• Bienvenue sur Mawarid.ma
  • Accueil
  • Inscription
  • |
  • Centre de documentation
  • |
  • Publier un document
  • |
  • Forums
  • |
  • Qui sommes-nous ?
  • |
  • Contact
  • Bonjour cher(e) visiteur, veuillez vous Identifier pour accéder au service de téléchargement !

    Espace Membres

    Identifiant :

    Mot de passe :

    Mot de passe oublié ?
    La GPAO : la gestion de production assistée par ordinateur
     
    acceder au document
    Auteur : Salwa Bismillah
    Date de publication : 30-May-2014
    Nombre de Pages : 15
    Taille du fichier : 562.46 KB
    Format : .Pdf
    Nombre de téléchargements : 156
    Note :  note (0 votes)

    Description et extraits du document

    La fonction production qui consiste à produire, en temps voulu, les quantités demandées par les clients dans de conditions de coût de revient et de qualité déterminés, envisage une organisation plus développée en terme de technologie et de qualité. En effet, la gestion de la production exige d’appréhender des paramètres portant essentiellement sur l’estimation et le calcul des ressources humaines, matérielles et financières nécessaires à la production, des étapes du processus de production et des normes à respecter. De plus, les changements du marché et l’exigibilité de la demande ont réévalué la valeur de l’information en terme de sa diffusion au sein de l’entreprise et en terme de son rôle permettant de mettre en interaction l’ensemble des fonctions, d’où l’apparition de l’ « informatisation » de la gestion de production. Appelée par la suite la GPAO (Gestion de Production Assistée par Ordinateur), cette informatisation vise à maîtriser les flux des matières et les flux d’information se rapportant à l’objectif de l’entreprise, également à développer le système déjà retenu relatif aux types de production. La GPAO, qui traduit l’introduction de l’informatique dans la gestion de production, devient alors un outil indispensable pour maîtriser et régulariser toute la chaîne de production, du devis initial jusqu'à la livraison et la facturation du client. Cette révolution relative à l’utilisation de l’information est due au grand développement technologique déclenché dans les années 70 concernant l’utilisation des supports informatiques dans le quotidien de l’entreprise.
    I. L’Informatique dans la Gestion de production. 1. L’apport de l’informatique à la Gestion de Production : L’informatique est un outil pertinent au service des diverses fonctions de l’entreprise notamment celle relative à la gestion de production. Effectivement, par ses fonctionnalités multiples (mémorisation, accès à l’information, circulation, traitement des données), elle offre des avantages relatifs au bon fonctionnement de l’entreprise : Au niveau INTERNE, elle permet : La gestion de commande et le pilotage de systèmes complexes (contrôle du processus) ; La gestion commerciale, du personnel, des finances (stocks, prévisions, lancement et suivi de fabrication,…) ; La résolution des problèmes mathématiques (analyse des données, analyses numériques…), L’Aide à la prise de décision… Au niveau EXTERNE, elle opère : Une analyse rapide et complète du marché ; La circulation d’information avec client et fournisseurs (catalogues, commandes,…). En effet, depuis les années 70, le concept de l’informatisation de la gestion de production a été introduit par les chercheurs de IBM aux USA au fil de recherches de solutions informatiques pour mieux gérer les stocks et les approvisionnements ; ces recherches furent basées sur la méthode MRP (Material Requirements Planning / Calcul des Besoins Nets). Dans le même cadre, et en parallèle, le Japon a procède à la mise en place de la production en juste-à-temps (ou en flux tendus). Dès alors, et vu les exigences du marché, les entreprises se trouvent amenées à s’accaparer des solutions informatiques performantes et flexibles ; aspects traduits par la GPAO. 2. L’informatique et la naissance de la GPAO : La Gestion de Production Assistée par Ordinateur est une traduction de la tendance vers l’informatisation du système productif. Elle permet la mise en place d’un progiciel portant sur l’automatisation des différentes fonctions, et cela dans la logique d’une vision d’ensemble comme le suppose le pilotage stratégique de l’entreprise. La GPAO consiste à maîtriser les flux d’information et à traiter ceux issus du fonctionnement des services administratifs