Logo
Memoires et Projets de fin d'Etudes

Espace Membres

Identifiant :

Mot de passe :

Mot de passe oublié ?

L’entrepreneuriat des jeunes et le développement de l’esprit d’entreprise au Maroc : L’expérience du programme Moukawalati
accéder au document
Type de document : Mémoire/PFE
Nombre de pages : 83
Format : .Pdf
Taille du fichier : 162.63 KB
Note : note (2 votes)
Extraits et sommaire de ce document
Les micros et petites entreprises (MPE) créées et /ou gérées par les jeunes constituent une base essentielle du tissu productif national. Elles occupent une place de choix dans l’économie en contribuant de manière significative à la croissance économique, à l’emploi, à la lutte contre la pauvreté et au développement local et régional.
Numériquement très importante, leur contribution socio-économique reste cependant largement en deçà des potentialités que peuvent faire valoir ce genre d’entreprises. En effet, beaucoup de contraintes se dressent toujours devant la promotion et le dynamisme de ces entreprises en raison de la fragilité de leurs structures et de la faiblesse de leurs moyens humains, techniques et financiers. Ce qui se traduit par une insuffisance de leurs performances, une érosion de leur compétitivité et par leur taux de mortalité élevé.
Il faut dire qu’au Maroc, l’entrepreneuriat des jeunes a connu un grand développement au cours des dernières décennies qui ont été marquées par l’ajustement structurel, le ralentissement économique, l’augmentation du chômage et de la pauvreté. Son développement a participé à la création d’emplois, à la croissance et à la lutte contre la pauvreté et la précarité.
La création des entreprises de petite dimension (PE) par les jeunes est devenue depuis plus de deux décennies une stratégie privilégiée du Maroc pour non seulement surmonter les difficultés d’insertion des diplômés dans la vie professionnelle mais également afin de contribuer positivement au développement socioéconomique du pays. En effet, l’accroissement du nombre de jeunes diplômés sans emploi, la réduction des opportunités dans l’emploi public ainsi que la nécessité de relever les défis de la compétitivité du Maroc ont amené les autorités nationales à s’intéresser davantage à la promotion des entreprises de petite dimension.
Cependant, le poids économique et social essentiel de cette population d’entreprises et les grandes contraintes auxquelles elles sont confrontées a poussé l’Etat à mette en place une stratégie globale de soutien et d’accompagnement qui a débuté dès le début des années 70. En effet, la création de PME pose, souvent, beaucoup d’obstacles aux jeunes diplômés. Ces contraintes sont liées d’un côté, à l’environnement externe hostile à la création comme le financement, la lourdeur et la complexité des procédures administratives, la réglementation non adaptée…etc; et de l’autre côté, les contraintes internes inhérentes aux capacités managériales en raison principalement du manque de formation tant à l’esprit d’entreprise qu’à la gestion (R.E NELSON, 1990) et l’absence d’accompagnement en termes d’assistance et de conseil (M. MOLLET, 2001).
Avec l’aggravation du chômage et de la pauvreté suite à la mise en application du Programme d’Ajustement Structurel (PAS) au début des années 80, la politique de l’Etat s’est orientée de plus en plus vers la création et le développement de MPE par les jeunes à travers une stratégie publique de promotion de l’auto emploi afin de faire face aux énormes déséquilibres sociaux engendrés par la politique d’austérité initiée au début des années quatre-vingt du siècle précédent.
Ainsi, dès 1987, les pouvoirs publics ont mis en place une nouvelle modalité de financement appelée «crédits jeunes promoteurs» concrétisée par la loi n° 36 / 87, puis par la loi 13 / 94, Ce qui a permis la mise en oeuvre d’un Fonds Spécial d’un milliard de dh pour la promotion de la création de MPE par des jeunes diplômés chômeurs.
Au terme de plusieurs années de mise à l’épreuve, les résultats obtenus par ces mécanismes financiers apparaissent extrêmement faibles. Ceci peut s’expliquer par plusieurs facteurs: lenteur et complexité des formalités des crédits, les réticences manifestées par les banques, les difficultés de faire d’un diplômé un créateur d’entreprise…
Tirant les leçons de ses expériences, les pouvoirs publics ont lancé depuis le 1 juillet 2006, le programme Moukawalati. Il s’agit d’un programme national d’appui à la création et à la gestion de 30.000 micros et petites entreprises. Ce qui pourrait générer entre 60.000 et 90.000 emplois (soit 2 à 3 emplois par MPE).Ce programme cible les diplômés lauréats de la formation professionnelle ainsi que les chômeurs diplômés de l’enseignement supérieur ou ayant leur baccalauréat.
