Logo
Memoires et Projets de fin d'Etudes

Espace Membres

Identifiant :

Mot de passe :

Mot de passe oublié ?

Les inventeurs universitaires marocains et l’entrepreneuriat : Une analyse de l’intention entrepreneuriale
accéder au document
Type de document : Thèse de doctorat
Nombre de pages : 315
Format : .Pdf
Taille du fichier : 141.52 KB
Nombre de consultations : 449
Note : note (0 votes)
Extraits et sommaire de ce document
L’écart constaté entre le nombre de brevets d’invention déposés et le nombre d’entreprises innovantes créées montre à l’évidence qu’il y a un grand potentiel d’invention dans l’université marocaine qui n’est pas suffisamment valorisé et exploité. En effet, malgré les savoirs et savoir-faire technologiques dont disposent les inventeurs universitaires, de nombreux inventeurs n’arrivent pas à tirer profit de leurs brevets d’invention et franchir le pas de la création d’entreprise (spin-off) (Nahid et Mossadek, 2015).
Ce constat nous permet de formuler la problématique suivante : Pour quelles raisons l’inventeur universitaire marocain n'est-il pas davantage entrepreneur ? De cette question principale découlent plusieurs questions de recherche : Les inventeurs universitaires marocains, ont-ils l’intention de devenir entrepreneur ? Comment se forme l’intention entrepreneuriale de ces inventeurs ? Dans quelle mesure l’écosystème entrepreneurial favorise-t-il l’émergence de l’intention entrepreneuriale chez les inventeurs universitaires ? Quel est le rôle des croyances (attitudinales, normatives et de contrôle) dans la formation de l’intention entrepreneuriale de ces inventeurs ?
Pour répondre à ces questions et donc comprendre les raisons pour lesquelles l’inventeur universitaire marocain n’arrive pas à franchir le pas de l’entrepreneuriat, nous avons choisi de nous positionner en amont de la création d’entreprise et d’étudier une phase centrale du processus entrepreneurial, à savoir : « l’intention entrepreneuriale ».
[…]
L’objectif de notre recherche est de comprendre les raisons pour lesquelles les inventeurs universitaires marocains n’arrivent pas à valoriser leurs brevets d’invention et franchir le pas de l’entrepreneuriat. Pour ce faire, une revue de littérature a été réalisée pour cerner le cadre théorique de notre recherche et faire la synthèse des différentes approches qui ont dominé la recherche entrepreneuriat. Autour de la variété des approches et des modèles théoriques, nous avons retenu l’approche intention proposée par la théorie du comportement planifié (Ajzen, 1991) et le modèle de l’événement entrepreneurial de Shapero et Sokol (1982) présenté par Krueger (1993).
Compte tenu de l’objectif de notre recherche, la démarche interprétativiste parait la mieux adaptée à notre travail. En effet, nous nous situons dans une visée principalement compréhensive. Nous cherchons à comprendre les représentations et à structurer le sens que les inventeurs universitaires donnent à la réalité. La réalité est donc subjective et contextuelle. Elle résulte de notre propre interprétation des représentations subjectives des acteurs qui interprètent à leur tour le phénomène étudié (Lincoln et Guba, 1985). Notre objectif de chercheur s’inscrit donc dans une logique de découverte et d’exploration et non de généralisation.
Aussi, notre place, en tant que chercheur, est plus complexe que dans une épistémologie positiviste (approche hypothético-déductive). En effet, nos données ne sont pas « froides », la connaissance produite dépend, en partie, de notre interprétation et de notre interaction avec l’objet de recherche. Il existe une interdépendance entre le sujet (le chercheur) et l’objet (la réalité étudiée par le chercheur). En d’autres termes, notre objectif n’est pas de produire des lois universelles (positivisme). La prise en compte du contexte et des représentations des acteurs est donc essentielle.
Souhaitant comprendre un phénomène émergent, l’approche qualitative était la plus adaptée à la nature exploratoire de notre recherche. Le choix d’une approche exploratoire qualitative avait pour objectif de comprendre la réalité (visible et cachée) telle qu’elle est vécue par les inventeurs universitaires.
En effet, contrairement aux méthodes quantitatives qui ont pour objectif de tester des hypothèses, la méthode qualitative, quant à elle, nous a permis d’avoir un contact direct avec le terrain et de rechercher l’information en profondeur afin de comprendre les représentations et les croyances conscientes et inconscientes des individus. Le recours à l’entretien semi-directif a servi de base pour guider notre discussion selon des thèmes définis à partir de notre revue de littérature, tout en laissant la place à l’expression et à l’initiative de nos interviewés.
Les entretiens menés se basent sur un guide d’entretien élaboré à partir de notre revue de littérature. Cette revue de littérature a été complétée par six entretiens préliminaires avec des professionnels et des acteurs de valorisation de la recherche au Maroc, dont le Responsable de l’incubateur CNRST, le Responsable du point focal TISC, le Responsable de la chaire de l’innovation UNCHAIN-UH2C, le Responsable du Centre d’Incubation et d’Accueil des Entreprises Innovantes (CIAEI) de l´École Nationale Supérieure des Mines de Rabat, le Directeur Adjoint de l’ENSET ainsi que le Chef de Projet Système d’Evaluation des Brevets d’Invention, OMPIC .
Les données collectées ont été analysées en utilisant la méthode d’analyse de contenu thématique (ACT) et en s’appuyant sur un logiciel d’analyse de données NVivo 11.

