• Bienvenue sur Mawarid.ma
  • Accueil
  • Inscription
  • |
  • Centre de documentation
  • |
  • Publier un document
  • |
  • Forums
  • |
  • Qui sommes-nous ?
  • |
  • Contact
  • Bonjour cher(e) visiteur, veuillez vous Identifier pour accéder au service de téléchargement !

    Espace Membres

    Identifiant :

    Mot de passe :

    Mot de passe oublié ?
    Les fonctions d’un département Marketing
     
    acceder au document
    Auteur : ENCG Agadir
    Date de publication : 16-Mar-2017
    Nombre de Pages : 78
    Taille du fichier : 1.83 MB
    Format : .Pdf
    Nombre de téléchargements : 235
    Note :  note (0 votes)

    Description et extraits du document

    1. Développer des stratégies et des plans Marketing
    La planification stratégique a pour but de mettre en phase les objectifs, les ressources et les compétences d’une entreprise avec les opportunités offertes sur le marché. Elle définit les grandes orientations de l’entreprise mais aussi celles de l’activité de cette dernière. L’élaboration des plans stratégiques d’entreprise comporte 4 étapes principales :
    a. Définir la mission de l’entreprise : Définir la mission de l’entreprise consiste à répondre aux questions : Quel est notre métier ? Qui sont nos clients ? Quelle valeur leur apportons-nous ? Que deviendra notre métier ? et Que devrait-il être ? .
    b. Identifier ses domaines d’activité stratégiques : Un domaine d’activité peut être définit en fonction de la clientèle à laquelle on s’adresse, les besoins que l’on cherche à satisfaire et la technologie privilégiée.
    c. Répartir les ressources entre les différentes affaires : Une fois qu’elle a définit ses domaines d’activité, la direction doit décider de l’allocation des ressources entre ces domaines d’activité.
    d. Identifier les nouveaux domaines à investir et ceux à abandonner : En fonction des prévisions des ventes et des profits, l’entreprise peut choisir de développer de nouvelles activités ou d’abandonner celles jugées non rentables. Pour l’élaboration des plans stratégiques d’activité, il faut suivre un processus de 7 étapes principales :
    - Définition de la mission d’activité : La mission d’activité est déclinée de la mission générale de l’entreprise, elle définit les objectifs principaux de chaque domaine d’activité stratégique. Ces objectifs sont formulés en termes de marché, de secteur, de technologie et de couverture géographique.
    - Réalisation de l’analyse SWOT : L’analyse SWOT (en référence aux initiales Strenghts, Weaknesses, Opportunities, Treaths) consiste à analyser l’environnement interne et externe de l’entreprise. Pour l’analyse externe elle consiste à définir les opportunités et les menaces qui peuvent affecter positivement ou négativement la rentabilité de l’entreprise. Pour l’Analyse interne, elle consiste à définir les forces et les faiblesses de l’entreprise.
    - La formulation des objectifs : Ces objectifs sont établis soit en fonction de rentabilité, de croissance du chiffre d’affaires, de construction d’image de marque, ou encore d’innovation.
    Les objectifs fixés doivent être : Hiérarchisés ; Chiffrés ; Réalistes ; Cohérents.
    - Formulation de la stratégie : Les objectifs consistent en un point d’arrivée, la stratégie définit la trajectoire pour atteindre ces objectifs. Suivant Michael Porter, il existe 3 types de stratégies : La domination par les prix : elle consiste à réduire aux maximum les coûts de production afin d’offrir des produits à prix inférieurs à ceux pratiqués par les concurrents ; La différentiation : l’entreprise développe des produits plus performants que ceux offerts par les concurrents ; La concentration : il s’agit pour l’entreprise de concentrer ses efforts sur des segments de marchés judicieusement choisis.
