Logo
Memoires et Projets de fin d'Etudes

Espace Membres

Identifiant :

Mot de passe :

Mot de passe oublié ?

Conception d’une application de la mesure de la rentabilité client pour la Banque Populaire
accéder au document
Type de document : Mémoire/PFE
Nombre de pages : 82
Format : .Pdf
Taille du fichier : 108.07 KB
Note : note (0 votes)
Extraits et sommaire de ce document
Le monde bancaire a changé et il poursuit son évolution à une vitesse difficile à imaginer. Déréglementation, globalisation liée notamment à l'ouverture des frontières, redéploiement stratégique, recherche de compétitivité... ces maîtres mots sont le quotidien des banques d'aujourd'hui confrontées à une pression concurrentielle accrue et à la nécessité de gérer au plus près. A la recherche du positionnement optimal de leurs activités, les banques rejoignent l'industrie dans le besoin de mesurer leur rentabilité instantanée et prévisionnelle. S’il fut un temps où l'industrie était à la pointe en matière de contrôle de gestion, force est de constater que le monde bancaire a poursuivi dans ce domaine une évolution extrêmement rapide qui le met au niveau des pratiques et des méthodes les plus abouties. En effet, le contrôle de gestion a été introduit dans le secteur bancaire et financier plus tardivement que dans les entreprises industrielles. Ce délai s'explique par la limitation de la concurrence qui a longtemps marqué le secteur bancaire mais aussi par l'encadrement réglementaire qui reste une caractéristique importante des activités bancaires et financières. D'autres facteurs, plus techniques, ont contribué à ce retard: les banques et établissements financiers sont des entreprises de service où la mesure des opérations est plus délicate que dans l'industrie et où les charges indirectes, non directement liées aux opérations, sont très lourdes. Ces caractéristiques techniques ont rendu particulièrement complexe la mise au point de comptabilités analytiques performantes permettant de soutenir la prise de décision et le suivi de gestion. Mais depuis maintenant une vingtaine d'années environ, l'environnement de la profession a été bouleversé, au rythme de la déréglementation progressive du secteur qui a permis l'éclosion de la concurrence entre les institutions, contraintes de se transformer en véritables entreprises. Les marges se sont contractées, la rentabilité des opérations s'est fragilisée et les risques ont augmenté. Parallèlement à ce nouveau contexte concurrentiel, de nouveaux produits ont été créés, en particulier dans les activités financières, produits particulièrement innovants et complexes et nécessitant des capacités d'adaptation rapides. Enfin, pendant cette même période, une « reréglementation », d'origine internationale, a été introduite avec l'adoption de nouveaux ratios prudentiels comme le ratio Cooke. Dans cet environnement en pleine mutation, le contrôle de gestion s'est fortement développé dans les banques et les établissements financiers. Le retard par rapport aux entreprises industrielles s'est résorbé peu à peu de sorte que les systèmes de contrôle de gestion des banques les plus avancées peuvent être considérés comme ayant atteint les standards des meilleurs systèmes de contrôle de gestion des entreprises industrielles. Pour la plupart des banques, le contrôle de gestion joue dorénavant un rôle clé. Il est passé du statut de fonction secondaire à celui d'avantage concurrentiel pour les établissements qui se dotent de moyens de calcul des rentabilités, de suivi des performances, et d'une organisation en centres de responsabilités et lignes de métier. Il n'y a plus de certitude que toute activité engendre mécaniquement des recettes porteuses d'un résultat positif et seul un système de contrôle de gestion performant peut permettre aux dirigeants d'arbitrer et de piloter des portefeuilles d'activités de plus en plus complexes. Quant aux gestionnaires et aux opérateurs, quels que soient leurs niveaux, ils sont sollicités en permanence pour améliorer, rétablir ou maintenir des niveaux acceptables de performance économique. Pour cela, une information pertinente, rapide et de qualité leur est nécessaire. C'est le rôle du contrôle de gestion que de la fournir. Aussi, le contrôle de gestion, est-il chargé de la mesure de la rentabilité. Une rentabilité qui se trouve être de plus en plus difficile à mesurer vu la diversité des produits et des opérations possibles entre une banque et sa clientèle. Cependant, c’est une obligation pour assurer une bonne santé de l’institution bancaire. Ainsi, cette mesure de la rentabilité ne peut être uniquement faite à postériori ; mais, et dans cette même perspective que le contrôle de gestion s’est donnée, elle doit être faite aussi et avant tout dans une vision prévisionnelle. C’est dans ce sens, et afin d’éviter autant que faire se peut de tomber dans des situations d’insolvabilité du client et ce que cette situation peut entraîne comme coûts énormes pour la banque, que l’article n°36 de la circulaire n°6 de Bank Al Maghrib relative au contrôle interne des établissements de crédit stipule que « Les décisions d’octroi de crédits prennent en considération la rentabilité globale des opérations effectuées avec le client et ce, à travers l’analyse prévisionnelle des charges et produits y afférents (coûts opérationnels et de financement, charge correspondant au risque de défaillance éventuelle de la contrepartie et la rémunération des fonds propres) ». Ainsi, la mesure d’une rentabilité client est devenue une obligation réglementaire en vertu de laquelle la banque doit nécessairement établir un compte d’exploitation prévisionnel à chaque fois qu’un crédit demande un crédit. Aussi, l’article spécifie que cette mesure ne doit pas être faite uniquement pour le crédit en cour, mais doit prendre en considération tout l’historique de la relation entre la banque et le client postulant pour le crédit. C’est dans ce sens que ma mission lors de mon stage était de développer une application qui puisse calculer cette rentabilité client afin de faciliter la prise de décision à la banque. Pour ce faire, j’ai étudié les procédures de crédit et je me suis inspirée de l’expertise de mon encadrant qui n’était autre que le chef du département planification et contrôle de gestion. Ainsi, ce mémoire rend compte d’un travail effectué lors de mon stage de fin d’étude et où on essaiera d’apporter notre pierre à l’édifice du contrôle de gestion bancaire par la mise en place d’une application de la mesure de la rentabilité client à ma banque. Dans un premier chapitre, nous apporterons un éclairage sur le contexte dans lequel évolue la Banque Populaire Régionale Marrakech-Béni Mellal ainsi que sur la structure du Crédit Populaire du Maroc. Ensuite, dans un deuxième chapitre, une définition qui s’impose de cette fonction dans le secteur de la banque sera proposée, et ce avant de donner un aperçu sur la pratique du contrôle de gestion au sein de la BPR. Enfin, dans un troisième chapitre, une application développée sur un outil de bureautique permettant l’étude de la rentabilité client prévisionnelle sera proposée.