PARTIE I - LA MOBILISATION DES THEORIES DE L’INTENTION DANS LE CAS DES INVENTEURS UNIVERSITAIRES
CHAPITRE I - L’INVENTEUR UNIVERSITAIRE ET L’ENTREPRENEURIAT : CADRAGE THEORIQUE ET CONTEXTE MAROCAIN

L’inventeur dans le contexte universitaire
L’inventeur universitaire et la problématique de valorisation de la recherche
3.1. Valorisation, commercialisation et transfert : trois concepts différents
3.1.1. La valorisation
3.1.2. La commercialisation
3.1.3. Le transfert technologique
3.2. Les principaux modes de valorisation de la recherche universitaire
6.1. Organisation du système d’enseignement supérieur marocain
6.2. Organisation du système de la recherche au Maroc
6.3. Structures de valorisation de la recherche au Maroc
6.4. Mécanismes de financement de la recherche et de l’innovation au Maroc
6.4.1. Instruments publics de financement
6.4.2. Apport du secteur privé
6.4.3. Le Crowdfunding
6.5. Le développement de la culture des brevets au sein de l'université marocaine
CHAPITRE II- CONTRIBUTION DES THEORIES DE L’INTENTION AU PHENOMENE DE LA CREATION D’ENTREPRISE
1. Les approches dominantes de la recherche en entrepreneuriat
1.1. Approche descriptive (Approche par les traits)
1.2. Approche comportementale (Approche par les faits)
1.3. Approche processuelle
2. Quelques modèles processuels d’entrepreneuriat
2.1. Modèle de Bruyat (1993)
2.2. Le processus de création d’entreprise selon Hernandez (1999)
2.3. Le processus entrepreneurial selon Hisrich (1989)
2.4. Le processus entrepreneurial selon Bygrave (1989
3. L’intention, clef du comportement entrepreneurial
3.1. Le concept d’intention
3.2. Les principaux cadres théoriques modélisant l’intention
3.2.1. Théorie de l’action raisonnée (Ajzen et Fishbein, 1975)
3.2.2. Théorie du comportement planifié (Ajzen, 1991)
3.2.3. La théorie des comportements interpersonnels (Triandis, 1979)
3.2.4. Le modèle de la formation de l’événement entrepreneurial (Shapero et Sokol, 1982)
3.2.5. La formation de l’intention entrepreneuriale (Davidsson, 1995)
PARTIE II - METHODOLOGIE EMPIRIQUE, RESULTATS ET ANALYSES
CHAPITRE III - DESIGN DE LA RECHERCHE

1. Positionnement épistémologique : Une posture interprétativiste
2. Le choix d’une approche exploratoire qualitative
3. Stratégie d’accès à l’objet de recherche : la méthode des cas
4. Méthode de collecte de données : l’entretien semi-directif
5. Choix des cas et justification de la taille de l’échantillon retenu
6. Elaboration du guide d’entretien
7. Conduite des entretiens
8. Choix de la technique d’analyse : analyse de contenu thématique avec NVivo 11
9. Justification des connaissances
CHAPITRE IV – RESULTATS EMPIRIQUES ET DISCUSSION DES RESULTATS
1. Les inventeurs universitaires marocains, ont-ils des intentions entrepreneuriales ?
1.1. Les non intentionnels catégoriques
1.2. Les non intentionnels hésitants
2. L’influence des caractéristiques personnelles : L’âge et le statut académique
3. Les déterminants de la « non » intention entrepreneuriale des inventeurs universitaires marocains
3.1. Les croyances attitudinales
3.1.1. Une perception négative des conséquences liées à la création
3.1.1.1. Le risque professionnel
3.1.1.2. Le risque financier
3.1.1.3. Le risque physique, psychologique et social
3.2. Les croyances normatives
3.2.1. La norme sociale
3.2.2. Au-delà de la norme sociale, la norme professionnelle
3.2.3. Représentations du monde de l’entreprise
3.3. Les croyances de contrôle
3.3.1. La perception des aptitudes entrepreneuriales
3.3.2. Une évaluation négative de l’écosystème entrepreneurial
3.3.2.1. Absence ou mauvaise gestion des ressources financières
3.3.2.2. Les freins juridiques
3.3.2.3. Freins structurels et institutionnels
Ces documents peuvent également vous intéresser !
# La mortalité des entreprises et les causes de disparition des PMI au Maroc
# L’entrepreneuriat des jeunes et le développement de l’esprit d’entreprise au Maroc : L’expérience du programme Moukawalati
# Entrepreneuriat et développement territorial : Cas du complexe industriel Jorf Lasfar
# L’entrepreneuriat social au Maroc entre les enjeux et les défis
# L’entrepreneuriat et les jeunes au Maroc
# Le groupement inter-entreprises et le développement local en Algérie
# Le comportement de l’entrepreneur privé a l’égard de son milieu entrepreneurial : Cas de la commune de Bejaïa
# L’entrepreneur et les motivations de création d’entreprise en Algérie : Cas de la commune de Bejaia
# Les femmes entrepreneures en Algérie : Cas de la Wilaya de Bejaia
# Analyse de l'impact de la formation universitaire en entrepreneuriat sur l'intention entrepreneuriale chez les étudiants
# Analyse de la succession managériale dans les PME familiales algériennes
# L’entrepreneuriat et l’innovation sociale chez la société Cevital
# L’impact de la concentration spatiale des entreprises sur la dynamique territoriale : Cas de la zone d’activités Taharacht
# L’entrepreneuriat féminin au Maroc
# Le guide pédagogique sur l'entrepreneuriat
# Les facteurs de réussite d’un projet entrepreneurial en Algérie : Cas des entrepreneurs hôteliers
# Climat des affaires et succès des entreprises de l’écosystème automobile marocain
# L'entrepreneuriat innovant et le développement territorial : Cas du secteur artisanal au Maroc
# Les femmes chefs d’entreprise au Maroc
# L’entrepreneuriat féminin au Maroc : Une étude exploratoire

Correction
Jumia