    - La formulation et la mise en oeuvre du plan d’action : La traduction de la stratégie en plan d’action constitue une étape essentielle. Les plans d’action Marketing définissent les opérations à faire en termes de prix, de produit, de communication et de distribution. Pour le produit ou le service, il s’agit de définir les caractéristiques, la qualité, la gamme, le design, la marque, le conditionnement, la taille, la garantie et les services liés au produit. Pour le prix, il s’agit de définir le tarif, les rabais, les conditions de paiement et les conditions de crédit. Pour la communication : il s’agit de planifier la publicité, la promotion des ventes, le parrainage, l’événementiel, les relations publiques, le marketing direct et la force de vente. Pour la distribution, il s’agit de gérer les canaux de distribution, la zone de chalandise, les points de vente, les stocks et entrepôts et les moyens de transport.
    - La mise en oeuvre du plan d’action : Il s’agit de mettre en oeuvre les différentes décisions concernant les quatre éléments du Mix Marketing. Pour la mise en oeuvre du plan d’actions, le département Marketing n’est pas le seul intéressé, tous les autres départements de l’entreprise sont tenus au bon déroulement de la mise en application des décisions. Il faut aussi veiller à la coordination entre les différents départements et au respect des délais dans la mise en route des projets.
    - Le suivi et le contrôle : Périodiquement, l’entreprise doit réviser ses plans et ses stratégies, ses objectifs, en fonction de l’évolution de son environnement et du succès remporté par ses actions. Il est indispensable de suivre et d’analyser les résultats obtenus pour les comparer aux objectifs, puis de comprendre les raisons des écarts. Il faut ensuite adapter le plan d’action, modifier la stratégie. L’amplitude de ces ajustements est fonction du degré, de la rapidité et de la complexité de l’évolution externe.
    2. Analyser l’environnement Marketing
    L’élaboration et la mise en oeuvre des plans Marketing exigent de prendre un certain nombre de décisions. Pour faire les bons choix, les entreprises doivent se reposer sur une information précise et récente concernant les grandes tendances et les phénomènes spécifiques à leur secteur d’activité. Parce que l’environnement apporte constamment de nouvelles opportunités et de nouvelles menaces, il semble essentiel de l’analyser en permanence et de s’y adapter. Pour ce faire, l’entreprise se trouve dans l’obligation de faire des études de marchés de façon continue. Ces études portent sur l’environnement macro-économique de l’entreprise. Dans ce sens, on parle de l’environnement démographique, économique, naturel, technologique, réglementaire et socioculturel. Dans un autre sens, l’entreprise doit aussi s’intéresser à son environnement micro-économique, il s’agit là de faire des études de marché sur les clients, leur demande et leur comportement, mais aussi des études portant sur les concurrents, les fournisseurs, et tout acteur pouvant influencer l’activité de l’entreprise de près ou de loin. Une société peut effectuer elle-même ses études de marché ou les confier à des partenaires externes. Elle peut soit décider de recueillir directement les données sur le terrain ou avoir recours aux sources d’informations secondaires. Pour ses études de marchés, l’entreprise doit choisir une approche méthodologique (observation, approche qualitative, enquête à grande échelle, expérimentation…), elle doit aussi élaborer des instruments de collecte des données (questionnaire, guide d’entretien…), et choisir un plan d’échantillonnage et une méthode de recueil. Pour la réalisation de toute étude de marché, les responsables Marketing doivent suivre un processus bien défini. Il s’agit d’abord de définir le problème à résoudre, de mettre en place un plan d’étude, de recueillir les informations, d’analyser les données, de présenter les résultats puis enfin de prendre une décision.
    a. La définition du problème : La définition de problème à résoudre ne doit faite ni de façon trop large ni trop étroite. Pour bien définir le problème à résoudre, il faut définir les objectifs de l’étude en dressant la liste des questions auxquelles elle doit permettre de répondre. Plus les questions sont précises, plus l’étude a des chances d’être utile.
    b. Définition du plan d’étude : Le plan d’étude concerne les sources d’informations, les approches méthodologiques, les instruments de collecte des données, le plan d’échantillonnage et les méthodes de recueil des informations. On distingue deux sources d’information : les informations secondaires et primaires. Les approches méthodologiques sont multiples l’observation, l’ethnographie, les méthodologies qualitatives, l’enquête à grande échelle, données comportementales et l’expérimentation.
