Logo
Memoires et Projets de fin d'Etudes

Espace Membres

Identifiant :

Mot de passe :

Mot de passe oublié ?

Stratégie de développement de l’EACCE : Levier de croissance du secteur d’exportation des produits alimentaires marocains
accéder au document
Type de document : Mémoire/PFE
Nombre de pages : 146
Format : .Pdf
Taille du fichier : 304 KB
Note : note (0 votes)
Extraits et sommaire de ce document
L'Etablissement Autonome de Contrôle et de Coordination des Exportations (EACCE) est un organisme public qui a été créé en 1986 pour assurer le Contrôle de la qualité et la Coordination des exportations alimentaires marocaines. Il est doté de la personnalité morale et de l'autonomie financière et relève de la tutelle du Ministère de l'Agriculture et du Développement Rural. Il est administré par un Conseil d’Administration composé, d’une façon paritaire, de représentants de l'Administration et du secteur privé d'exportation des produits alimentaires. Après avoir opéré plusieurs adaptations à son mode et à ses moyens d’intervention depuis sa création, et plus particulièrement depuis 1995 où il s’est vu doter d’une nouvelle recette qui lui a permis de surmonter ses difficultés financières, cet organisme se trouve aujourd’hui face à des défis importants d’une nouvelle nature, que lui imposent son rôle et son environnement national et international.
Ces défis peuvent être déclinés comme suit : la nouvelle politique gouvernementale qui a été déclinée par le 1er Ministre dans sa déclaration d’investiture en novembre 2002, consistant en la rationalisation et le recentrage des missions des organismes publics en général et la création des conditions nécessaires de mise en synergie de toutes les structures de l’Etat intervenant dans le domaine du contrôle alimentaire, en particulier. L’adoption d’une nouvelle loi sur le contrôle financier des organismes publics et les deux projets actuellement en gestation, de regroupement de structures de l’Etat en un Office national de promotion des investissements et des exportations (ONIX) et de regroupement d’une dizaine de structures publiques en une Agence de contrôle de la sécurité sanitaire des aliments (ACQSSA), sont les principales expressions de ladite politique gouvernementale.
Le bouillonnement qui caractérise actuellement le secteur d’exportation des produits alimentaires, aussi bien sur le plan de son organisation, de la diversification des produits et des marchés, de la valorisation de l’offre, de l’introduction de systèmes internes de maîtrise de la qualité, que d’approche logistique et commerciale des marchés internationaux.
L’environnement international des exportations alimentaires marocaines aussi bien au niveau multilatéral dans le cadre des négociations agricoles en cours au sein de l’OMC, qu’au niveau bilatéral avec la conclusion quasi simultanée de l’accord agricole avec l’Union Européenne et de l’accord de zone de libre échange avec les Etats Unis d’Amérique, respectivement en mai et en juin 2004.
De par son rôle dans le secteur des exportations alimentaires, dont il est l’un des principaux intervenants publics, et face à ces défis, l’EACCE est aujourd’hui dans l’obligation d’imaginer de nouveaux choix stratégiques lui permettant d’agir sur son destin au lieu de le subir. Que peuvent être ces choix stratégiques?, par rapport à quel ordre de priorité faudrait-il les faire ?, quelles seront les adaptations ou les refontes que de tels choix peuvent-ils induire ?, quelles seront leurs répercutions sur ses missions et équilibres ? Autant de questions qui interpellent fortement cet organisme public et exigent de lui des réponses concrètes et programmées dans le temps et dans l’espace.
Le présent travail de recherche n’a nullement la prétention de proposer des projets de réponses à toutes ces interpellations dont l’ampleur et la multi-dimensionnalité nécessitent la mobilisation d’un temps et de compétences plus importants que ceux déployés actuellement dans le cadre du présent Mastère. Pour être pragmatique et surtout utile, ce travail se limitera à tenter des propositions de réponses à quatre questions essentielles : Que doivent devenir les missions et attributions de cet organisme public ? Avec quels moyens humains et matériels devra-t-il les accomplir ? Quelle tutelle administrative ? Quel fonctionnement de ses organes de gestion et quelles relations avec eux ? Si la focalisation sur ces quatre questions est tout à fait volontaire, elle n’est nullement arbitraire. Toutes ces questions s’inscrivent dans une même logique et correspondent à l’essentiel des préoccupations prioritaires de l’EACCE.
Sur le plan méthodologique(1)(2)(3), le présent travail de recherche s’articule autour de trois axes, à savoir : un axe sur l’analyse de l’environnement national et international de l’EACCE qui traitera de l’importance du secteur d’exportation des produits alimentaires, des conditions techniques d’accès aux marchés internationaux, des principales mutations intervenues dans l’environnement national et international de l’EACCE, des structures officielles de contrôle Marocaines intervenant dans le secteur des produits alimentaires et de modèles de structures de contrôle officielles étrangères intervenant dans le secteur ; un axe sur le diagnostic de l’EACCE qui fera une présentation de l’EACCE au niveaux du statut juridique, des attributions et du patrimoine technique, et fera le diagnostic du contrôle technique, de la coordination des exportations, du management humain et des finances de l‘EACCE, et un axe sur la stratégie de développement qui présentera ladite stratégie, ainsi que les conditions de son succès et l’impact attendu de sa mise en oeuvre.
Je souhaite sincèrement que la stratégie de croissance que je me suis efforcé de présenter ici, soit à la hauteur de l’intérêt recherché à travers la préparation de la présente thèse professionnelle. Elle devrait permettre à l’EACCE de jouer pleinement le rôle dynamique attendu de lui, afin qu’il soit un véritable levier de développement d’un secteur regorgeant de potentialités, mais en mal d’efficacité.

