Logo
Memoires et Projets de fin d'Etudes

Espace Membres

Identifiant :

Mot de passe :

Mot de passe oublié ?

La création de valeur ajoutée socio-économique par l’audit interne : Cas d’entreprises marocaines
accéder au document
Type de document : Thèse de doctorat
Nombre de pages : 304
Format : .Pdf
Taille du fichier : 71.94 KB
Nombre de consultations : 340
Note : note (1 vote)
Extraits et sommaire de ce document
Les origines de l’audit remontent loin dans l’histoire. Au 3ème siècle avant Jésus-Christ, les gouvernements romains avaient pris l’habitude de designer des questeurs qui contrôlaient les comptabilités de toutes les provinces. Depuis les « auditors » d’Édouard 1er d’Angleterre, les exemples sont nombreux qui peuvent être présentés comme des antécédents historiques ; mais en fait aucun d’entre eux ne rend pleinement compte de cette fonction telle qu’elle existe aujourd’hui, car c’est en réalité une fonction nouvelle avec des particularités singulières et qui ne se confondent avec aucun précédent historique.
La pratique de l’audit a connu au cours des dernières décennies un développement considérable marqué par une triple extension : extension dans son objet (de la régularité à la performance), extension dans ses objectifs (de la recherche de la fraude à l’évaluation critique des processus de management des risques, du contrôle interne et du gouvernement d’entreprise), extension de ses secteurs d’activités et de ses champs d’application (du secteur privé au secteur public).
L’activité d’audit Interne est une fonction relativement récente puisque son apparition (ou sa réapparition, comme dirait certains (d’après Jaques RENARD en 2006)) remonte à la crise économique de 1929 aux États-Unis. Les entreprises subissaient alors de plein fouet la récession économique, et pour réduire les charges, les grandes entreprises américaines utilisaient les services de cabinets d’audit Externes, organismes indépendants ayant pour mission la certification des comptes, bilans et états financiers.
La fonction d’audit interne n’est apparue en France que dans les années 60, encore largement marquée par ses origines de contrôle et vérification comptables. Ce n’est véritablement qu’à partir de l’année 85 que l’originalité et les spécificités de la fonction d’audit interne commencèrent à se dégager et à se préciser. On peut d’ailleurs estimer que l’évolution de l’audit interne n’est pas encore parvenue à son terme, car il s’agit d'un concept pluridisciplinaire : il s’enrichit constamment des apports méthodologiques de la sociologie, la psychologie, l’économie, le droit, l’informatique…etc.
Au Maroc, à la fin des années quatre-vingt, le secteur des entreprises privées est le premier à avoir introduit l’audit dans la gestion des affaires pour la maitrise des opérations et ce, dans les filiales des entreprises multinationales. Puis il a été introduit dans le secteur public pour des raisons liées à l’ouverture mondiale et aussi en vue d’assainir les états financiers des entreprises publiques marocaines suite aux recommandations des bailleurs de fonds dans le cadre du plan d’ajustement structurel (PAS).
L’objet de notre recherche est : La pratique de l’Audit Interne au sein des Entreprises Privées et Publiques Marocaines. Et notre question de recherche est : « Pourquoi l’Audit Interne n’apporte-t-il pas la valeur ajoutée socio-économique escomptée pour la maîtrise et l’amélioration de la gestion au sein des entreprises marocaines ? ».
