• Bienvenue sur Mawarid.ma
  • Accueil
  • Inscription
  • |
  • Centre de documentation
  • |
  • Publier un document
  • |
  • Forums
  • |
  • Qui sommes-nous ?
  • |
  • Contact
  • Bonjour cher(e) visiteur, veuillez vous Identifier pour accéder au service de téléchargement !

    Espace Membres

    Identifiant :

    Mot de passe :

    Mot de passe oublié ?
    La pratique du contrôle de gestion au sein des Ciments du Maroc - Rapport de stage
     
    acceder au document
    Auteur : ENCG Agadir
    Date de publication : 10-Mar-2017
    Nombre de Pages : 79
    Taille du fichier : 1.65 MB
    Format : .Pdf
    Nombre de téléchargements : 1210
    Note :  note (0 votes)

    Description et extraits du document

    La société Ciments du Maroc s’est engagée depuis un demi-siècle dans les grands chantiers du royaume surtout dans le sud. L’entreprise et ses filiales poursuivent des stratégies orientées vers un engagement environnemental et sociétal tout en poursuivant sa principale stratégie économique dans une concurrence rude du secteur. Le contrôle de gestion au sein de Ciments du Maroc et comme dans toute entité a comme objectif, d’assister la direction générale dans la prise de décision en fournissant des informations fiables et crédibles. Ce service a comme mission principale l’analyse et la mesure de l’activité de l’entreprise ; ainsi que la poursuite des objectifs visés par le top management en terme de performance. Pour ce faire, il dispose d’un certain nombre d’outils déjà mis en place, qui lui permettent d’assurer le suivi de l’activité cimentière pour faire face à la conjoncture économique. Dans ce cadre, notre étude cherchera de mettre à disposition de l’entreprise un outil de simulation de l’Excédent Brut d’Exploitation (Gross Operating Profit) de l’activité cimentière. Il permettra de modéliser les résultats de l’entreprise afin de pouvoir mesurer les différents effets (prix, volume et performance).Cet outil est composé de modèles de calcul du chiffre d’affaires et des coûts relatifs à chaque phase du processus de fabrication du ciment. Ce qui permettra de faire des projections théoriques, en intégrant les différents facteurs pouvant influencer la constitution des résultats. Toutefois, on ne peut pas avancer dans notre étude théorique sur cette thématique sans évoquer la discipline mère le contrôle de gestion, actuellement considéré comme activité indispensable pour chaque entreprise. Cette discipline propose et élabore des outils de gestion au service du management de l'organisation. Le contrôle de gestion vérifie aussi si les objectifs que sous-tend la stratégie choisie sont bien suivis, à travers des tableaux d'indicateurs qui peuvent mêler des données financières et des données statistiques issues de l'exploitation. Dans ce sens la gestion budgétaire s’insère par la prévision, la budgétisation et le contrôle budgétaire. Cette dernière évoque une notion importante qui relie les éléments constatés avec ceux préétablis tant pour le niveau d'activité que pour la production, les consommations, la nature du mix ou des résultats, cette notion est appelé l’écart.
    L’Excèdent Brut d’exploitation s’intègre aussi dans cette logique et cela puisque son calcul impute la comparaison du résultat réel avec celui budgétisé. Le système d’information est aujourd’hui un outil primordial dans le travail de chaque contrôleur de gestion en particulier et chaque acteur dans l’entreprise en général, la simulation s’intègre dans ce cadre puisqu’elle fournit un environnement favorable pour l’analyse et la simplification des calculs afin de ressortir les mesures nécessaires. L’objet de notre mémoire est d’étudier, à travers l’exemple de Ciments du Maroc, comment estimer l’EBE par la décortication des coûts variables du processus de fabrication du ciment. Et ensuite soustraire les données commerciales du chiffre d’affaires des charges variables calculés et de ceux qui sont fixes. Une fois l’EBE réel est calculé, il est comparé au budget pour en faire ressortir les effets des écarts. La caractéristique de ce modèle c’est sa prise en valeur de chaque coût que génère chaque étape du processus de fabrication du ciment. Ainsi ce modèle de simulation aidera la poursuite des performances et stratégies de l’entreprise appuyé sur des hypothèses et des prévisions afin d’appréhender le pilotage de l’organisation par la lecture des chiffres obtenus.