    c. La collecte d’information : Une fois le plan d’étude défini, le recueil des données peut commencer. Quatre méthodes coexistent : L’enquête en face à face ; L’enquête par voie postale ; L’enquête par téléphone ; L’enquête par internet.
    d. L’analyse des résultats : Cette étape consiste à dégager la signification des résultats obtenus. On commence par analyser les réponses obtenues sur chaque variable avant de mettre en relation deux ou plusieurs d’entres elles. Il s’agit de faire des calculs de fréquences, moyennes, d’écarts types…
    e. La présentation des résultats : Cette étape consiste à rédiger un rapport présentant, dans l’optique de l’utilisateur, les principaux résultats et recommandations. Il faut éviter de noyer ce dernier dans le flot des chiffres et d’analyses statistiques sophistiquées, mais au contraire lui montrer en quoi les résultats réduisent son incertitude quant à la décision à prendre.
    f. La prise de décision : L’étude doit apporter un éclairage aussi utile que possible dans la décision à prendre. La prise de décision pourra être faite par les responsables du département Marketing ou par la direction générale de l’entreprise.
    3. Etre en relation avec les clients
    Le marketing relationnel, dans sa mission d’attirer, de maintenir et de renforcer la relation avec le client, se base sur la notion d’échange relationnel, qui fait référence à un échange relationnel par opposition à un échange transactionnel. L’échange relationnel suppose une connaissance plus approfondie de la cible, dans ce sens, l’information doit être collectée, stockée, mise à jour, ce qui rend indispensable la mise en place d’une base de données. Dans cette logique, l’amélioration de la productivité commerciale vient de la connaissance des données Marketing, nourries par les informations dont l’origine est identifiée. Ainsi, la gestion de la relation client est d’abord et avant tout une stratégie d’entreprise, déployée suivant une méthodologie puis supportée par des technologies. Cette stratégie repose sur plusieurs concepts : Premièrement, tous les clients n’ont pas la même valeur : Chaque client doit être pris en considération suivant sa valeur actuelle et celle potentielle en termes de perspectives de croissance. Ainsi, l’entreprise doit offrir un niveau de service proportionnel à la valeur de chacun des clients. Deuxièmement, la satisfaction des clients ne constitue pas un gage de loyauté à long terme. En fait, la satisfaction est nécessaire mais n’est pas suffisante pour conserver ses clients. Il semble que les clients privilégient la qualité de la relation humaine qu’ils ont avec le personnel de l’entreprise par rapport au produit en soi. Incidemment, on perd des clients essentiellement à la suite de ce que l’on pourrait qualifier de bavure relationnelle plutôt qu’à cause d’une guerre de prix. Troisièmement, le coût d’acquisition d’un nouveau client est largement supérieur à celui nécessaire pour conserver un client. Pour cela, une entreprise ne peut se permettre de perdre un client plus rapidement qu’elle ne peut l’acquérir. Les clients de l’entreprise constituent sa vraie valeur. Chaque entreprise, dans sa gestion de relation client, doit chercher à maximiser la valeur de ses clients en cultivant des relations durables et fortes avec ses derniers. Pour créer et maintenir de bonnes relations avec ses clients, l’entreprise doit :
    a. Les connaître : Toute entreprise doit d’abord connaître ses clients, non pas seulement leurs noms et adresses, mais aussi leur “profils“ sous divers aspects. Cette connaissance des clients passe par la création des bases de données ou des fichiers clients.
    b. Leur parler : Pour s’adresser aux clients dans un esprit « relationnel », une entreprise peut leur envoyer du courrier, des bulletins d’information, les magazines (revue), les sites web et le courrier électronique.
    c. Les écouter : Toute occasion de contact entre l’entreprise et ses clients est bonne pour connaître leur avis sur les produits et leurs suggestions pour d’éventuelles améliorations.
    d. Les récompenser pour leur fidélité : Mettre en place des programmes de fidélité pour récompenser et encourager la fidélité des clients.
    e. Les associer à la vie de l’entreprise : Transformer les clients en amis ou même en partenaires de l’entreprise ou de la marque en les associant activement à sa vie.
