• Bienvenue sur Mawarid.ma
  • Accueil
  • Inscription
  • |
  • Centre de documentation
  • |
  • Publier un document
  • |
  • Forums
  • |
  • Qui sommes-nous ?
  • |
  • Contact
  • Bonjour cher(e) visiteur, veuillez vous Identifier pour accéder au service de téléchargement !

    Espace Membres

    Identifiant :

    Mot de passe :

    Mot de passe oublié ?
    Prévision et élaboration des budgets élémentaires au sein des Conserveries Doha
     
    acceder au document
    Auteur : ENCG Agadir
    Date de publication : 18-Mar-2017
    Nombre de Pages : 384
    Taille du fichier : 1.43 MB
    Format : .Pdf
    Nombre de téléchargements : 525
    Note :  note (1 vote)

    Description et extraits du document

    1. Prise de connaissance de la stratégie des Conserveries Doha
    La société Doha compte parmi les sociétés les plus dynamiques dans le domaine de l’agroalimentaire dans la région de Souss Massa Draa et bénéficie de la confiance des grandes marques européennes pour lesquelles, elle produit localement. A travers la formulation de sa mission, Doha a comme objectif principal l'aide à la création de valeur pour le groupe Bicha. Pour concrétiser cette mission, les C.M.Doha ont planifié dans son business plan des objectifs, à court, moyen et long terme. Ainsi, on pourrait présenter brièvement et globalement ces objectifs : Assurer la qualité des produits tout en essayant d’optimiser les coûts ainsi que la gestion du rendement des machines ; Innover et rester constamment à la recherche de la satisfaction des attentes et besoins des clients ; Maîtriser les stocks-sécurité des matières premières et produits finis, pour éviter les ruptures de stocks et donc éviter les coûts qui en résultent, mais également assurer l’approvisionnement en amont et en aval, pour garder un bon relationnel avec les fournisseurs et les clients ; Assurer une meilleure gestion du potentiel, y compris les ressources humaines, tout en répondant aux besoins de celles-ci (formation, développement, rémunération…) afin de les fidéliser ; Adopter une stratégie commerciale efficace permettant de satisfaire la clientèle (livraison à temps, minimisation du taux de retour, etc.), mais également optimiser les coûts de distribution au niveau national.
    2. Démarche d’implantation d’un système de gestion budgétaire
    D’une manière générale, le cycle budgétaire se compose de quatre phases : Les études préalables : La phase des études préparatoires part généralement d’une étude économique générale analysant quelle sera l’évolution de la conjoncture globale pour l’année à l’avenir et son incidence sur l’entreprise. Cette étude de conjoncture sera suivie d’un certain nombre d’autres analyses : Etudes de marchés approfondies pour les produits, les régions qui font problème. Prévision des ventes en fonction des études de marchés, des objectifs et la politique commerciale que l’entreprise entend suivre, de l’étude du passé et de l’environnement futur ; Prévision des frais commerciaux par unité vendue et des frais techniques tel que : le rendement des machines, la consommation des horaires ; Prévision des investissements à réaliser tel que : les entretiens, achats de matériels accessoires ; Prévision des conditions sociales : le personnel des services opérationnels doit être associé à cette phase préparatoire. Cela permettra d’accroitre son information et sa motivation.
    L’élaboration des variantes budgétaires et le choix de l’une d’entre elles : Les données de la phase précédente sont rassemblées par le service de contrôle de gestion puis agencées pour constituer un ou plusieurs projets budgétaires. Ces projets d’ensemble qui ne retiennent que les grandes masses sont élaborés en trois phases : Calcul des quantités à programmer (d’abord les quantités vendues puis les quantités à produire aux différents stades de production) ;
    ­ Valorisation des données à l’aide des prix standards ; Calcul des résultats à atteindre du projet, restera ensuite à choisir entre les projets élaborés, le choix sera fait par la direction générale réunie en comité de budget. L’élaboration et la discussion des budgets détaillés : Dans cette étape, une discussion entre fonctionnels budgétaires et responsables opérationnels est tenue pour procéder à des réajustements éventuels. Elaboration des prévisions définitives : Les budgets élaborés sont synthétisés dans des documents prévisionnels : le budget de trésorerie et les états de synthèses prévisionnels. Ils sont établis et définitivement arrêtés après de sérieuses études et simulations visant l’usage efficace et efficient des ressources mises à la disposition de l’entreprise.
