Logo
Memoires et Projets de fin d'Etudes

Espace Membres

Identifiant :

Mot de passe :

Mot de passe oublié ?

Supply Chain Management, gestion de stock et optimisation des flux logistiques
accéder au document
Type de document : Exposé
Nombre de pages : 16
Format : .Pdf
Taille du fichier : 510.3 KB
Nombre de consultations : 689
Note : note (0 votes)
Extraits et sommaire de ce document
Le XXème siècle a engendré une formidable accélération de la production marchande en la multipliant par presque cinq sur ses cinquante dernières années, avec une augmentation d'un tiers entre les seules années 1980 et 1990. Il a aussi favorisé une extension constante des échanges entre entités économiques infranationales et supranationales. La relation entre client et fournisseur a de ce fait fortement évolué : renforcement du besoin de personnalisation des produits et services, raccourcissement des délais de livraison, multiplication des canaux de distribution, etc. Les entreprises se sont vues dès lors obligées de rechercher de nouvelles voies pour améliorer leurs performances, et répondre au mieux aux attentes de leurs clients. C'est ainsi qu'elles ont remis en cause leurs organisations, en décloisonnant les différents services, ce qui préfigurera la gestion de la logistique. Nous entamerons ce tour d’horizon logistique par la définition de la gestion de la chaîne logistique, nous enchaînerons avec la gestion de stocks en cernant sa corrélation avec les performances réalisées par l’entreprise, s’ensuivra un aperçu sur la logistique de transport dans les entreprises pour finalement aboutir à l’optimisation de la logistique.
I. La gestion de la chaine logistique : Les entreprises tout au long de leur existence s'évertuent à optimiser la gestion des flux physiques et des flux d'information le long de la chaîne logistique depuis le fournisseur du fournisseur jusqu'au client du client et cherchent d'emblée à garantir au producteur et au distributeur la qualité, c’est-à-dire la conformité du service logistique avec ce qui figure au cahier des charges, leur donnant un avantage concurrentiel, opposable à leurs compétiteurs sur le marché. Nous examinerons dans quelle mesure la gestion de la chaîne logistique (GCL) (en anglais supply chain management, SCM) est l'activité qui consiste à améliorer la gestion des flux physiques au sein de l'entreprise et avec son environnement lui permettant de réaliser des marges bénéficiaires substantielles. Il conviendrait aussi de cerner la corrélation entre l'optimisation de la qualité de service et l'augmentation des ventes et / ou des parts de marché. L'anglicisme "Supply Chain Management" communément exploité sous l'acronyme SCM est l'instrument qui permet de gérer efficacement la tryptique: qualité, productivité, sécurité, s'y ajoutant la sécurité dorénavant. Ces paramètres interdépendants expliquent la fonction désormais primordiale de la logistique au sein des entreprises. En atteste le fait que les directeurs de la logistique ou de la Supply Chain siègent dans les comités de direction et rapportent directement aux représentants des actionnaires de l'entreprise. On appelle SCM (Supply Chain Management, ou en français GCL, gestion de la chaîne logistique) les outils et méthodes visant à améliorer et automatiser l'approvisionnement en réduisant les stocks et les délais de livraison. On parle ainsi de travail en "flux tendu" pour caractériser la limitation au minimum des stocks dans toute la chaîne de production. Les outils de SCM s'appuient sur les informations de capacité de production présentes dans le système d'information de l'entreprise pour passer automatiquement des ordres de commandes. Ainsi les outils de SCM sont très fortement corrélés au Progiciel de Gestion Intégré) (ERP, Enterprise Resource Planning) de l'entreprise. Idéalement un outil de SCM permet de suivre le cheminement des pièces (on parle de traçabilité) entre les différents intervenants de la chaîne logistique. 