    Contexte général : Dans un environnement marqué par une forte mutation technologique et économique, les entreprises se voient confronter à des contraintes auxquelles elles doivent s'adapter. Ce nouveau contexte impose alors de nouvelles méthodes de travail et de production ainsi que plusieurs modifications organisationnelles que le contrôle de gestion doit accompagner. Il est indispensable d'élargir et d'adapter le système de contrôle de gestion à l'ensemble des activités en prenant en considération les visions stratégiques de l'entreprise. Le contrôle de gestion commence par l'analyse des coûts qui est conditionnée par la maîtrise du processus de la fabrication qui va aider à dégager les coûts de chaque étape et les paramètres qui doivent être pris en considération pour l’élaboration du simulateur (chiffre d’affaires, coûts variables, marge sur coûts variables, coûts fixes et effets des écarts).
    Problématique : Après avoir touché de près le processus de fabrication du ciment se pose les questions suivantes : Comment arriver à estimer l’un des importants éléments d’analyse en contrôle de gestion, l’EBE ? Comment un modèle de simulation facilitera-t-il l’analyse de l’EBE ? Quel rôle jouera ce modèle dans le pilotage des performances de l’entreprise par la maîtrise des effets des écarts ?
    Mission du stage : Elaboration d’un Modèle de simulation d’estimation et d’analyse de l’EBE pour la maîtrise des écarts.
    Section 1 : Présentation du simulateur
    I. Description générale : Le département contrôle de gestion au sein de ciment du Maroc comme l’a été déjà énoncé, a différentes missions notamment l’estimation, l’élaboration du tableau de bord budget et celui du volume et prix, ainsi que l’Etat de solde de gestion global (Flat : profit & loss). Ce service dispose de plusieurs outils mis en place pour assurer le suivi de l’activité cimentière. Mais l’élaboration d’un modèle de simulation du GOP (Gross operating profit) afin de faciliter l’estimation et l’analyse de l’Excèdent Brut d’Exploitation par maîtrise des coûts du processus de fabrication du ciment et calcul des effets des écarts, s’est avérée intéressante. Les éléments qui feront l’objet d’étude dans ce simulateur sont : Chiffre d’affaires ; Coûts variables ; Marges sur coûts variables ; Effets des écarts ; Excèdent Brut d’Exploitation. La modélisation va alors reproduire le fonctionnement du système existant. Il ne s'agit pas de recopier au plus près l'original, mais de considérer les seuls éléments pertinents de la dynamique analysée. Pour cela, au début on a décortiqué le processus de fabrication du ciment. Et ensuite énumérer les matières entrant dans ce dernier. Pour enfin mettre en place la simulation sur Excel. La première feuille d’Excel (Voir annexe 1), présente la méthodologie de travail du simulateur (case jaune : zone de saisie, case vert : zone de résultat). Elle expose aussi les formules de calcul de l’EBE et des effets. Le modèle est une représentation théorique actuelle basé sur des données historiques mais projeté sur le début du premier trimestre de 2013.
    II. Fiche représentative du simulateur : Le modèle de simulation permet d’avoir une idée globale des paramètres agissant sur l’estimation de l’EBE en fonction de la nature de l’activité de l’entreprise (production cimentière dans notre cas). Les données entrantes sont adaptées afin de faire ressortir les chiffres qui agissent sur le calcul de l’EBE. Ses calculs financiers se feront automatiquement et d’une façon sécurisé et facile sur un fichier Excel. Une fois le modèle est terminé l’utilisateur peut avoir en quelques minutes l’un des premiers éléments du compte résultat et parmi les important indicateurs du contrôle de gestion : l’EBE. Ce modèle est adapté parfaitement à la société Ciments du Maroc et ne pourra en aucun cas être calqué pour des sociétés du même domaine cimentier sauf modifications possibles. L'outil est très simple à utiliser il suffit d’avoir une idée sur les paramètres du modèles, les variables entrantes et sortantes et les résultats possibles.
    III. Les hypothèses de base : La réalisation des estimations à partir d’un modèle de simulation repose sur la définition d’un certain nombre d’hypothèses, qui régiront le cadre du travail. C’est dans ce sens, qu’il convient de tenir compte et de formuler des hypothèses caractérisant l’environnement économique, notamment en termes de disponibilités des ressources, de révision des prix des matières premières, du taux d’inflation… La réalisation du modèle de simulation repose sur un certain nombre d’hypothèses qu’il convient d’expliciter comme suit :
    - Hypothèse 1 : les coûts fixes ont été considérés comme données inchangeables car leur analyse est facile et se fait ligne par ligne ;
    - Hypothèse 2 : le travail a été fait sur la base d’une seule usine, malgré la différenciation entre les trois usines (Safi, Marrakech et Ait Baha) en termes d’infrastructures et de l’ancienneté mais la manière dont sont calculés les coûts de production reste la même;