CHAMP DE RECHERCHE ET LA PROBLEMATIQUE POSEE: Les auditeurs internes marocains, à l’instar de leurs homologues du monde entier, doivent, dans l’exercice de leur activité, respecter le cadre de référence de l’Audit Interne (CRIPP) qui se compose : De la définition de l’Audit Interne, des normes professionnelles de l’audit interne et du code de déontologie. Ces trois éléments constituent les « Dispositions obligatoires » du CRIPP, et des modalités pratiques d’application «MPA », des prises de positions de l’IIA-Global et des guides pratiques «GTAG », qui forment les « Dispositions fortement recommandées » du CRIPP.
Ils doivent, aussi, se conformer aux lois promulguées au Maroc, et qui exigent que l’audit interne soit instauré, aussi bien au niveau des organismes publics que privés, surtout au niveau des sociétés anonymes étatiques ayant opté pour le contrôle financier de l’état a postériori, qu’il soit rattaché aux Ministres et aux Directeurs Généraux des entreprise publiques et qu’il rende compte, dans le cadre de la bonne gouvernance, directement au Conseil d’Administration et aux Comités d’Audit.
[…]
Et malgré les évolutions enregistrées au niveau des styles de leaderships des managers marocains et l’introduction de méthodes modernes de gestion au sein des entreprises, ainsi que l’adoption d’une loi sur la concurrence et la création d’un conseil national de la concurrence et l’adoption par plusieurs organisations des normes ISO 26 000 relatives à la GRH, l’audit interne n’arrive pas à jouer pleinement et efficacement son rôle et à produire la valeur ajoutée escomptée à travers sa pratique.
La problématique qui se pose alors est : « L’audit interne au Maroc continue à ne pas produire la valeur ajoutée escomptée et ce, malgré la promulgation de plusieurs lois et directives de Bank al Maghrib et l’adoption des codes Bales, Solvency et de gouvernement d’entreprises »
Pour discuter cette problématique et répondre à notre question de recherche , nous allons examiner, d’une manière longitudinale, le fonctionnement de cette activité au sein de l’Office « X » en utilisant la méthode inductive et l’approche qualitative, qui va nous permettre à partir du diagnostic d’une réalité observée de déterminer les causes et les facteurs qui entravent le fonctionnement adéquat de l’Audit Interne au sein de cet office, et faire le croisement avec trois entreprises privées : A, B et C et deux entreprises publiques : Z et Y à travers des entretiens avec les responsables de ces entités pour confirmer les résultats constatés. Ce travail sera réalisé en faisant la distinction entre cinq thèmes de recherche :
1/L’influence de l’environnement de contrôle : Intégrité, honnêteté, valeur éthique (système de valeur des Administrateurs et des Dirigeants), la compétence des dirigeants et leur prise de conscience des missions réelles de l’Audit Interne et de la valeur ajoutée qu’il peut procurer aux organisations ;
2/L’existence de processus de management des risques (cartographies des risques), de contrôle interne (mise en place des six dispositifs : Les objectifs, les moyens, l’organisation, les procédures et les méthodes, les SIG et la supervision), de gouvernement d’entreprise (avec séparation des pouvoirs de décision, d’exécution et de contrôle et l’obligation de rendre compte) ;
3/L’existence de comités d’audit et la compétence et l’indépendance de leurs membres ;
4/L’organisation et le rattachement hiérarchique de l’Audit Interne et l’existence de chartes d’Audit;
5/La compétence des Auditeurs Internes : La connaissance du cadre de référence et maitrise de la méthodologie et des outils de l’audit interne par les Auditeurs Internes , la qualité du suivi de la mise en place des recommandations et la production des rapports d’activité pour la mise en exergue de la valeur ajoutée des actions de progrès introduites suite à l’audit.