1. Les trois grands types de famille "fonctions produits" : Au sein des outils de Supply Chain, on retrouve trois grands types de famille "fonctions produits": La planification (SCP= Supply Chain Planning): Ils servent à planifier les processus de la chaîne logistique ; L'exécution (SCE= Supply Chain Exécution): Ils permettent de gérer l'exécution des opérations logistiques (Achats, approvisionnements, gestion de la production, gestion des stocks matières, en -cours, produits finis, gestion des opérations de transport). Dans les SCE on retrouve : les MES pour la fabrication (Manufacturing Execution System) ; les WMS pour la gestion des entrepôts (Warehouse Management System) ; les TMS pour la gestion du transport ; les OMS pour gérer les ordres et les ventes ; La mesure (SCEM= Supply Chain Event Management): Ils vont aider à piloter et à contrôler la chaîne logistique. 2. L’évolution de la fonction logistique au sein de l’entreprise : L'entreprise suit une évolution qui passe par plusieurs niveaux de maturités : Stade 1- Fonctions logistiques indépendantes: dans votre entreprise une gestion de production, une fonction stockage, une fonction transport-distribution qui travaillent de façon quasi indépendantes chacune avec ses objectifs Stade 2- Une fonction logistique transversale: une logistique industrielle et une logistique de distribution avec un responsable logistique créant la synergie entre les deux entités Stade 3- Supply Chain intégrée dans l'entreprise: l'entreprise a déployé des processus et des outils pour intégrer dans un fonctionnement cohérent l'ensemble des maillons internes de sa logistique. Stade 4- Supply Chain management étendu: le SCM est étendu aux clients et aux fournisseurs avec lesquels vous partagez en temps réel des informations pour les différentes fonctions de la logistique. Stade 5- Supply Chain Commune: l'entreprise utilise des moyens en commun avec des clients et fournisseurs, voire avec des concurrents dans une même communauté d'intérêts. L'instauration réussie d'une Supply Chain passe nécessairement par l'implication patente de la direction, une approche globale de l'organisation de l'entreprise, des process de l'entreprise. Par l'application effective d'une démarche progressive qui consiste à déterminer la performance à ce jour, mettre en place les indicateurs partagés et suivre les progrès, vérifier l'atteinte des objectifs et obtenir un consensus global des différents services de l'entreprise. Par la création d'un référentiel commun et l'incitation du personnel à en partager le sens et finalement par la promotion de la rigueur et de la discipline au niveau interne. 4. La composition d’une supply Chain. La Supply Chain comporte trois niveaux : Le premier, stratégique qui permet de définir l’offre de produits et services, le dimensionnement de l’outil industriel et logistique et la négociation de contrats et partenariat avec les fournisseurs et les clients. Le second, tactique qui met au point les prévisions de vente, la planification, la programmation et le calcul des besoins, l'établissement des règles d’approvisionnement et des règles de gestion des stocks. Le dernier, opérationnel qui consiste à gérer les commandes clients, Ordonnancement des opérations et gestion des aléas, l'exécution des commandes : production, distribution et facturation. La mise en cohérence des outils, des processus et des pratiques quotidiennes avec la stratégie Supply Chain définie par l’entreprise est la seule garante de l'efficacité de l'entreprise. On a ainsi vu que les impératifs de la Gestion de la Chaîne Logistique embrassent la prévision de la demande, la planification des besoins (MRPII), la gestion de la chaîne logistique et de la distribution, l'optimisation des niveaux de stock, la gestion d'entrepôts & emplacements, de la relation fournisseur et des achats & GPA ainsi que la traçabilité des flux. A chaque fois que la donne global change: nouvelles attentes du marché, nouveaux concurrents, nouveaux liens entre les entreprises et leurs partenaires..., la gestion de la chaîne logistique doit être réadaptée au nouvel environnement. De nos jours, seules réussissent les entreprises qui s'adaptent très vite au changement et mettent en place les solutions opérationnelles les plus rentables. Aucune entreprise ne peut ignorer que la gestion classique laisse la place à la gestion de la chaîne logistique intégrée. Ce qui signifie : une réactivité très supérieure, une baisse significative des coûts, une nette amélioration de la qualité et du service au client, de meilleures