricole de Taroudant (COPAG), pour son sucée remarquable, a été citée dans ce plan. Cette dernière a été crée en 1987 par 39 producteurs de la région, en tant que première coopérative pour le conditionnement et la commercialisation des agrumes. Aujourd’hui, elle est l’un des acteurs importants sur le marché national. Son activité s’est organisée autour de trois domaines de compétence : la production animale, végétale et les services rendus aux adhérents. L’expansion de l’activité de COPAG sur le plan national est caractérisé par l’augmentation des ses part de marché en offrant des produits laitiers et jus, sous sa marque « Jaouda » reconnus pour sa qualité et son originalité, en plus de la commercialisation des agrumes et des primeurs sur la marché international notamment : l’Union Européenne, l’Angleterre, la Russie la Chine, les Pays de Golf, les Etats Unis, et le Canada. De même qu’elle exporte sur plusieurs destinations, COPAG compte également plusieurs sources pour son approvisionnement en matières premières ou en produits de base, et en équipements industriels nécessaires pour la modernisation de ses unités de production. La coopérative agricole en tant qu’un acteur économique intervenant dans le commerce international, et dont la majorité de ses achats sont exprimés en devises, n’est pas à l’abri du risque financier et particulièrement le risque des changes. Le risque des changes reste donc une réalité pour toutes les entreprises qui développent des échanges commerciaux dans un contexte de concurrence toujours plus vive, et qui nécessite une meilleure maîtrise des marges et une bonne gestion visant l’optimisation des recettes et des dépenses en devise. A cet égard, toute entreprise exerçant un grand nombre des transactions avec l’étranger, tel est le cas de la COPAG, doit mettre en place une politique de gestion des risques de change active, pour accroitre ses marges bénéficiaires, et pouvoir agir avec justesse dans le choix de ses modes de couverture contre des éventuelles pertes, ou encore pour pouvoir bénéficier des gains possibles. Dès lors, le défit majeur lancé aux entreprises modernes est d'établir et de consolider une politique de couverture des risques de change viable dans un environnement économique et financier en constante évolution. Conscient de l'impact des risques de changes dans les transactions commerciales et financières des entreprises, je me suis intéressée à l'approfondir dans le cadre de mon projet de fin d’étude. Ainsi, "L’optimisation de la gestion du risque de change" sera le thème traité lors de ce rapport, pour arriver à répondre à la problématique suivante: Comment la COPAG gère-t-elle son risque de change et quels instruments financiers peut-elle intégrer dans sa boite à outils pour une meilleure gestion de celui-ci ? Notre objectif est de traiter alors, la démarche de gestion des risques de change à travers ses différentes phases, aborder ensuite , les différents instruments de couvertures à la fois internes et qu’externes, et de montrer par la suite l'impact des instruments dérivés et si ces produits sont véritablement des outils efficaces qui viennent renforcer les outils déjà utilisés en interne par les entreprises telle que COPAG. Afin de traiter ces points, nous avons adopté une méthodologie descriptive et analytique qui s'articulera autour de trois chapitres. Le premier chapitre sera consacré à la présentation du marché de change. En suite nous traiterons le risque de change et le processus de sa gestion à travers ses différentes phases (identification, mesure et gestion), ainsi que les instruments de couverture, tout en distinguons les instruments internes des produits dérivés. Dans le second chapitre, nous allons essayer de présenter les particularités du marché de change marocain, la réglementation en vigueur, et les moyens de couvertures disponibles. En dernier lieu, après une présentation générale de la coopérative agricole des agrumes et des primeurs et de la direction financière, lieu de notre stage de fin formation, on traitera la gestion actuelle du risque de change au sein de la COPAG pour en conclure avec les axes d'amélioration proposés pour optimiser cette gestion.
    Conclusion : Il n'est pas surprenant de rappeler que la conclusion de ce modeste travail n'est qu'un achèvement de l'analyse déjà faite tout au long de la réalisation de ce rapport. Ceci dit, cette analyse est loin d'être immuable ou exhaustive, au contrario, elle est ouverte aux modifications, aux suggestions des intéressés, et aux rectifications des spécialistes. Nous nous sommes efforcés à ce que cette conclusion soit ouverte que récapitulative. Ouverte sur les axes d'amélioration que peuvent apporter les nouvelles donnes dans le domaine de la gestion du risque de change et qui sont désormais les mots d'ordre en la matière. En effet, dans un environnement turbulent, versatile et changeant, la COPAG est tenu d'intégrer les techniques actuelles de couverture dans sa "boite à outils" pour une meilleure