ou opérationnels au profit de l’organisation et de la gestion de la production. La GPAO assure à la fois le traitement de l’aspect organisationnel de la production et aussi l l’introduction de l’ensemble des outils informatiques permettant d’assurer un pilotage optimisé du processus de production. Les premières applications de la GPAO consistaient à traiter chaque activité de l’entreprise : production, comptabilité, gestion de la qualité en fonction de ses besoins propres en gestion de l’information. Par la suite, le procédé de l’informatisation «par étapes» des entreprises s’est traduit en premier lieu, par la mise en place de plusieurs systèmes (comptabilité, gestion commerciale, gestion de stocks) utilisant des bases de données
    indépendantes ce qui entraînait des erreurs, gaspillage de temps et manque de communication. Enfin, le développement d’un progiciel de GPAO utilisant une base de données commune était la forme développée de l’informatisation de la gestion de production de l’entreprise. 3. Pourquoi la GPAO ? Dans le cadre de la croissance et de la conquête des parts de marchés, les entreprises se voient dans l’obligation d’offrir aux clients le meilleur rapport qualité/prix d’une part, et de maximiser leurs marges par des gains de productivité d’autre part. Les gestionnaires de ces entreprises cherchent constamment à assurer le suivi régulier de la production dans toutes ses étapes, également le contrôle des procédés, des machines et de l’ensemble des ressources, cela implique nécessairement une maitrise efficace des flux d’informations. Effectivement, les progiciels de la GPAO permettent de répondre parfaitement à ces attentes notamment en optimisant la gestion des activités de production , et ce en assurant la gestion efficace de toutes les activités impliquées dans la réalisation des produits depuis l’approvisionnement des matières premières auprès des fournisseurs jusqu’à la livraison des produits aux clients. La GPAO est devenue aujourd'hui une nécessité économique, elle a pour objectif l’amélioration de l’organisation de l’entreprise dans son ensemble, notamment par la gestion optimum des stocks de matière première en fonction des prévisions de ventes. Elle assure également la réduction des coûts par une adéquation entre la production, les stocks et la vente. Cela grâce à l’instauration d’une base de données commune assurant ainsi une interaction effective entre l’ensemble des fonctions de l’entreprise. Ainsi, les progiciels GPAO assurent une meilleure maitrise de tous les gisements de productivité : les nomenclatures, les stocks et les approvisionnements, la planification des besoins, le lancement automatisé de la production, la réception des commandes, le suivi qualité, l'édition de devis, l'encaissement, la livraison et le suivi des marchandises. Les gains assurés par la GPAO au profit de l’entreprise peuvent notamment se résumer ainsi : La gestion des données techniques nécessaires à la production. Minimisation des niveaux des stocks des produits finis et des produits en-cours. Le déclenchement et le suivi des ordres d’approvisionnement, d’achats et de fabrication. Le calcul des besoins en composants et en capacités. L’optimisation de l’utilisation des ressources (matérielles, humaines …) et par conséquent l’augmentation des profits. Le contrôle et le suivi au plus prés des coûts de fabrication. Augmentation de la satisfaction des clients par un meilleur respect et une minimisation des délais. Amélioration de la qualité et de réactivité.
    II. Implantation des progiciels GPAO. 1. Progiciel : Un « progiciel » est une appellation issue de la combinaison « produit-logiciel », c’est un ensemble cohérent et indépendant de programmes, de supports de manipulation ou d’information et d’une documentation en vue de traiter des informations utiles à la production. Par ailleurs, trouver un progiciel adapté exactement aux besoins peut s’avérer une tâche plus ou moins difficile du fait que chaque progiciel doit être spécifique à l’entreprise. 2. Implantation : L’implantation d’un progiciel GPAO assure l’optimisation des flux financiers et économique. Cependant, elle implique des changements techniques et humains en vue de s’adapter avec les nouvelles fonctionnalités d’un progiciel dans la production. Ces changements auront certainement des impactes sur l’organisation de l’entreprise, plusieurs étapes sont alors prévues pour cette implantation. 3. Coûts : L’implantation de la GPAO dépend de l'ambition et de la complexité technique du projet, de l'état organisationnel de l'entreprise mais surtout du budget qui dépend étroitement de la capacité financière de l'entreprise. Le coût global de l’opération d’implantation d’un système de GPAO au sein de l’entreprise dépend du coût de chacun des éléments suivants.