    3. Articulation de la chaine budgétaire
    Par la programmation des ventes, la fonction commerciale détermine les quantités à vendre, et arrête les chiffres d’affaires prévisibles. De ces ventes seront fixées les charges commerciales conséquentes et les actions marketing et de promotion nécessaires. Les services chargés de la production quant à eux, seront amenés à ajuster les volumes de fabrication aux besoins des ventes, en tenant compte des niveaux de stock désirés et des capacités de production de l’entreprise. Des programmations d’investissements seront aussi établies, si l’appareil de production s’avère insuffisant pour répondre aux quantités préétablies. Les quantités budgétisées pour la production servent pour déterminer les quantités des matières et fournitures à acheter, compte tenu des conditions d’approvisionnement et des aires de stockage. Le niveau d’activité ainsi déterminé par la fixation des budgets précédents permettra de ressortir les autres budgets de charges. La synthèse de l’ensemble des budgets aboutira à l’élaboration de budget général de trésorerie et à l’établissement des états financiers prévisionnels qui permettent à l’entreprise de connaitre de manière approximative sa situation financière attendue à la fin de l’horizon budgétaire. Le premier budget que nous allons élaborer est le budget des ventes ou également appelé budget commercial.
    4. Elaboration des budgets
    a. Le budget des ventes : La prévision des ventes recouvre l’ensemble des études et chiffrages ayant pour objet de déterminer le marché potentiel de l’entreprise. Elle tient compte des tendances et des contraintes imposées par l’environnement, tel que : l’état du marché, le niveau de concurrence, et les tendances conjoncturelles, et aussi par la capacité de l’entreprise, tel que ses moyens commerciaux, sa capacité de production et de stockage. Les prévisions des ventes comportent nécessairement deux volets : Un chiffrage en quantité qui permet de situer le niveau d’activité des différents services : commerciaux, production, et des approvisionnements. Un chiffrage en valeur qui permet de déterminer le chiffre d’affaires prévisible, les marges escomptées, ainsi que les charges commerciales conséquentes, et surtout les recettes attendues en vue d’établir le budget général de trésorerie.
    L’observation du passé est très souvent privilégiée, l’entreprise essaie d’établir ses ventes prévues par une technique d’ajustement ou d’extrapolation. Aux méthodes quantitatives se joint les techniques qualitatives pour mieux estimer les ventes de l’entreprise. De nombreuses méthodes statistiques peuvent être utilisées pour prévoir les ventes de l’année N+1, mais celle qui nous apparait la plus adaptée aux activités des CM Doha reste la méthode des coefficients saisonniers, car elle permet de prévoir les ventes par période d’année tout en respectant le caractère saisonnier de ce genre d’activités. La prévision qui sera faite est fondée d’une part sur l’hypothèse que les années à venir connaîtront la même tendance générale que les années passées, et d’autre part sur un calcul correct des coefficients saisonniers périodiques ; Comme nous l’avons déjà précisé, afin d’élaborer le budget des ventes prévisionnelles des CM Doha, nous allons adopter la méthode des coefficients saisonniers vu la saisonnalité de l’activité agricole. Présentons ci-dessous le tableau des chiffres d’affaires mensuels au niveau local et à l’export des CM Doha réalisés au cours des trois dernières années. Après avoir déterminé les chiffres d’affaires prévisionnelles Le budget des frais commerciaux est étroitement lié au budget des ventes ; il comprend l’ensemble des charges relatives à l’activité commerciale de l’entreprise, tels que : Les frais d’étude de marché ; La publicité et la promotion des différentes marques des CM Doha ; Les salaires des commerciaux et charges sociales ; Le