PARTIE I : CADRE THEORIQUE ET PROBLEMATIQUE DE LA RECHERCHE
CHAPITRE -I/ ETAT DE L’ART ET DEVELOPPEMENT THEORIQUE

I.1/ Organisation, missions, pouvoirs et responsabilités de l’Audit Interne
1.1.1- La Définition de l’Audit Interne
1.1.2- Les Objectifs de l’Audit Interne
1.1.3- Les types de missions d’audit interne
1.1.4- La charte de l’audit interne
1.1.5- L’Indépendance et l’Objectivité de l’Audit Interne
1.1.6- La compétence et la conscience professionnelles en Audit Interne
1.1.7- Le programme d'assurance et d'amélioration qualité
I.2/ Fonctionnement de l’Audit Interne
1.2.1- Le management du département d’Audit Interne
1.2.2- L’élaboration du plan annuel d’audit
1.2.3- L’approbation du plan d’audit par le Conseil d’Administration
1.2.4- La gestion des ressources de l’Audit Interne
1.2.5- Les procédures de travail de l’Audit Interne
1.2.6- La coordination du travail de l’Audit Interne
1.2.7-Les rapports à la Direction Générale et au Conseil d’Administration
I.3/ Méthodologie de l’Audit Interne
1.3.1/ La phase de planification de la mission
1.3.1.1- Planification de la mission
1.3.1.2- Évaluation du Management des Risques
1.3.1.3- Évaluation du Contrôle Interne
1.3.1.4- Évaluation du Gouvernement d’Entreprise
1.3.1.5- Évaluation des dispositifs de contrôle et élaboration du tableau des forces et faiblesses (TFfA)
1.3.1.6- Rapport d’orientation (Plan d’Approche)
1.3.2/ La phase d’exécution de la mission
1.3.2.1- Programme de vérification
1.3.2.2- B.A.P.S : Budget, Allocation, Planning, Suivi
1.3.2.3- Feuille de couverture
1.3.2.4- Papiers de travail
1.3.2.5- Dossiers de travail
1.3.2.6- Feuille d’Analyse et de Recommandation (FAR)
I.3.3/ Phase de conclusion et de communication des résultats des missions d’audit interne
1.3.3.1- Ossature du rapport détaillé
1.3.3.2- Compte Rendu Final au Site (C.R.F.S)
1.3.3.3- Rapport d’audit interne
1.3.3.4- Rapport de synthèse
1.3.3.5- Réunion de validation
1.3.3.6- Présentation et relecture
1.3.3.7- Diffusion du rapport d’audit
1.3.3.8- États des Actions de Progrès (E.A.P) et suivi des recommandations
I.4/ Techniques de l’auditeur interne
I.4.1/ Approches globales
1.4.1.1- Analyse économique
1.4.1.2- Volume et type de transaction
1.4.1.3- Diagramme de circulation
I.4.2/ Approches par questions
1.4.2.1- Interview
1.4.2.2- Questionnaires
1.4.3/Approche par vérification
1.4.3.1- Observation physique
1.4.3.2- Les procédures de contrôle analytique
1.4.4/Approche par sondage
1.4.4.1- Sondage statistique
1.4.4.2- Sondages raisonnés
1.4.5 Technique d'Audit Assisté par Ordinateur (TAAO)
1.4.5.1- Extraction et interrogation des fichiers informatiques
1.4.5.2- Utilisation d'outils informatiques pour le traitement et la manipulation des données
CHAPITRE II/ PRESENTATION DU CONTEXTE DE LA RECHERCHE
I / Présentation des Établissements et des Entreprises : Les cas étudiés
II.2/ Présentation des lois, des codes et des circulaires qui régissent le fonctionnement de l’Audit Interne au Maroc
2.2.1- La lettre Royale du 27 Août 1993 au premier Ministre relative à l’Audit
2.2.2- La Loi n° 69-00 relative au contrôle financier de L’État sur les entreprises publiques et autres organismes (Dahir n0 1-03-195 11/11/2003)
2.2.3- L’Arrêté du ministre des finances et de la privatisation n° 1549-05 du 20 décembre 2005 fixant les instruments de gestion des établissements publics éligibles au contrôle d'accompagnement
2.2.4- La loi relative à la passation des marchés publics
2.2.5- Le code marocain de bonne gouvernance
2.2.6- La circulaire de Bank Al Maghrib relative au contrôle interne des établissements de crédit (CN40/G/2007 du 02 août 2007)
CHAPITRE III/ METHODOLOGIE DE LA RECHERCHE ET EPISTEMOLOGIE
III.1 / La recherche en sciences de gestion
3.1.1- Le positivisme contre constructivisme
3.1.2- La différence entre champ et objet de recherche en sciences de gestion
3.1.3- Les recherches fondamentales appliquées ou empiriques
3.1.4- Le rôle du chercheur en sciences de gestion
3.1.5- Le consultant
3.1.6- Le chercheur
3.1.7- Le professeur
III.2 / La méthode de recherche adoptée :
3.2.1- La recherche qualitative
3.2.2- La méthode des cas en recherche
3.2.3- L’exploitation des pratiques professionnelles dans une recherche par les cas
3.2.4- Les idées clés et les phrases témoins
3.2.5- Le corps d’hypothèses, les thèmes et les sous- thèmes
3.2.6- Les hypothèses descriptives, explicatives et prescriptives
III.3 / Les hypothèses descriptives, explicatives et prescriptives de notre recherche
3.3.1-Thème 1/ La qualité de l’environnement de contrôle
3.3.2-Thème 2/ L’existence de processus de management des risques, de contrôle interne et de gouvernement d’entreprises formalisés
3.3.3-Thème 3/ Le fonctionnement des comités d’Audit
3.3.4- Thème 4/ L’organisation de l’Audit Interne et les chartes d’audit
3.3.5-Thème 5/La compétence des responsables de l’Audit Interne et des Auditeurs Internes
PARTIE II : PRESENTATION ET DISCUSSION DES RESULTATS DE LA RECHERCHE
CHAPITRE IV / VALIDATION DES RESULTATS DES ETUDES DE CAS (DESCRIPTIF)