    Le Marketing relationnel joue un rôle très important dans la valorisation de la marque. De par les pratiques consistant à valoriser et à traiter différemment chaque client, le Marketing relationnel permet de maximiser la satisfaction globale de la clientèle en maximisant séparément la satisfaction de chaque client. Etre à l’écoute de chaque client, mettre au point un produit ou un service qui répond exactement aux exigences du consommateur, offrir un service après vente pertinent, être à l’écoute et prendre en considération les propositions. Tous ces facteurs donnent au client le sentiment d’être privilégié et au centre des préoccupations de l’entreprise, ce qui fait augmenter par conséquence la satisfaction du client. Un client satisfait est un client qui n’est pas prêt à changer de produit et d’aller vers le produit de la concurrence, c’est aussi un client qui ne manquera aucune occasion pour parler de l’entreprise et de ses produits. C’est dans ce sens que le client fera appel à tous les moyens de communication mis à sa disposition pour diffuser le maximum d’information autour de lui (par téléphone, internet, bouche à oreille). La diffusion de ces informations de la part des clients influence et directement l’image de marque de l’entreprise : les consommateurs potentiels entendront parler de la marque seront plus encouragés à acheter les produits de l’entreprise ; eux aussi, satisfaits grâce à un Marketing relationnel réussi, deviendront fidèles et ne manqueront pas de parler autour d’eux et ainsi allant pour la prospérité de l’entreprise à long terme.
    4. Construire des marques puissantes
    Une marque est un nom, un terme, un symbole ou la combinaison de ces éléments ayant pour principale fonction de guider les choix de l’acheteur potentiel dans un univers d’offre pléthorique. Elle est un signe de différence qui permet d’identifier le produit concerné. L’impact d’une marque se juge à sa notoriété, à son image et à sa capacité de modifier un comportement d’achat. La marque joue un rôle essentiel auprès des clients et de l’entreprise : pour les premiers, elle sert de repère et d’outil de différentiation et pour la deuxième elle constitue un outil stratégique lui permettant de se différentier des concurrents. L’image de marque est définie comme l’ensemble des perceptions et des croyances des consommateurs à propos de la marque d’une entreprise. Elle est mesurée par la tendance des clients à citer la marque dans différentes conditions. Aussi, Elle exprime la supériorité de la marque de l’entreprise dans l’esprit des consommateurs. L’entreprise doit gérer avec soin son image de marque pour éviter qu’elle ne se déprécie et pour renforcer le capital marque il faut lancer régulièrement de nouveaux programmes Marketing. La publicité n’est pas le seul levier d’action pour construire et gérer une marque, plusieurs leviers répondent à l’objectif de valorisation de l’image de marque, on parle notamment de clubs de consommateurs, de salons, de parrainage, de sponsoring et de Marketing relationnel. La marque est un actif intangible qui doit être géré avec soin. Au coeur d’une marque réussie, on trouve un excellent produit ou service, accompagné d’une planification Marketing soignée et un Marketing créatif. Ce Marketing de gestion des marques s’appuie sur trois principes :
    a. Renforcer une marque : La valeur d’une marque est déterminée par la signification qu’elle revêt pour les clients. Renforcer le capital marque exige de lancer régulièrement de nouveaux produits et de renouveler les programmes Marketing.
    b. Revitaliser une marque : Quel que soit le positionnement initial d’une marque, plusieurs facteurs peuvent le remettre en cause comme une évolution des attentes des clients. Dans ce cas, l’entreprise doit procéder à une revitalisation de sa marque. Il s’agit ici de décider s’il faut garder ou changer le positionnement initial de la marque puis procéder au changement du plan d’actions Marketing.
    c. Faire face aux marques distributeurs : Les marques de distributeurs commencent à gagner du terrain dans le domaine de la grande consommation, pour ce faire l’entreprise doit penser à faire face à ce phénomène en investissant plus en publicité, en recherche et développement et en développer des partenariats avec les distributeurs.