conditionnement des produits ; Les frais de déplacements ; Le transport et la logistique de distribution. Les frais de publicité et promotion des marques sont les résultats de décisions qui émanent de la politique de l’entreprise, selon le positionnement des produits. Le service commercial des CM Doha estime des pourcentages pour l’année N+1, pour le calcul des frais en fonction du chiffre d’affaires. Pour la publicité, elle concerne la publicité soit à la télévision, ou à travers la participation dans les foires, et salons. Un budget de 2.000.000 Dhs est réservé pour l’année à venir. Pour permettre à l’entreprise d’accueil de suivre et d’éviter des consommations excessives par l’activité commerciale, il est important d’adopter une présentation qui rassemble les différents types de frais directement liés au service commercial pour ressortir la marge commerciale. De ce budget seront déterminés, le chiffre d’affaires hors taxe, qui sera inscrit au CPC prévisionnel, les TVA facturés à présenter dans le budget de TVA, les recettes des ventes à encaisser dans le budget de trésorerie et les créances clients qui seront virées au bilan prévisionnel. Après la détermination du chiffre d’affaires prévu pour l’année prochaine, l’étape suivante sera consacrée à l’élaboration du budget de production.
    b. Le budget de production : La production de l’entreprise Doha est caractérisée par des entrées : mouvements de matières premières, temps de travail des ouvriers, cadences des machines, qui sont transformées en produits finis. Avant d’établir le budget de production il convient tout d’abord de rechercher le programme de production optimal. Puisque le budget de production pour le cas de Doha, comprend uniquement les quantités à produire (prévision quantitative). On propose d’établir un budget de production en valeur, qui regroupe les charges directes et indirectes de production. Au sein des CM Doha, l’une des préoccupations de la Direction Générale est le niveau de production, à cet effet, elle exige des informations plus pertinentes qui aideront à prendre les bonnes décisions. Le budget de production en valeur permettra à l’entreprise de prévoir la réception de matières premières en valeur pour l’année qui suit, et qui sera l’objectif à atteindre et aussi de mettre le point sur le taux de réalisation de l’année en cours par rapport à l’objectif fixé au préalable. Egalement, il prévoit les coûts standards liés à la production tels que les coûts d’énergie, coût de main d’œuvre pour chaque centre de profit (Poisson, Végétal et Surgélation).
    - La matière première : Il s’agit de prévoir la réception des matières premières pour l’année qui suit : tomates, oranges, abricots, figues, sardines, thon, maquereau pour réaliser la production estimée.
    - Les machines : Les machines constituent un élément essentiel dans le système de production de l’entreprise Doha, donc il est nécessaire de calculer les coûts standards pour suivre leurs performances, tout au long du processus de production.
    Les matières premières, la main d’œuvre, et les fournitures consommables font partis des charges directes. Alors que les charges indirectes sont répartis entre les différents produits, et vu l’absence d’un système de comptabilité analytique au sein de l’entreprise, cette tâche apparaît complexe.
    La budgétisation des charges de production se fait en suivant les étapes suivantes : Prévision du niveau d’activité en production ; Calcul des coûts en résultant, sur la base des données connues dans le passé proche.
    c. Le Budget des investissements : La décision d’investissement bien conçue relève de la stratégie à long terme de l’entreprise, Les investissements sont des investissements de renouvellement destinés à remplacer les immobilisations anciennes, en totalité ou en partie, pour faire face à la production actuelle ou bien ce sont des investissements de capacité destinés à accroître, dans le futur, la production de l’entreprise. L’acquisition et le renouvellement des immobilisations entrainent, évidemment des dépenses qu’il convient de prévoir, ainsi que leur financement. C’est le but du budget des investissements.
