Logo
Memoires et Projets de fin d'Etudes

Espace Membres

Identifiant :

Mot de passe :

Mot de passe oublié ?

L’artisanat comme grand incubateur d’entreprises de demain : Stratégie et actions
accéder au document
Type de document : Mémoire/PFE
Nombre de pages : 88
Format : .Pdf
Taille du fichier : 611.48 KB
Note : note (0 votes)
Extraits et sommaire de ce document
Dans la phase actuelle du développement du Maroc, le secteur de l’artisanat constitue une voie stratégique et un champ privilégié pour la création d’entreprises de demain. Porteur de traditions, de valeurs humaines, d'identité culturelle et pouvant intégrer la modernité comme une voie de développement, l’artisanat a su poursuivre les mutations nécessaires à sa perpétuelle adaptation à l'évolution des exigences du marché interne et externe. Les diagnostics établis sur le secteur laissent apparaître des acquis considérables de l'artisanat marocain tant dans ses structures de production que dans ses orientations stratégiques. Il occupe une place importante parmi les agrégats économiques du pays, avec un poids considérable dans le PIB, avoisinant 19 %, faisant travailler près de 2 millions d’actifs, sur tout l’espace national, tant urbain que rural. Il renferme ainsi des potentialités considérables qui le prédisposent à jouer le rôle de grand incubateur d'entreprises de demain. En effet, la fragilité des entreprises de l’artisanat face aux concurrents établis, laisse apparaître la nécessité de trouver les voies et les moyens pour rééquilibrer la situation concurrentielle en leur faveur. Des politiques publiques d'appui sont progressivement apparues, utilisant une panoplie de leviers. Parmi ces leviers, la mise en place de structures d'appui à la promotion des produits, au niveau interne et externe (Etablissements Publics -Maison de l'Artisan et Chambres d'Artisanat-, Coopartimes, etc.), dotées de ressources spécifiques et de statuts particuliers dédiés à l'accompagnement et l'assistance des artisans, notamment, en matière de commercialisation des produits artisanaux. Ces entités ayant fait leur preuve pendant longtemps, se trouvent aujourd'hui devant l'obligation de repenser leurs missions, étant donné que l'étendu de leurs actions devient de plus en plus limité par rapport à l'importance du secteur et la diversité des produits. Cette évolution conjuguée aux exigences du nouveau contexte économique et social, national et international, nécessite un développement de structures appropriées. Actuellement, la promotion commerciale est devenue un métier en évolution permanente qui a ses outils, ses méthodes et ses standards. Autrement dit, l'entreprise de demain dans le secteur est appelée à se doter d’une capacité maximale de mobilisation des compétences existantes pour faire face à la concurrence et à la demande d'une clientèle désireuse d'imposer ses critères et non plus de se plier à l'offre. Ce rapport de force se place dans un contexte économique, où produire n’est plus suffisant, mais au contraire, la tendance est orientée « client » avec tout ce que cela entraîne comme organisation et stratégies d’actions nouvelles. Il s'agira d'être plus rapide à produire, meilleur et plus créatif que l'autre en vue d'emporter le marché. De même, cette entreprise constituera un atout considérable pour aider « le secteur informel » à émerger comme une composante de l’économie nationale, en mettant à contribution toutes ses potentialités, notamment culturelles et son rôle d’animateur du territoire au service d'une économie nationale modernisée et capable d'affronter la compétition internationale. Les expériences de certains promoteurs à travers le pays, qui se positionne comme des entreprises de demain, ont montré le rôle primordial que peuvent jouer ces entreprises dans le processus de développement du secteur, dans la mesure où elles constituent la base même de la croissance de certains produits du terroir, et partant, un facteur essentiel du progrès et de l'épanouissement des artisans concernés.
Par ailleurs, même si le marché domestique reste porteur, les exportations directes des produits de l’artisanat marocain sont en stagnation et ne dépassent guère 600 millions de DH/an. Les achats des touristes étrangers, sont estimés à 4,4 milliards de DH/an, ce qui représente 23% des recettes provenant du tourisme international1. Cette situation montre la grande dépendance de la vente du produit du secteur touristique. L'analyse des potentialités du secteur, appréciées à travers le taux moyen de croissance annuelle qui se situe à 5,5% en terme de production et 3,5% en terme d’emploi, et leur prise en considération dans les stratégies de développement du pays, ne sera pas sans offrir de nouvelles perspectives lui permettant de jouer le rôle de levier de croissance. Pendant longtemps, le secteur de l’artisanat était considéré comme un domaine social par excellence, qui renferme des particularités liées principalement à la fragilité de l’entreprise artisanale