    5. Elaborer l’offre du marché
    Le produit est la véritable et la plus importante composante du mix Marketing. Par produit, on entend tout ce qui peut être offert sur le marché pour satisfaire un besoin. Elaborer la stratégie de produit consiste à définir de manière cohérente l’assortiment des produits, les gammes, le conditionnement et l’étiquette. La planification Marketing commence par la formulation d’une offre susceptible de répondre aux besoins et aux désirs des clients visés, ceux-ci jugeront l’offre en fonction de trois éléments : les caractéristiques et la qualité du produit, la qualité et la combinaison des services et enfin le prix.
    a. Le produit : Les responsables Marketing doivent chercher à ce qu’il soit différent de celui de la concurrence, pour ce faire il peut agir soit sur : La forme ; Les fonctionnalités ; La personnalisation ; La performance ; La qualité ; La conformité ; La durabilité ; La fiabilité ; Le style et le design. Un responsable Marketing, ne doit pas seulement s’intéresser au produit proprement dit, il lui faut aussi gérer le conditionnement du produit, les étiquettes et les garanties.
    b. Les services accompagnant le produit : Le responsable Marketing doit aussi porter une grande importance aux services accompagnant le produit. Les consommateurs peuvent être satisfaits du produit mais pas du service avant vente ou du service après vente, ceci peut constituer pour eux une mauvaise expérience et peut les pousser à ne pas racheter le produit même ci ce dernier répond parfaitement à leurs attentes.
    c. Le prix : Les responsables doivent le fixer soigneusement, de un, parce qu’il est l’un des principaux facteurs qui influencent le comportement d’achat des consommateurs et de deux, parce qu’en termes de Mix-Marketing, il constitue la seule source d’entrée d’argent alors que les autres constituent des dépenses. Pour fixer le prix, l’entreprise doit résoudre successivement six problèmes : Déterminer les objectifs (profit, chiffre d’affaires, image…) ; Evaluer la réaction du marché à partir d’une analyse des courbes de demande ; Estimer les coûts pour les différents niveaux de production ; Analyser la concurrence ; Choisir parmi les différentes méthodes de tarification ; Procéder au choix final du prix.
    6. Rendre l’offre accessible aux clients
    Toute entreprise après avoir élaborer son offre, doit disposer d’un réseau de distribution performant afin que les produits et services soient à la portée des clients visés. Les réseaux de distribution ne se limitent pas aux seuls grossistes et détaillants, ils intègrent toute la chaîne d’approvisionnement en amont et en aval, depuis les matières premières, les composantes et les produits manufacturés jusqu’à la livraison des produits aux clients finaux. Pour la gestion de ses réseaux de distribution toute entreprise doit sélectionner, motiver, évaluer ses intermédiaires et modifier ses réseaux de distribution.
    a. Choix des intermédiaires : Le choix des intermédiaires est primordial car ceux-ci incarnent l’entreprise aux yeux des clients. Pour bien les sélectionner, le fabricant doit déterminer les caractéristiques pertinentes pour distinguer les meilleurs d’entre eux. Il s’efforce donc de connaître l’expérience des intermédiaires envisageables, leur solvabilité, leur aptitude à coopérer et leur réputation en matière de services.
    b. La formation et la motivation des intermédiaires : Les entreprises doivent traiter les intermédiaires comme des clients, en analysant leurs besoins et en construisant à leur intention un positionnement permettant de leur offrir de la valeur. Cela suppose de mettre en place un programme de formation à destination des revendeurs, de faire des études pour savoir ce qu’ils recherchent et d’adopter des structures pour augmenter leur performance. Pour ce qui est de la motivation, l’entreprise doit adopter trois approches : la coopération, la coordination et la collaboration.
    c. L’évaluation des intermédiaires : Toute entreprise doit régulièrement évaluer les résultats de son réseau de distribution et de ses revendeurs. Les terrains sur lesquels il faut être vigilent concernent la réalisation des objectifs de vente, le niveau moyen des stocks, les délais de livraison, la prise en charge des marchandises perdues, la coopération publi-promotionnelle et les prestations de services dues aux clients. On peut ainsi découvrir que l’on rémunère de manière excessive certains intermédiaires. Les fabricants peuvent définir des remises pour récompenser la performance spécifique de certains distributeurs sur des services définis en commun. Les intermédiaires les moins performants doivent être conseillés, formés, motivés ou abandonnés.
    d. La modification d’un circuit de distribution : De temps à autre, il s’avère nécessaire d’adapter son circuit aux évolutions du marché, des comportements d’achat, de l’arrivée des concurrents, de l’émergence de nouveaux canaux de distribution et du cycle de vie du produit.