En plus de la dimension financière de ce programme, il est prévu un accompagnement des jeunes tout au long des phases cruciales de création et de développement de leur petite entreprise.
De même, le parcours entrepreneurial est simplifié puisque désormais, il suffit de se rendre à l’un des centres Moukawalati en vue d’une présélection avant de soumettre le dossier du candidat à la commission régionale, présidée par le wali de la région. L’inscription au programme se fait auprès d’un seul guichet d’accueil, choisi par le porteur de projet. Ce guichet devient alors son unique interlocuteur.
Quand la sélection définitive, elle est soumise à une procédure d’accompagnement du porteur de projet sous forme de formation managériale, administrative et financière, de simulation du Business Plan pour améliorer les capacités de communication du candidat avant la présentation du dossier au financement bancaire...
Au terme de plusieurs années de mise en oeuvre, il serait extrêmement intéressant d’évaluer le chemin parcouru dans ce domaine en essayant de faire un diagnostic analytique et critique de ce programme.
Dans cette perspective quatre principales hypothèses de travail ont été formulées dans le cadre de notre proposition et que nous allons essayer de tester :
- L’environnement général de l’entreprise joue un rôle fondamental en tant qu’élément facilitateur ou de blocage en matière de création et de pérennisation des entreprises. Ce facteur est encore plus déterminant lorsqu’il s’agisse de petites entreprises crées ou gérées par des jeunes diplômés qui entreprennent dans un environnement particulièrement hostile comme c’est le cas au Maroc ;
- Les contraintes générales liées à l’environnement de l’entreprise de l’entrepreneuriat des jeunes diplômés au Maroc (financière, foncière …) se dédouble d’obstacles spécifiques qu’il est essentiel de mettre en exergue et d’analyser .Ces contraintes sont d’ordre institutionnel, social, culturel….. (BOUSSETTA, 2008);
- L’auto-emploi à travers la création de sa propre entreprise constitue actuellement au Maroc le moyen le plus efficace et le plus important pour lutter contre le chômage, la pauvreté et l’exclusion sociale. Les énormes difficultés que connait le budget de l’Etat ont considérablement réduit les possibilités d’embauche au niveau du secteur public ;
- L’amélioration de cet environnement entrepreneurial constitue l’un des facteurs déterminants de la croissance économique dans un contexte marqué par la mondialisation, l’ouverture de l’économie et le désengagement de l’Etat.
Quant aux objectifs de notre recherche, ils sont pluriels et peuvent être regroupés en trois grandes catégories :
- Tout d’abord, un objectif général qui consistera à faire une synthèse générale et une revue complète de la littérature sur la question de l’entrepreneuriat des jeunes tout en contribuant à faire avancer la recherche dans le domaine de la connaissance et de l'analyse des différents aspects de l'environnement entrepreneurial de manière générale et plus particulièrement des jeunes.
De même, une analyse critique de l’expérience de Moukawalati sera menée afin d’éclairer les décideurs économiques, financiers et politiques en matière de création de petites entreprises par les jeunes diplômés ;
- Ensuite, un premier objectif spécifique qui sera relatif à l’élaboration d’un plan d'action opérationnel visant à promouvoir l'entrepreneuriat des jeunes notamment des diplômés parmi eux et à améliorer l'environnement hostile auquel il est confronté au Maroc.
Ainsi, un certain nombre de mesures et d’actions concrètes seront proposées afin de contribuer de manière significative à l’assainissement de l’environnement entrepreneurial des jeunes diplômés au Maroc, de favoriser la création d’activités économiques et de promouvoir le secteur privé des micros et petites entreprises à travers la contribution à l’amélioration du climat général des affaires ;
- Enfin un deuxième objectif spécifique qui sera la constitution et le développement d’un réseau de chercheurs sur les atouts et les contraintes de l'environnement institutionnel, financier, juridique… de la création et de la promotion des activités économiques par les jeunes dans un contexte difficile. Ce qui est de nature à combler un grand vide et une importante lacune sur ce plan au Maroc.
Ainsi, un véritable pôle d’excellence sera mis en place au sein de la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales relevant de l’université Ibn Tofail de Kénitra qui sera spécialisé dans les questions entrepreneuriales. D’autant plus, que le noyau d’un tel pôle est déjà en place dans notre établissement et que les démarches entreprises avec des organismes publics et privés dans cette perspective sont assez avancées.