    III. La GPAO et le processus de production : La production aujourd’hui dépasse le cadre des ateliers, elle est le résultat des efforts coordonnés de l ‘ensemble des organes de l’entreprise dans la mesure où elle reprend, à son compte, aux exigences des autres fonctions de l’entreprise. En effet, la spécificité de la fabrication de chaque produit détermine le système GPAO à adopter. 1- Types de systèmes GPAO : MRP : « Materials Requirements Planning », c’est un outil de gestion globale et de planification de la production de l’entreprise en flux poussé, assurant ainsi le calcul des besoins nets (besoin brut – stock) et permettant de maintenir des dates d’exigibilité correctes. Pour cela les progiciels MRP se basent sur les nomenclatures de produits (nombre de composantes nécessaires) et sur les prévisions des ventes. En effet, ils déclenchent les ordres de fabrication et les ordres d’approvisionnement et précisent les dates de lancement en fonction des besoins et des délais d’obtention. C’est plus spécifiquement le cas des produits complexes personnalisés avec nomenclature. La gestion d’atelier : Alors que le MRP privilégie la gestion des matières, les progiciels de gestion d’atelier privilégient la gestion des charges. En effet ils permettent l’ordonnancement des opérations sur machines et également la gestion du planning et des lancements. Ainsi, ils assurent un suivi de fabrication et une optimisation des temps de cycle. Effectivement, ce type de progiciels est conçu pour la production des produits plus ou moins complexes, fabriqués à la commande et nécessitant un temps de cycle considérables. La gestion JAT : C ’est le type de progiciels de GPAO gérant les productions répétitives selon un modèle de JAT « Juste A Temps » qui représente en effet une méthode d’organisation de production consistant à éviter tout stock inutile en recevant les éléments nécessaires juste au moment de leur mise en oeuvre. Cela s’effectue en utilisant des programmes de fabrication Journalier. Par ailleurs, les flux sont contrôlés par l’utilisation de « Kanban » qui est, en effet, un mode de gestion japonais des flux crée par TOYOTA. Les progiciels de JAT concernent notamment les produits stables et répétitifs. La gestion des projets : Ces progiciels travaillent à la base du modèle PERT : « Programm Evaluation and Review Technic » qui, en effet, permet de gérer l'ordonnancement dans un projet .Cela est réalisé en représentant sous forme de graphe l’ensemble des tâches dont l'enchaînement permet d'aboutir à l'atteinte des objectifs d'un projet. Ce type de progiciels concerne les produits unitaires fabriqués sur spécifications. 2- Interaction de la GPAO avec les fonctions de l’entreprise : Dans une logique de rétroactivité entre les fonctions de l’entreprise, ces dernières doivent être dotées de sous systèmes d’information qui leurs permettent la connexion rapide aux données relatives à la production. Si ces progiciels communiquent de façon erronée, cela entrainerait une redondance d’information. Dans le cas échéant, un grand risque d’erreur serait prévu, et par conséquent du temps mort pour la production. Gérer la production ne se limite plus à gérer les flux de matières premières et les flux de produits, mais assure également la gestion des flux d’informations. 3- Organisation de la GPAO : Un système de GPAO a pour vocation d’optimiser les ressources de l’entreprise pour un volume donné de production. Il prend en compte la planification des moyens nécessaires au processus de production et contrôle de l’exécution de celui-ci. Fonctions de la GPAO : Dans le cadre de son fonctionnement la GPAO renvoie aux fonctions suivantes : L’élaboration du Plan Directeur de Production (PDP) : C’est la traduction opérationnelle du plan stratégique et de la politique commerciale de l’entreprise. C’est un plan à court terme (3 mois maximum) qui représente ce que l’entreprise devra produire en termes de quantités spécifiques de produits finis et de dates de production pour ces produits d’une part, d’autre part