    7. Communiquer la valeur
    La communication marketing consiste à transmettre des messages à des cibles dans le but de modifier leurs attitudes et leurs comportements. Pour une entreprise, l’élaboration d’une action de communication commerciale nécessite par défaut le passage par un certain nombre d’étapes. Le respect de ces tapes favorise une meilleure atteinte des fins fixées par l’entreprise. La première étape du processus de développement d’une action de communication est de définir la cible concernée par l’action de communication. Dans ce sens, il sera nécessaire de déterminer le profil de cette cible en terme de : sexe, situation sociale, âge, situation géographique… Il sera aussi primordial de savoir si c’est une cible qui va consommer le produit de l’entreprise fréquemment, une seule fois ou encore si ces consommateurs sont des clients nouveaux ou s’ils ont déjà utilisé le produit et que l’action de communication a pour objectif de les pousser à racheter. La deuxième étape réside dans le fait de déterminer les objectifs de l’action de communication commerciale. De ca fait, l’entreprise sera tenue de fixer si elle souhaite que cette action ait une influence conative, affective ou cognitive. Il sera là question de : Désir pour le produit : quand il s’agit d’un produit d’une nouvelle catégorie ou d’une nouvelle génération ; La notoriété : dans le cas où l’entreprise cherche à encrer le nom du produit ou de la marque dans les esprits des consommateurs ; Déclencher l’achat : dans le cas des actions promotionnelles. La troisième étape du processus est celle de l’élaboration du message approprié. A ce stade, il faudra fixer le contenu du message, avec la " façon " avec laquelle sera dit ce message. Il sera nécessaire de déterminer aussi la source qui fera passer ce message à la cible (une célébrité, des médecins …). La quatrième étape étant le choix du canal de communication que l’entreprise utilisera pour faire passer son message. L’entreprise a une panoplie de choix entre un ensemble de canaux : La communication par le biais des médias, Les promotions, Les événements, Les relations publiques. La cinquième étape réside dans la fixation du budget qui sera consacré à l’action de communication. Plusieurs autres départements de l’entreprise sont concernés par cette étape tel que le département financier. L’entreprise pourra déterminer son budget soit en se basant sur les ressources dont l’entreprise dispose soit en fixant un pourcentage de leur chiffres d’affaires. Une autre option pourrait être celle de " benchmarker " ses concurrents et fixer la dépense en fonction de celle des concurrents. D’une autre part, les responsables peuvent encore estimer la dépense en fonction des objectifs que l’entreprise vise d’atteindre (en termes de pourcentage de clients, de la part de marché à atteindre …). L’avant dernière étape d’un processus de communication consistera pour l’entreprise de composer un Mix Marketing. A cette étape, le budget devrait être réparti entre les différents moyens de communication que l’entreprise a décidé d’utiliser dans son action de communication. Pour ce faire, l’entreprise se basera sur plusieurs critères pour ce choix tels que : Le type de clientèle ; La réponse souhaitée chez les acheteurs ; L’étape du cycle de vie du produit. Finalement, la dernière étape d’une action de communication est celle de la mesure des résultats. Cette mesure consistera pour l’entreprise de mesurer l’impact de l’action réalisée soit par le biais de questionnaires administrés aux clients soit par une comparaison entre le volume d’achat avant et après l’action de communication. Pour ce qui est des outils de communication à utiliser par l’entreprise, il s’agit de la publicité, de la promotion des ventes, de la communication par l’événement, du sponsoring et du mécénat, des relations publiques, des relations presse et du Marketing direct.