Chapitre Premier : Présentation du secteur bancaire marocain
Section1 : Le système bancaire au Maroc entre passé et présent
1.1- Historique du système bancaire marocain
1.2- Les apports de la nouvelle loi bancaire
1.3- Caractéristiques du marché bancaire marocain
Section II : Place du Crédit Populaire du Maroc dans le paysage bancaire marocain
2.1-Présentation du CPM
2.2- Présentation de la Banque Centrale Populaire (BCP)
2.3- Présentation de la Banque Populaire Régionale Marrakech-Béni Mellal
2.4- La BPR en chiffres
Deuxième chapitre : le contrôle de gestion dans le milieu bancaire
Section I: Contrôle de gestion bancaire
1.1-Le contrôle de gestion en matière de banque
1.2- L’approche en termes de centres de responsabilités
Section II: Pratique du contrôle de gestion à la BPR Marrakech Béni Mellal
2.1- Organisation du département planification et contrôle de gestion
2.2- Missions du département planification et contrôle de gestion
Section III : Intérêts et difficultés liés à la mesure de la Rentabilité Clients
3.1- Intérêt de la mesure de la Rentabilité Clients au sein de la banque
3.2- Les difficultés liées à la mesure de la rentabilité clients
Troisième chapitre : Conception et mise en place d’une application de mesure de la rentabilité client au sein de la BPR Marrakech Béni Mellal
Section 1 : Description des règles de gestion et des traitements
1.1- Description détaillée des règles de gestion
1.2- Cas pratique d’illustration
Section 2: Proposition d’une application de mesure de la rentabilité client
2.1- Hypothèses de calcul
2.2- Proposition d’une application de mesure de la rentabilité client
Ces documents peuvent également vous intéresser !
# Analyse de la rentabilité client et son impact sur le contrôle de gestion bancaire : Cas Attijariwafa Bank
# L’impact de la rentabilité client pour le contrôle de gestion bancaire chez Attijariwafa Bank
# Proposition d’un système d’analyse de la rentabilité client chez Maghrebail
# La mesure de la rentabilité du marché de la promotion immobilière chez BMCE Bank
# L'optimisation de la rentabilité des agences bancaires chez la Société Générale Maroc
# Conception d’un système de rentabilité client pour la Société Générale Maroc
# Analyse et évaluation de la rentabilité des investissements et le rôle du DMS chez une entreprise minière : Cas de Managem
# Etude de la rentabilité financière d'un projet d'investissement et son financement chez la société Ifri
# Evaluation de la rentabilité d’un projet d’investissement chez la société Tchin-Lait
# Evaluation de la rentabilité d'un projet d'extension chez la société Tchin-Lait Candia
# Analyse des rendements des banques au Maroc
# La liquidité des banques au Maroc : Quel impact sur leur rentabilité ?
# Analyse de la rentabilité du réseau d'agences de la BMCI
# Les déterminants de la rentabilité chez les banques marocaines cotées à la Bourse de Casablanca
# Quels déterminants internes pour la profitabilité des banques marocaines ?

Contact
Contact