Logo
Memoires et Projets de fin d'Etudes

Espace Membres

Identifiant :

Mot de passe :

Mot de passe oublié ?

La stratégie d’expansion géographique des banques marocaines en Afrique
accéder au document
Type de document : Article académique
Nombre de pages : 42
Format : .Pdf
Taille du fichier : 585.94 KB
Note : note (1 vote)
Extraits et sommaire de ce document
Présenté hier comme un continent perdu, l’Afrique enregistre depuis plus d’une décennie une croissance supérieure à celle du monde. Aujourd’hui, il est synonyme de croissance économique, d’intégration rapide des nouvelles technologies, de moindre dépendance des revenus des matières premières et d’émergence d’une classe moyenne de plus en plus importante. Parallèlement à l’amélioration de la situation économique, les systèmes bancaires se sont développés et modernisés rapidement et un nombre croissant de banques africaines sont, aujourd’hui, aux standards internationaux. Ainsi, les deux dernières décennies ont vu une expansion rapide sur le continent de plusieurs institutions bancaires originaires d’Afrique (Afrique du Sud, le Nigeria, le Kenya et le Maroc).
Sur le plan académique, plusieurs recherches se sont intéressées au développement des banques à l’international en vue d’identifier les déterminants à l’internationalisation, de comprendre le processus de ce développement (Hirst & Taylor, 1985; Fujita & Ishigaki, 1986; Engwall & Wallenstal, 1988; Hellman, 1994; Marois, 1997; Guillén & Tschoegl, 1999; Cardone-Riportella & Cazorla-Papis, 2001; Mutinelli, 2001; Cattani & Tschoegl, 2002; Fung, et al., 2002; Cardone-Riportella, et al., 2003; José Alvarez-Gil, et al., 2003; Sanchez-Peinado, 2003; M. Buch & Lipponer, 2007; Qian & Delios, 2008; Prada, Alemany & Planellas, 2009; Kumar Boojihawon & Acholonu, 2013; Hadjikhani, 2013; Ekman, et al., 2014; Ghauri, Hadjikhani & Pajuvirta, 2016) et d’analyser l’impact de cette internationalisation sur leurs performances (Morgan & Samolyk, 2003; Rime, 2005; Acharya, Hasan & Saunders, 2006; Deng & Elyasiani, 2008; Liang, Peng Ching & Chan, 2013; Goetz, Laeven & Levine, 2016; Sissy, Amid & Yindenaba Abor, 2017; Pelletier, 2018). Néanmoins, à notre connaissance, aucune ne s’est intéressée au cas particulier des banques marocaines.
Devant cette nouvelle réalité et l’absence de publications académiques dédiées aux banques marocaines, nous allons mener une étude exploratoire en vue d’étudier les éléments suivants : Identifier les particularités du secteur bancaire au Maroc ; Identifier et présenter les groupes bancaires marocains se développant en Afrique et tenter de comprendre leurs stratégies d’expansion sur le continent ; Déterminer l’ampleur du phénomène et étudier le besoin et la faisabilité de mener une étude plus approfondie.
Notre article est organisé comme suit. Dans la première section nous allons définir notre méthodologie. Dans la deuxième, présenter un bref rappel historique du secteur bancaire marocain. Dans la troisième, le processus d’expansion des groupes bancaires marocains en Afrique et à la fin nous allons laisser la place à une conclusion dans laquelle nous allons présenter nos résultats et les perspectives de recherche.
[…]
En guise de conclusion, notre étude exploratoire a permis d’éclaircir cinq points par rapport à notre sujet :
- Premièrement, sur l’ensemble des banques dont le siège est situé au Maroc, trois seulement poursuivent une stratégie d’expansion en Afrique. Il s’agit des trois plus grandes banques sur le marché marocain, à savoir, AttijariWafa Banque, la Banque Centrale Populaire et la BMCE Bank Of Africa ;
- Deuxièmement, la stratégie d’expansion en Afrique est le résultat d’une décision stratégique prise par des actionnaires marocains. En effet, l’étude de l’évolution de la géographie du capital des banques marocaines se développant en Afrique depuis 2001, révèle que leur l’actionnariat est resté majoritairement marocain sur toute la période. Ainsi, même si le tour de table contenait des actionnaires étrangers, leurs parts ne permettaient pas d’influencer les décisions stratégiques ;
- Troisièmement, la stratégie d’expansion géographique en Afrique est une stratégie graduelle et soutenue. En effet, les trois banques s’implantent dans un nouveau pays pour assurer une présence durable et non dans une vision à court terme. Pendant cette période, chacune augmente son engagement dans le nouveau territoire ;
- Quatrièmement, l’étude des territoires (pays) d’implantation des trois banques révèle que les variables de la langue et des liens diplomatiques expliquent, en partie, le choix des territoires. En effet, d’une part, elles ont commencé leurs implantations dans les pays francophones avant de s’implanter au niveau des autres pays, d’autre part, elles s’implantent dans les pays ayants de bonnes relations diplomatiques avec le Maroc. Aussi, il convient de signaler que chacune des trois banques marocaines est implantée dans 7 des 8 pays composant l’Union Economique et Monétaire de l’Ouest-Africain (UEMOA) ;
- Cinquièmement, l’existence d’un phénomène de se suivre entre les trois banques marocaines. En effet, le constat que les trois plus grandes banques commencent leur expansion en Afrique à la même période (2006-2012) et s’implantent au début dans les mêmes zones géographiques, laisse penser que le mécanisme de la réaction oligopolistique explique en partie le phénomène d’internationalisation des banques marocaines (Knickerbocker, 1973).
Par rapport aux perspectives de recherche, il nous semble logique d’explorer, dans un premier temps, les pistes suivantes : Premièrement, répondre aux deux autres questions que soulève l’étude de l’investissement direct à l’étranger (Caves, 1996 Cité dans: Guillén & Tschoegl, 1999). A savoir ; pourquoi et quoi ? Concrètement, il convient d’explorer les raisons qui poussent les banques marocaines à s’étendre hors du pays d’origine et les métiers qu’elles développent à l’international ; Deuxièmement, explorer les facteurs qui influencent le choix du territoire, du mode d’entré et de l’évolution de l’engagement au niveau de chaque nouveau territoire ; Troisièmement, étudier l’impact de l’expansion géographique des banques marocaines en Afrique sur leurs performances. Notamment, la rentabilité et le risque ; Quatrièmement, étudier dans une perspective comparative la stratégie d’internationalisation des banques marocaines par rapport aux autres banques africaines.