4.1- La qualité de l’environnement de contrôle, les résultats des entretiens confirmatoires
4.2- L’existence de processus de management des risques, de contrôle interne et de gouvernement
d’entreprise formalisés, les résultats des entretiens confirmatoires
4.3- L’existence et le fonctionnement des comités d’Audit, les résultats des entretiens confirmatoires
4.4- L’organisation et le rattachement hiérarchique de l’Audit Interne ainsi que l’existence ou non de chartes d’audit, les résultats des entretiens confirmatoires
4.5- Les résultats des confirmations concernant la compétence des responsables de l’Audit Interne et des
Auditeurs Internes, les résultats des entretiens confirmatoires
CHAPITRE V/ PRESENTATION ET ANALYSE DES RESULTATS DE LA RECHERCHE (EXPLICATION)
5.1- La qualité de l’environnement de contrôle.
5.2- L’existence ou l’absence de processus de management des risques, de contrôle interne et de gouvernance
5.3- L’existence et au fonctionnement des comités d’Audit
5.4- Le rattachement hiérarchique et à l’organisation de l’Audit Interne et à l’existence ou non de chartes d’audit.
5.5-La compétence des responsables de l’Audit Interne et des Auditeurs Internes.
CHAPITRE VI/ DISCUSSION ET PROPOSITIONS DE SOLUTIONS POUR L’AMELIORATION LA DE LA PRATIQUE DE L’AUDIT INTERNE AU MAROC (PRESCRIPTIF)
6.1- La qualité de l’environnement de contrôle
6.2- Les processus de management des risques, de contrôle interne et de gouvernance.
6.3- La création et au fonctionnement des comités d’Audit
6.4- Le rattachement hiérarchique et à l’organisation de l’Audit Interne ainsi qu’à la mise en place de chartes d’audit
6.5-La compétence des responsables de l’Audit Interne et des Auditeurs Internes
Ces documents peuvent également vous intéresser !
# Le rôle de l’audit interne dans le pilotage et la performance du système de contrôle interne chez les entreprises algériennes
# La pratique de l’audit interne au sein des entreprises marocaines : les enjeux, les contraintes et les opportunités
# La contribution de l’audit interne à la performance de l’entreprise
# L’apport de l’audit opérationnel interne dans la réduction des abus de la rémunération des dirigeants : Cas des sociétés par action en Algérie
# Le rôle de l’audit interne dans l’amélioration de la gouvernance d’entreprise : Cas des entreprises algériennes
# Projet de mise en place d’une entité d’audit interne au sein des entreprises
# L’audit interne dans le secteur public : Cas de la Trésorerie générale du Royaume
# Contribution de l'audit interne à la performance de la société Cevital
# L’audit interne et la prévention de la fraude dans le secteur bancaire : Cas d’Al Baraka Bank
# Mission d'audit interne de la Banque Centrale de Mauritanie
# Contribution de l’audit interne à la performance de la société Baticompos
# L’impact de l’audit interne sur la performance de l’entreprise Transbois
# Apport de l'audit interne à la performance de l'entreprise COGB Labelle
# Le rôle de la fonction audit interne dans la prise de décision : Cas du groupe Erco
# L’audit interne et le management des risques chez l’Entreprise Portuaire de Bejaia
# L’importance de l’audit interne chez l’Entreprise Portuaire de Mostaganem
# Théorie et pratique de l'audit interne
# La contribution de l’audit interne dans la gouvernance d’entreprise
# L’impact de l’audit interne sur la performance des PME marocaines : Un essai sur les contraintes et les opportunités
# Qualité de l’audit interne dans le secteur public : Revue de la littérature

Correction
Jumia