et à la modestie des revenus assurés par ses différentes activités. De ce fait, les différentes interventions des pouvoirs publics étaient orientées beaucoup plus vers des actions d’assistance et d’aide aux artisans dans les différentes phases de production et de commercialisation. La vie des entreprises dans le secteur, comme dans les autres secteurs de l’économie, était marquée par un fait économique capital : la demande excédait l’offre. La croissance est due à l’évolution démographique et à l’augmentation de la population et du pouvoir d’achat. Dans ce sens, le souci majeur des entreprises était de satisfaire une demande qui semble insatiable. De même, la formule gagnante qui profitait à ces entreprises était le recours aux mesures protectionnistes préservant surtout le marché local. Aujourd’hui, l’importance économique du secteur est indéniable, et l’ouverture d’un débat public sur la problématique et la démarche à développer pour permettre l’épanouissement de la petite entreprise artisanale s’impose, en vue d’amener les pouvoirs publics à proposer les solutions idoines qui consistent à conduire une véritable politique d’entreprise de demain dans le secteur, par la clarification des rôles des acteurs, par l’orientation des différents intervenants vers des actions bien ciblées et planifiées, favorisant la transformation du potentiel que renferme le secteur en création de richesses et de valeurs ajoutées. Ainsi, ce travail cherche à contribuer au processus de détermination des choix stratégiques et des actions à mettre en oeuvre, que les pouvoirs publics doivent entreprendre en vue d’assurer une meilleure allocation des ressources disponibles et une mobilisation effective des acteurs privés concernés afin d’atteindre les objectifs recherchés. Dans ce contexte socio-économique global, marqué par la libéralisation de l’économie et l’ouverture sur les marchés extérieurs, le secteur de l’artisanat est en quête de moyens et de mode de gestion susceptibles de renforcer sa vocation économique et son intégration dans le processus de la globalisation et de la mondialisation des échanges et de permettre sa relance, en prenant en considération ses spécificités et les changements qui interviennent d’une façon continuelle au niveau des marchés auxquels sont destinés ses produits et ses prestations. Plusieurs mesures ont été déjà prises en faveur du secteur et n’ont pas manqué de produire leurs effets positifs. Il s’agit désormais d’évaluer leur efficience et leur opérationnalité, et d’y introduire une organisation par objectifs, afin de permettre à ce secteur de jouer le rôle de grand incubateur d'entreprises de demain. Les enjeux sont donc de taille, tant sur le plan de l’organisation, que sur les plans de l’incitation et de l’encouragement. Cette situation interpelle, de façon plus ou moins explicite et avec une force variable, les acteurs institutionnels, économiques et sociaux (Administration, Chambres d’Artisanat et Partenaires privés) à déployer plus d’efforts en vue de réunir les conditions nécessaires en vue de favoriser l’émergence de l’ « entreprise de demain ». Une première réflexion suggère un recentrage de l’intervention des pouvoirs publics dans le secteur, qui doivent désormais considérer le secteur comme un vrai « incubateur » et une véritable « pépinière d’entreprises de demain », où ces entreprises peuvent démarrer et croître, en mettant l’accent sur la diversité des activités, le savoir-faire et l’originalité des produits. Pour s'inscrire dans cette orientation, des mesures appropriées doivent être misent en oeuvre, tout en poussant l'artisan à s’inscrire dans le cadre de cette nouvelle organisation, seules voies susceptibles de le conduire vers une auto-discipline et un auto-contrôle, afin de produire des produits de qualité et à de meilleurs prix, en s’adaptant à la demande d'une clientèle de plus en plus exigeante. Dans cette perspective, ce projet de thèse professionnelle intitulé « artisanat grand incubateur d’entreprises de demain ( stratégie et actions) », s’efforce d’aborder ce thème en le reliant à la dynamique du système productif et à la particularité du domaine, en essayant d’examiner la pertinence de l’artisanat comme grand incubateur d’entreprises de demain, ainsi que la stratégie et les actions à mettre en oeuvre pour stimuler son émergence en tant que secteur économique stratégique qui nécessite de la part des pouvoirs publics une redéfinition des missions en vers lui et de l’entreprise de demain d’assurer son développement. Autrement, la problématique du sujet peut se formuler comme suit : partant de la particularité du domaine de l’artisanat, qualifié de traditionnel, et la nécessité d’introduction d’outils de production et de création comme vecteurs de son développement, il y a lieu de s’interroger sur la pertinence de l’artisanat grand incubateur d’entreprises de demain ? Et quelles stratégie et actions à entreprendre ?, pour permettre au secteur de jouer ce rôle.