Chapitre premier : Analyse de l’environnement national et international de l’EACCE
Section I : Le secteur des exportations alimentaires : un enjeu économique et social
1.1- Branche des Agrumes
1.2- Branche des Produits Maraîchers
1.3- Branche des Produits Végétaux Transformés
1.4- Branche des Produits de la Pêche
Section II : Les conditions techniques d’accès aux marchés internationaux
2.1- Amérique du Nord
2.2- Union Européenne
Section III : Des mutations dans l’environnement national et international de l’EACCE
3.1- Environnement national
3.2- Environnement bilatéral international
3.3- Environnement multilatéral international
Section IV : Les structures officielles Marocaines intervenant dans le contrôle des produits alimentaires
4.1- Missions et attributions des structures de contrôle
4.2- Structures d’appui aux structures de contrôle officiel
4.3- Cadre de coordination des structures en charge du contrôle alimentaire
Section V : Modèles de structures de contrôle officiel étrangères intervenant dans le secteur alimentaire
5.1- Union Européenne
5.2- Canada
5.3- Afrique du Sud
5.4- Argentine
Chapitre deux : Diagnostic de l’EACCE
Section VI : Présentation de l’EACCE
6.1- De l’histoire
6.2- Forme juridique et structures de décision de l’EACCE
6.3- Attributions de l’EACCE
6.4- Patrimoine technique de l’EACCE
Section VII : Diagnostic de l’EACCE
7.1- Diagnostic du contrôle technique
7.2- Diagnostic de la Coordination des Exportations
7.3- Diagnostic du Management Humain
7.4- Diagnostic financier
Section VIII : Politique générale de la Direction
8.1- Contrôle et coordination des exportations
8.2- Systèmes de contrôle interne
8.3- Gestion de l’EACCE
Section IX : Bilans des atouts et contraintes de l’EACCE
Chapitre trois : Stratégie de développement de l’EACCE
Section X : Synthèse du diagnostic stratégique
10.1- Enseignements de dimension exogène
10.2- Enseignements de dimension endogène
Section XI : Stratégie de développement de l’EACCE
11.1- Position des opérateurs privés vis-à-vis de l’EACCE
11.2- Missions et axes stratégiques
Section XII : Conditions de succès de la stratégie
12.1- Préalables exogènes
12.2- Moyens à mettre en oeuvre
Section XIII : Impact attendu de la stratégie
13.1- Impact du statut et de la vocation de l’ANEA
13.2- Impact des missions de l’ANEA
13.3- Impact de l’organisation de l’ANEA
13.4- Impact des organes de gestion de l’ANEA
13.5- Impact des moyens de l’ANEA
Ces documents peuvent également vous intéresser !

Contact
Contact