    a. La publicité : La publicité est toute forme de communication non personnalisée utilisant un support payant mis en place pour le compte d’un émetteur identifié en tant que tel. Elle a pour objectif d’influencer le comportement du public à l’égard d’une idée, un produit ou un service. La publicité est plus qu’un moyen de communication, c’est un domaine à part entière avec des spécialistes et des agences de publicité. Elle peut être utilisée sur plusieurs supports : la télévision, la radio, les affichages, le cinéma, la presse…
    b. La promotion des ventes : La promotion des ventes a pour objectif de susciter les achats des consommateurs au moyen d’opérations limitées dans le temps. Dans ce sens, diverses opérations peuvent être entreprises : L’essai gratuit ; Les réductions temporaires de prix ; Le remboursement différé sur présentation de preuve d’achat ; Rabais sur les quantités ; Les primes et cadeaux ; Les concours et jeux
    c. Le Marketing direct : Le Marketing direct est un Marketing interactif qui utilise un ou plusieurs médias en vue d’obtenir une réponse ou une transaction du client .Le Marketing direct présente des avantages tant pour le client que pour l’entreprise : pour cette dernière, il lui est plus facile d’atteindre la cible visée, pour le client, la recherche d’informations devient facile et lui évite les pertes de temps. Les outils du Marketing direct sont : Le mailing ; Le téléphone ; Le Marketing en ligne.
    d. Les relations publiques : Les relations publiques constituent un mode de communication commerciale qui permet à l’entreprise d’entretenir et d’améliorer son image auprès des différents publics, internes ou externes, qui conditionnent son développement et son avenir. Les relations publiques peuvent prendre plusieurs formes : Journaux d’entreprise ; Rapport annuel d’activité ; Organisation de visites d’entreprise ; Organisation de conférences de presse ; Organisation de voyages ; Séminaires ; Entretien de relations personnelles avec les leaders d’opinion.
    e. La communication événementielle : La communication événementielle consiste à créer et organiser un événement pour qu’il serve de support à une compagne de communication concernant l’entreprise ou son produit. Ces événements peuvent être sportifs, culturels ou festifs.
    f. Le Sponsoring et le mécénat : Le sponsoring ou le parrainage est le soutien matériel apporté à une manifestation, à une personne, à une organisation afin d’en tirer un bénéfice direct en terme d’image et de notoriété. Les supports du sponsoring sont nombreux : le sport, la culture, les opérations humanitaires et sociales, la recherche scientifique. Le mécénat correspond à la participation financière d’une entreprise à une oeuvre sans recherche directe d’une quelconque contrepartie de la part du bénéficiaire. Le mécénat permet à l’entreprise de se valoriser, de s’insérer et de pénétrer son milieu économique et social par des actes culturels ou humanitaires.
    8. Favoriser la croissance à long terme
    Les entreprises se développent sur le long terme en introduisant de nouveaux produits et services et en investissant sur de nouveaux marchés géographiques. L’innovation constitue un excellent outil favorisant la croissance à long terme, elle est indispensable aux entreprises qui souhaitent maintenir ou augmenter leur ventes. Elle transforme les secteurs d’activités, change les équilibres concurrentiels et parfois même modifie les modes de vie. Et parce qu’elle constitue un facteur de compétitivité essentiel, l’innovation se trouve désormais au coeur de la stratégie Marketing de nombreuses entreprises. S’introduire sur un nouveau marché sur le plan international ou innover pour mettre sur le marché un nouveau produit constituent deux bons facteurs pour se développer sur le long terme, cependant, ces deux décisions peuvent être sources de difficultés. Elles nécessitent d’importantes ressources et ne peuvent pas payer sur le coup. Ceci dit, toute décision de ce genre doit être bien étudiée et basée sur une bonne base d’information, à une bonne planification, une bonne mise en oeuvre et un contrôle continu.

    Autres documents pouvant vous intéresser


    Auteur Commentaire
    Business Plan

    Appel à contribution

    Suite à la proposition formulée par de nombreux membres de notre communauté, nous vous invitons vivement à consacrer un peu de votre temps pour commenter et noter les documents que vous téléchargez sur mawarid.
    Cette action aura le grand intérêt de renseigner les autres membres, à priori, sur la qualité des documents présents sur la plateforme et orienter leurs choix.
    Comptons énormément sur votre habituelle collaboration.