1. METHODOLOGIE
2. EVOLUTION DU SECTEUR BANCAIRE MAROCAIN
3. LE PROCESSUS D’EXPANSION DES BANQUES MAROCAINES EN AFRIQUE
3.1. Cas du groupe AttijariWafa Bank (AWB)
3.2. Cas groupe Banque Centrale Populaire (BCP)
3.3. Cas groupe Banque Marocaine de Commerce Extérieur d’Afrique (BMCE)
Ces documents peuvent également vous intéresser !
# Banque marocaine et financement des activités de pêche au Maroc : Cas du port de Safi
# Ressources et compétences clés dans l'organisation de la banque de détail
# La banque par Internet et la stratégie bancaire
# Pilotage des activités bancaires chez la Banque Populaire
# L’impact de la Fintech sur la restructuration du secteur bancaire au Liban
# Etude d’un dossier d’investissement chez la banque : Cas de la BNA
# La crédibilité et l'indépendance des banques centrales : Cas de l’Algérie, du Maroc et de la Tunisie
# Evaluation d’un projet d’investissement chez la Banque AGB
# L’éfficacité des réformes du système bancaire marocain : Rapport de stage à Bank Al-Maghrib
# L’étude de la rentabilité client au sein du Groupe Banques Populaires
# L’analyse de la rentabilité d’un établissement bancaire
# L'essentiel des techniques bancaires
# Spécificités de l’environnement bancaire marocain
# La physionomie du secteur bancaire marocain
# La comptabilité générale bancaire
# Le modèle bancaire participatif turc comme référence pour le cas du Maroc
# La bancarisation et la liquidité des banques au Maroc
# Le rôle des banques marocaines en tant que créatrices de liquidité
# Etude de la concentration dans le secteur bancaire marocain
# Le secteur bancaire marocain entre le paradoxe de la gestion des risques et de l’anticipation du risque systémique

Contact
Contact