Partie I : ARTISANAT ESPACE PORTEUR : DIAGNOSTIC ET ANALYSE
1 – Environnement général
1-1 Champs de l’artisanat
1-2 Cadre juridique et organisationnel
1-3 Dimensions économique et sociale
1-3-1 Aspect économique
1-3-2 Aspect social
2 – Atouts et potentialités
2-1 Artisanat moteur économique au niveau local
2-1-1 Entreprise artisanale moyen de mobilisation de l’épargne
2-1-2 Artisans animateurs des territoires
2-2 Artisanat facteur d’émergence d’entreprises
2-2-1 Emergence d’entreprises au niveau local
2-2-2 Emergence de l’entrepreneur-artisan
2-2-3 Développement d’une nouvelle approche commerciale
2-3 Potentiel à l’exportation
3 – Contraintes et faiblesses
3-1 Non maîtrise de la qualité et limite de l’innovation
3-1-1 Faiblesse de la qualité
3-1-2 Limite de l’innovation
3-2 Contraintes du marché
3-2-1 Limite des circuits de distribution
3-2-2 Etroitesse de la demande interne
3-2-3 Fragilité de la capacité de promotion
3-2-4 Instabilité de la demande externe
3-3 Faiblesse de l’offre de financement
3-4 Fiscalité pesante
3-4-1 Impôt Général sur le Revenu
3-4-2 Impôt des patentes
3-4-3 Impôt sur les sociétés, taxe sur la valeur ajoutée et taxes locales
3-5 Faiblesse de l’organisation professionnelle
4 – Exigences du nouveau contexte
4-1 Exigences de la mondialisation
4-1-1 Ampleur du changement
4-1-2 Impact de la mondialisation
4-2 Accords de libre-échange
4-2-1 Accords de libre échange avec l’UE
4-2-2 Accord de libre échange avec les USA
4-3 Principes du commerce équitable
4-3-1 Commerce équitable et achat éthique
4-3-2 Principe du « mieux disant social »
5 – Réformes et programmes de soutien
5-1 Réformes annoncées
5-1-1 Aspect organisationnel du secteur
5-1-2 Compétitivité du secteur
5-1-3 Environnement de l’entreprise
5-2 Programmes de soutien
5-2-1 Dispositif d’encadrement
5-2-2 Mesures de soutien
Partie II : ARTISANAT CHAMP D’INCUBATION D’ENTREPRISES DE DEMAIN : STRATEGIE ET ACTIONS
6 – Concepts essentiels
6-1 Concept d’incubateur
6-1-1 Notion d’incubateur
6-1-2 Types d’incubateurs
6-1-3 Variables clés pour comprendre les incubateurs
6-2 Concept d’entreprises de demain
6-2-1 Terminologie en évolution….……..
6-2-2 Positionnement par rapport aux attraits des marchés et des produits
6-2-3 Entreprise de demain dans le secteur de l’artisanat
7 – Modèles et leviers stratégiques
7-1 Dimension stratégique et enjeux
7-2 Modèles d’entreprises de demain dans le secteur
7-3 Leviers stratégiques
8 – Conditions d’incubation des entreprises de demain
8-1 Repositionner le rôle de l’Etat
8-1-1 Recentrage du rôle de l’Etat
8-1-2 Partenariat stratégique
8-1-3 Stratégie d’internationalisation
8-2 Mise à niveau des compétences
8-2-1 Cadre juridique et organisationnel
8-2-2 Rôle des Chambres d’Artisanat
8-2-3 Développer les compétences des artisans
8-3 Promouvoir les sites porteurs
8-3-1 Approche Marketing
8-3-2 Zones franches d’artisanat
8-3-3 Système de financement
9 – Facteurs de compétitivité.
9-1 Canaliser les énergies sur la démarche qualité et l’innovation
9-2 S’approprier les outils de protection de la propriété
9-2-1 Raisons de la protection
9-2-2 Catégories de propriétés essentielles pour le secteur
9-2-3 Structures de gestion
9-3 Investir dans les valeurs immatérielles
9-3-1 Valeurs immatérielles
9-3-2 Commerce électronique
9-4 Promouvoir une stratégie de marketing agressive
9-4-1 Combinaison des attraits perçus par le consommateur
9-4-2 Approche pour une promotion intégrée des produits
9-4-3 Circuits de distribution typique
10 – Reconfiguration et travail en réseau
10-1 Créer les conditions de la reconfiguration
10-2 Développer le travail en réseau
10-2-1 Travail en réseau
10-2-2 Pluridisciplinarité
10-2-3 « Coaching »
Ces documents peuvent également vous intéresser !
# Les zones franches au Maroc : Un vecteur d’investissement
# La localisation et l’attractivité territoriale des investissements directs étrangers : Essai de modélisation
# Libéralisation financière et investissement direct à l’étranger dans les PED : Cas du Maroc
# Facteurs d’attractivité des Investissements directs étrangers : Cas du Maroc
# La promotion de l'investissement étranger au Maroc à travers les joint ventures : Approche analytique et empirique
# Comment améliorer les performances du CRI grâce aux TIC pour promouvoir l’investissement dans Les régions au Maroc
# Investisseurs étrangers et offre créatrice dans les pays émergents : Cas du Maroc
# Décision d’investissement dans un avenir incertain : Cas de la société Sapiama
# Impact des investissements directs étrangers sur la balance des paiements du Maroc
# Théorie de l’investissement international et de la firme multinationale
# Environnement des affaires et attraction de l’investissement international au Maroc
# Investissements directs étrangers et spillovers technologiques au Maroc
# Guide de l'investisseur étranger au Maroc
# Climat de l’investissement et attractivité du Maroc pour l’investissement direct étranger
# La promotion de l’investissement dans la région Doukkala Abda grâce au marketing territorial
# L'Investissement Direct Etranger dans le monde et au Maroc
# Les déterminants de l'investissement au Maroc
# Les opportunités d'investissements français dans les pays méditerranéens : Le cas du Maroc
# Promotion des investissements au Maroc
# L'investissement étranger au Maroc : Mythe ou réalité ?

Contact
Contact