il assure une planification globale des capacités er des charges , des approvisionnements et ainsi à élaborer le budget de fabrication. Le calcul des besoins : En se basant sur les fichiers articles, nomenclatures. Les progiciels GPAO permettent de définir les besoins de l’entreprise en composants et la date ou ces composants doivent être disponible .Le calcul des besoins nets se fait à partir des besoins bruts (stocks, en-cours).Il commence par les produits finis et se fait en descendant afin de définir progressivement l’ensemble des besoins en composants élémentaires. les progiciels GPAO permettent de générer les ordres d’approvisionnement et de suggérer les ordres de fabrication. L’ordonnancement : C’est l’organisation des opérations de production dans le but d’optimiser les ressources par rapport aux objectifs fixés et cela en quantités et en délais. Cet ordonnancement s’effectue au niveau central d’une part, dans ce cas il est destiné à établir des lots à fabriquer et à assurer le suivi de ces prévisions. D’autre part, l’ordonnancement au niveau local des postes de charges vise à indiquer à l’operateur l’ordre de passage des lots sur le poste selon une règle de priorités définies. Le lancement et le suivi de production : C’est le déclenchement concret de la production et le contrôle de la fabrication. Effectivement le suivi de production permet de connaitre la situation réelle de l’ordre de fabrication et se base nécessairement sur l’enregistrement des données. La gestion des stocks : Cette fonction permet de connaitre à tout moment l’état et les mouvements des stocks réels de l’entreprise. La GPAO assure en effet la simplification de la tenue des stocks, du fait que la fiabilité des informations qui y sont relatives est primordiale. La gestion commerciale : La gestion des commandes aux fournisseurs vise à connaitre le prix de revient des articles aux différents stades fabrication .Les progiciels permettent d’effectuer des simulations en fonction de modifications des coûts et ainsi de calculer le coût réel de la production. Niveaux d’organisation : Le fonctionnement de la GPAO s’appuie sur deux bases de données : les données techniques fournies par « le bureau d’étude » d’une part ; les données commerciales fournies par la fonction « recherche et développement » d’autre part.
    Conclusion : La gestion de production s’approprie donc divers mécanismes dont la GPAO n’est qu’un seul. Cette dernière remplie un ensemble de tâches, relatives à la gestion de production, par l’automatisation des fonctions de l’entreprise et l’optimisation des ressources existantes. Cependant, cette assistance par ordinateur de la production révèle des limites en matière de son utilisation et des contraintes à l’en contre de son bon fonctionnement. En effet, parmi les données de la base d’un progiciel de GPAO, figure la « gamme de fabrication » qui implique le calcul des charges lors de l’ordonnancement des ordres de fabrication. Ce calcul ne peut, par contre, permettre la connaissance des modes opératoires de chaque phase, chose nécessaire pour le pilotage d’une unité productive. En plus, la GPAO ne fournie qu’une approximation des « délais d’obtention ». Ces derniers étant présentés comme la somme des temps opératoires et des temps inter-opératoires, deviennent étroitement relatifs aux seuls temps opératoires dans la logique de la GPAO. Ces exemples sont parmi ceux qui traduisent les limites de l’utilisation de la GPAO ce qui renvoie automatiquement à l’importance de la complémentarité entre la GPAO et les autres astuces de le Gestion de production.

    Bibliographie :
    « Gestion de production : Connaissances fondamentales » de P.HOMMEL.
    « L’organisation et la Gestion de production » de JAVEL.G,
    « La gestion de production » de P. ROGER,
    « Les systèmes de production dans un environnement CIM » de BROWN.J

    Autres documents pouvant vous intéresser


    Auteur Commentaire
    Business Plan

    Appel à contribution

    Suite à la proposition formulée par de nombreux membres de notre communauté, nous vous invitons vivement à consacrer un peu de votre temps pour commenter et noter les documents que vous téléchargez sur mawarid.
    Cette action aura le grand intérêt de renseigner les autres membres, à priori, sur la qualité des documents présents sur la plateforme et orienter leurs choix.
    Comptons énormément sur votre habituelle collaboration.