1. Revue de littérature
1.1 L’approche globale
1.1.1 Eléments théoriques sur l’entrepreneuriat
1.1.2 L’entrepreneuriat des jeunes
1.2 Revue de la littérature marocaine
1.2.1 Au niveau des enquêtes
1.2.2 Au niveau des monographies et enquêtes locales
2. Stratégie publique de promotion et d’accompagnement des jeunes entrepreneurs au Maroc
2.1 Sources de vulnérabilité de l’entrepreneuriat des jeunes au Maroc
2.2 La stratégie publique d’accompagnement financier de l’entrepreneuriat des jeunes au Maroc
3. L’expérience du programme Moukawalati
3.1 Objectifs généraux du programme
3.2 Sélection des jeunes entrepreneurs potentiels
3.3 Conditions d’éligibilité et dispositif financier du programme
3.4 Structures de pilotage et de suivi du programme
3.5 L’organisation institutionnelle
3.6 L’accompagnement des porteurs de projets
3.7 Résultats globaux du programme
3.8 Contraintes de mise en oeuvre
4. Etude empirique
4.1 Méthodologie générale
4.2 Profil et activité
4.2.1 Identification du bénéficiaire
4.2.2 Identification du projet
4.3 Investissement, chiffre d’affaires et emploi
4.3.1 Investissements réalisés
4.3.2 Chiffres d’affaires
4.3.3 Emplois crées
4.4 Forme juridique des entreprises créées
4.5 Motivations de création
4.6 Contraintes de création et de gestion
4.6.1 Le coût de création
4.6.2 La procédure de création
4.6.3 Les principales contraintes de création rencontrées
4.6.4 Les contraintes de gestion
4.6.5 L’environnement entrepreneurial des jeunes enquêtés
4.7 La problématique du financement
4.7.1 Importance des crédits obtenus
4.7.2 Procédures du crédit
4.7.3 Le coût de crédit bancaire
4.8 La question de l’appui non financier
5. Recommandations et perspectives
Ces documents peuvent également vous intéresser !
# Les femmes entre assistanat et entrepreneuriat dans les projets de territoire et de valorisation touristique des espaces de marge du sud du Maroc
# Processus de transformation des intentions d’entreprendre en actions entrepreneuriales
# Les inventeurs universitaires marocains et l’entrepreneuriat : Une analyse de l’intention entrepreneuriale
# Entrepreneuriat et développement territorial : Cas du complexe industriel Jorf Lasfar
# L’entrepreneuriat et les jeunes au Maroc
# Le groupement inter-entreprises et le développement local en Algérie
# Analyse de l'impact de la formation universitaire en entrepreneuriat sur l'intention entrepreneuriale chez les étudiants
# L’impact de la concentration spatiale des entreprises sur la dynamique territoriale : Cas de la zone d’activités Taharacht
# L’entrepreneuriat féminin au Maroc
# Le guide pédagogique sur l'entrepreneuriat
# Climat des affaires et succès des entreprises de l’écosystème automobile marocain
# L'entrepreneuriat innovant et le développement territorial : Cas du secteur artisanal au Maroc
# Les femmes chefs d’entreprise au Maroc
# L’entrepreneuriat féminin au Maroc : Une étude exploratoire
# L’entrepreneuriat coopératif, un levier du développement territorial au Maroc
# Concept d’incubation d’entreprises au Maroc : Cas des incubateurs académiques
# L’enseignement de l’entreprenariat : Clé pour la création de l’entreprise
# L’entrepreneuriat au Maroc : Les contraintes et les conditions de développement
# L’entrepreneuriat digital au Maroc : Les entrepreneurs face aux défis actuels
# Les programmes d'aide et d'assistance à la création des PME par les jeunes marocains

Contact
Contact