    - Hypothèse 3 : la variation de stock a été négligée ;
    - Hypothèse 4 : quelques matières premières n’ont pas été prises en considération dans le processus de fabrication du ciment;
    - Hypothèse 5 : la phase pré-homogénéisation n’a pas fait l’objet de décortication des coûts dans le processus par contre une phase facultatif mais très demandeuse en matière première et énergie a été mise en équivalence, il s’agit du broyage coke;
    - Hypothèse 6 : la prestation de service ensachage n’a pas été prise en considération.
    IV. Points forts et points faibles du simulateur :
    1) Les points forts : L’industrie du ciment subit une pression croissante due à une demande d’amélioration de la qualité du produit, la législation sur le contrôle des émissions, ainsi qu’un marché concurrentiel en plein essor. Ce simulateur permettra : Minimisation des coûts en évaluant l’importance d’utilisation d’une hypothèse de variable vs une autre ; Planification à court terme ; Aide à la prise de décision ; Insérer une base de données active qui peut être exploité quotidiennement ; Améliorer les performances générales de l’entreprise.
    2) Les points faibles : Manque de temps pour développer un outil qui permet de prendre en compte tous les paramètres de fabrication du ciment.
    […]
    Conclusion générale : Au terme de ce rapport, nous pouvons dire que notre stage de fin de formation nous a permis d’approcher de près le rôle et l’importance du contrôle de gestion au sein d’une entreprise. Il est la base de toute analyse de la rentabilité, il permet d’apporter des solutions correctives. Il est pour cela nécessaire de réaliser un budget, d’analyser les écarts entre le réel et le budget et de s’appuyer sur un système d’information efficace. En effet comme nous avons pu le constater au cours du stage, la simulation des indicateurs de performance de l’entreprise est une nécessité. Tout d’abord nous avons fait une étude documentaire du thème, de la généralité jusqu’aux effets des écarts, afin de mieux appréhender notre mission, et pour se doter de moyen conceptuels nécessaire pour notre mission. Nous avons ensuite analysé les éléments qui font l’objet du modèle de simulation, nous avons pu modéliser l’Excèdent Brut d’exploitation ainsi qu’analyser les écarts relatifs. On a aussi essayé de faire une comparaison entre le budget inspirée des données théoriques, afin de montrer l’influence des changements sur la validité du modèle. En guise de conclusion, on peut synthétiser, en disant que le contrôle de gestion se base beaucoup sur l’analyse des coûts et de leurs origines pour cela ce modèle est venu pour décortiquer le processus de fabrication du ciment. D’autres parts ces trois mois de stage nous ont été une satisfaction dans la mesure où on a pu comprendre le système du contrôle de gestion dans son ensemble à travers l’analyse des indicateurs et des effets des écarts de Ciments du Maroc. Nous espérons que notre travail servira à l’entreprise comme un outil de contrôle de gestion répondant à ses attentes en matière d’analyse et de prise de décision. (Voir annexe 12)
    Référence bibliographiques
    - Le contrôle de gestion organisation, outils et pratiques 3° édition, Hélène Löning, Véronique Malleret, Jérôme Méric, Yvon Pesqueux, Ève Chiapello, Daniel Michel, Andreu Solé, DUNOD, 2008.
    - La maitrise des budgets dans l'entreprise, Henri Bouquin, 2001.
    - La pratique du contrôle budgétaire : mise en place d’une démarche de calcul des écarts Marsa Maroc.
    - Rapport consolidé Ciments du Maroc 2011.
    - Recherche sectorielle BMCE CAPITAL BOURSE, Décembre 2010 analyse & recherche Secteur cimentier, Entre surcapacité et potentiel de développement.
    - Note sectorielle – Ciment CFG Group, Août 2011 Le secteur du ciment au Maroc
    - Étude sur la concurrentiabilité du secteur du ciment rapport de synthèse 2012 SIS consultants.
    - Etude sur la concurrentiabilité du secteur du ciment volet 2, données déterminantes et indices de concurrentiabilité et/ou de non concurrentiabilité du marché.
    - Résultats 2011, Réunion des Analystes -Casablanca -11 Avril 2012.

    Autres documents pouvant vous intéresser


    Auteur Commentaire
    Business Plan

    Appel à contribution

    Suite à la proposition formulée par de nombreux membres de notre communauté, nous vous invitons vivement à consacrer un peu de votre temps pour commenter et noter les documents que vous téléchargez sur mawarid.
    Cette action aura le grand intérêt de renseigner les autres membres, à priori, sur la qualité des documents présents sur la plateforme et orienter leurs choix.
    Comptons énormément sur votre habituelle collaboration.