    d. Le budget des frais généraux : Pour élaborer ce budget on distingue deux types de charges : Charges administratives ; Charges liées aux activités de la société. Puisque on ne dispose pas d’informations concernant l’évolution de chaque poste de charge, nous allons estimer les charges de cette année en se basant sur l’évolution de la rubrique des charges pour les deux exercices passés. Les charges administratives : Ces charges sont des charges qui sont liées indirectement à l’exploitation, elles concernent les charges de personnel, et achat des matières et fournitures.
    e. Le budget de trésorerie : L’élaboration du budget de trésorerie ou plan de trésorerie, consiste à élaborer un document qui, dans l’entreprise, recense les prévisions d’encaissement et de décaissement sur une période donnée, le plus souvent annuelle, dans le but d’évaluer la position de trésorerie mois à mois. Le plan ou budget de trésorerie est élaboré à partir d’un certain nombre de données communiquées par les différents services de l’entreprise à la direction financière ou au service contrôle de gestion. En effet, le budget de trésorerie est l’aboutissement de tous les autres budgets (achats, ventes, investissements, personnel, etc.) réalisés par les différents services de l’entreprise. Pour réaliser le budget de trésorerie on aura besoin de transformer les charges et les produits de tous les budgets précédents en encaissements et en décaissements, notions qui privilégient l’échéance des flux monétaires. Il ne peut être réalisé qu’une fois l’ensemble de la démarche budgétaire d’un exercice élaboré et les différents budgets approuvés. Il va répondre à deux impératifs : S’assurer d’un équilibre mensuel entre encaissements et décaissements en vue de mettre en place, préventivement, des moyens de financement nécessaires à court terme en cas de besoin de liquidités pour un ou des mois données. Connaitre le solde de fin de période budgétaire des comptes de tiers et de disponible, tels qu’ils figureront dans le bilan prévisionnel.
    Pour établir le budget de trésorerie, il est impératif de s’assurer de l’exhaustivité des informations collectées et également de leur fiabilité. Il est fréquent d’établir trois budgets : d’encaissement, de TVA, et des décaissements.
    - Budget des encaissements : Avant de présenter le tableau des encaissements et décaissements, il faut tout d’abord présenter les délais et les modes de paiement des clients et fournisseurs, ainsi que les modalités de paiement de TVA. Pour les clients, c’est le service commercial qui veille au respect des délais de paiement fixés par la Direction financière, ces délais sont estimés pour les clients à 60 jours en moyenne, pour les fournisseurs, le délai est souvent 90 jours. Le budget des encaissements comporte deux parties : la partie haute qui permet de calculer le chiffre d’affaires HT et le montant de TVA, et la partie basse, permet de tenir compte du décalage d’encaissements introduits par les modes de règlement, elle intègre les créances clients figurant au bilan de l’année précédente.
    - Le Budget des décaissements : Ce budget regroupe les décaissements suivants : Les dépenses relatives aux achats : ces dépenses relatives aux achats de matières premières, et autres approvisionnements tel que les acquisitions des immobilisations ; Les autres dépenses d’exploitation : elles correspondent aux charges d’exploitation décaissées tel que : les salaires et traitements, charges sociales, frais de transport, frais de publicité charges financières etc. Les prévisions sont fondées sur le montant de ces différentes charges au compte de résultat du dernier exercice et révisées en fonction des hypothèses d’activité pour la période considérée. Ce montant est ensuite ventilé, mois par mois, de façon uniforme ou en fonction de l’activité.

    Autres documents pouvant vous intéresser


    Auteur Commentaire
    Business Plan

    Appel à contribution

    Suite à la proposition formulée par de nombreux membres de notre communauté, nous vous invitons vivement à consacrer un peu de votre temps pour commenter et noter les documents que vous téléchargez sur mawarid.
    Cette action aura le grand intérêt de renseigner les autres membres, à priori, sur la qualité des documents présents sur la plateforme et orienter leurs choix.
    Comptons énormément sur votre habituelle collaboration.