• Bienvenue sur Mawarid.ma
  • Accueil
  • Inscription
  • |
  • Centre de documentation
  • |
  • Publier un document
  • |
  • Forums
  • |
  • Qui sommes-nous ?
  • |
  • Contact
  • Bonjour cher(e) visiteur, veuillez vous Identifier pour accéder au service de téléchargement !

    Espace Membres

    Identifiant :

    Mot de passe :

    Mot de passe oublié ?
    Le calcul du taux de change effectif nominal et réel du Dirham
     
    acceder au document
    Auteur : Ministère des Finances
    Date de publication : 27-Aug-2009
    Nombre de Pages : 19
    Taille du fichier : 291.9 KB
    Format : .Pdf
    Nombre de téléchargements : 82
    Note :  note (0 votes)

    Description et extraits du document

    L’analyse de la compétitivité-prix d’un pays s’appuie traditionnellement sur la mesure du taux de change effectif réel (TCER)1 de sa monnaie. A cet égard, et compte tenu du contexte d’ouverture du Maroc sur l’extérieur, le suivi de la compétitivité économique, particulièrement la compétitivité-prix, devient primordial. A cet effet, la Direction de la Politique Economique Générale (DPEG) a procédé, depuis 1996, au calcul des indices de taux de change effectif du dirham par rapport à l’ensemble des principaux partenaires commerciaux du Maroc, en l’occurrence la France, l’Espagne, l’Italie, le Japon, l’Allemagne, les Etats-Unis, le Royaume Uni, la Belgique, les Pays-Bas, la Suisse, la Turquie, le Canada, la Grèce et le Portugal. Cependant, la mesure des taux de change effectifs par rapport à cet échantillon de pays est devenue trop limitée car elle ne permet pas de prendre en compte l’ensemble des pays de la zone euro, avec lequel les échanges commerciaux devraient être consolidés suite à l’accord d’association entre le Maroc et l’Union Européenne. Elle ne permet pas non plus de considérer les pressions concurrentielles exercées par certains pays émergents sur les marchés d’exportation traditionnels du Maroc, particulièrement après les dévaluations compétitives opérées depuis 1997 à l’issue de la crise financière en Asie. C’est ainsi que le champ des pays initialement pris en compte dans le calcul des taux de change effectifs nominaux et réels du dirham a été élargi afin d’inclure, d’une part, d’autres pays membres de l’Union européenne et, d'autre part, des économies d’Europe de l’Est, d’Asie et d’Amérique latine, ainsi que des pays suffisamment représentatifs de chaque zone géographique. Les pays retenus représentent 78% et 84% respectivement des importations et des exportations du Maroc en 2000.
    Le système de pondération utilisé tient compte des relations commerciales et concurrentielles du Maroc avec les pays de l’échantillon. Le poids à l’importation de chaque pays correspond à sa part dans le total des importations marocaines. Les exportations subissent une double pondération afin de prendre en considération la part de chaque pays dans nos exportations et la concurrence subie par les exportateurs marocains sur les marchés étrangers de la part des producteurs locaux et des exportateurs des pays tiers. Concernant le taux de change du dirham, il y a lieu de souligner que notre monnaie nationale dépend largement des niveaux enregistrés, sur les marchés internationaux de change, de l’euro et du dollar. Ainsi, à toute appréciation (dépréciation) de l’euro par rapport au dollar, le dirham réagit de la même manière face à la monnaie américaine, c’est-à-dire une appréciation (dépréciation), et inversement vis-à-vis de la monnaie unique, c’est-à-dire une dépréciation (appréciation).

    Autres documents pouvant vous intéresser


    Auteur Commentaire
    Business Plan

    Appel à contribution

    Suite à la proposition formulée par de nombreux membres de notre communauté, nous vous invitons vivement à consacrer un peu de votre temps pour commenter et noter les documents que vous téléchargez sur mawarid.
    Cette action aura le grand intérêt de renseigner les autres membres, à priori, sur la qualité des documents présents sur la plateforme et orienter leurs choix.
    Comptons énormément sur votre habituelle collaboration.