couverture du risque de change, tout en gardant les yeux ouvertes sur les opportunités que peut déceler le marché des changes marocain et la réglementation en vigueur, en vue d'une optimisation de sa gestion dans ce domaine. Avant de faire recours à ces techniques, elle est appelée tout d’abord d’adopter une stratégie de couverture des risques de change et mettre en place une procédure régissant les opérations de change depuis le déclenchement du besoin jusqu’au dénouement du risque de change. Cette procédure permettra une amélioration de la gestion interne des risques de change, et le choix des instruments financiers adéquats en fonction de la stratégie adoptée. Somme toute, la gestion du risque de change demeure un pilier d'amélioration au sein de la COPAG, qui connait une expansion continue de son activité et une concurrence féroce , avec l'arrivée de nouveaux opérateurs sur le marché, d'autre part, à rester à l'écoute et à la veille du marché des changes pour tirer profit de l'émergence de nouvelles donnes sur le marché marocain, et pourquoi pas faire appel aux techniques les plus sophistiquées qu'offrent les places financières internationales et que le marché national ne prévoit pas malheureusement. In fine, l'apophtegme dit "Vaut mieux prévoir et agir que subir et gémir.
    Sommaire du rapport de stage :
    Chapitre I : le marché de change : risques de change et instruments de couverture
    Section 1 : le marché du change
    Les intervenants
    Les cotations des devises
    Les composants des marchés de change
    1. Le marché de change au comptant
    2. Le marché de change à terme
    3. Le marché du dépôt
    Section 2 : le risque du change
    Définition des risques de change
    Les types des risques de change
    1. Le risque de consolidation
    2. Le risque de consolidation
    3. Le risque de consolidation
    Section 3 : La gestion du risque des changes
    Identification du types des risques de change
    1. Typologie
    2. La nature
    La prévision de la fluctuation des cours de change
    1. L’analyse fondamentale
    2. L’analyse technique ou graphique
    Les stratégies de couverture
    1. Les clés du succès d’une stratégie de couverture
    2. La non-couverture des risques de change
    3. La couverture sélective
    4. La couverture systématique
    L’évaluation de l’exposition au risque
    Les instruments de couverture des risques
    Les instruments de couvertures internes
    1. Les instruments de prévention du risque de change
    a. Le choix de la devise de facturation
    b. Le règlement au comptant
    c. L’ouverture d’un compte en devise
    2. Les mesures de réduction du risque de change
    a. Le termaillage
    b. La compensation ou le netting
    c. Les clauses d’indexation
    3. Les instruments de couvertures externes
    Le recours à l’assurance
    L’avance en devise
    Le recours aux marchés financiers
    1. la couverture sur le marché monétaire
    a. les prêts en devise
    b. les emprunts en devise
    2. la couverture sur le marché à terme
    a. Les contrats à Les contrats à terme
    b. Les contrats futures
    3. la couverture par les options
    a. le mécanisme du fonctionnement
    b. les stratégies de base d’une option
    c. les apports et les limites d’une option
    Chapitre II : le marché de change marocain
    Section 1 : les dates clés et réglementation
    Section 2 : les particularités du marché de change marocain
    1. Les opérations au comptant
    2. Les opérations à terme
    3. Les opérations de dépôt
    Section 3 : les particularités instruments de couvertures disponibles
    1. Les opérations à termes
    2. Les contrats de swaps
    3. Le change au comptant
    Chapitre III : Optimisation de la gestion des risques de change au sein de la COPAG
    Section 1: La méthodologie
    Section 2: Présentation générale de la COPAG
    Section 3: Optimisation de la gestion des risques de change de la COPAG
    Les opérations traitées en devises
    Identification du types de risque encourus
    Mesures et quantification du risque de change transactionnel
    1. Manifestation du risque au niveau comptable
    2. Degré d’exposition du COPAG u risque de change
    3. Position de change
    4. Quantification du risque de change
    Lecture de l’évolution du MAD face aux devises
    1. Fluctuation du MAD/EUR durant la compagne
    2. Fluctuation du MAD/USD durant la compagne
    La stratégie de couverture du COPAG
    Processus de l’Optimisation de la gestion des risques de change de COPAG
    1. Identification
    2. Détermination de la position nette
    3. Adoption d’une stratégie de couverture
    4. Couverture du risque des changes
    a. Amélioration de la gestion interne des risques
    b. Application des instruments externes
    5. Contrôle de la procédure de gestion des risques
    Conclusion
    Bibliographie

    Autres documents pouvant vous intéresser


    Auteur Commentaire
    Business Plan

    Annuaire

    Les Etudes Supérieures au Maroc