performances. C'est en optimisant leurs ressources et en réduisant leurs coûts que les entreprises améliorent leurs performances. Revoir leurs chaînes logistiques est un excellent moyen pour rationaliser leurs processus et créer de la valeur. Mettre en place une véritable gestion de la chaîne logistique s'appuyant sur des systèmes d'informations performants leur permet d'acquérir de nouveaux avantages concurrentiels car elles répondent plus vite à la demande et réduisent le délai de mise sur le marché de leurs produits : elles sont in fine beaucoup plus réactives, et c'est le but de chaque entreprise car c'est la clé de survie de celle-ci dans son environnement dorénavant hyperconcurrentiel.
II. La gestion de stock. 1. La problématique des stocks : L’objectif de la fonction « gestion des stocks » est d’assurer la disponibilité des références considérées sur un horizon donné tout en minimisant les coûts encourus : Les coûts de possession : coûts d’opportunité, dépréciation… ; Les coûts de rupture : demande non satisfaite ; Les coûts de commande : frais de transport et de réception si approvisionnement externe ou coûts de lancement de la production si approvisionnement interne. 2. Le rôle des stocks : Stocks de sécurité ou stocks tampons : pour contrecarrer les incertitudes de la demande ; Stocks d’anticipation ou saisonniers : pour niveler le taux de production au cours du temps, c'est-à-dire produire plus avant la hausse saisonnière ; Stocks de cycle : parce que l’on a acheté les références par lots et non pas par unité (car rabais, économies…) ; Encours de stocks de transit : produits finis ou semi-finis qui circulent dans l’atelier ou le réseau de distribution ; Stocks de découplage : pour autoriser le découplage des décisions prises aux différents ; échelons d’un système de production (on peut décider sans gêner les autres). Par contre, les stocks présentent les inconvénients suivants : Ils coûtent cher, se démodent, se détériorent, immobilisent du capital et de l’espace ; Ils cachent certains problèmes : pannes, lancements de production fréquents, qualité irrégulière, prévisions de demande imprécises… Ils sont alors un obstacle à la Qualité Totale.
III. Gestion des flux logistiques : On appelle la gestion des flux logistiques la gestion de l’ensemble des mouvements des matières, composantes, encours et produit fini au long du processus de fabrication et de distribution. Ces mouvements constituent ce qu’on appelle un flux ou chaine d’activité. Une entreprise peut héberger un à plusieurs flux selon les processus de fabrication de ses produits. 1. Les buts de la gestion des flux : Dans une chaine d’activité on cherche à diminuer toute forme de gaspillage ou de mal exploitation des ressources tout au long du processus de production et de commercialisation. Un contrôle périodique et à envisager afin de dénicher toute source de gaspillage pour que ensuite, elle soit corrigée. On cherche aussi à isoler les activités sans valeur et sans rentabilité pour les supprimées car cela donne un avantage concurrentiel à l’entreprise. Dans le processus de production, on distingue sept gaspillages très courants : La surproduction (cadence plus rapide que nécessaire). Les délais d’attente (standards de travail non respectés) ; Les activités de manutention et transport (convoyage superflu). Les traitements inadéquats (Usinages inutiles). Les stocks inutiles (stocks excessifs). Les mouvements inutiles. Les défauts de fabrication (correction des erreurs). 2. Les différents types de flux logistiques : On note l’existence de deux catégories de flux logistiques : les flux logistiques internes et les flux logistiques externes. A- Flux logistiques internes. Flux de production : circulation de matières et composants dans le réseau de fabrication. Ces flux sont constitués par la chaîne des opérations de transformation, d’usinage, de manutention et de stockage intermédiaires. B- Flux logistiques externes. Flux d’approvisionnement ou flux amont : circulation des matières et consommables depuis le magasin du fournisseur jusqu’au magasin de l’entreprise cliente. Flux de distribution ou flux aval : circulation des produits finis ou semis finis de l’entrepôt de l’entreprise jusqu’à ce lui d’une autre entreprise cliente. Les flux de logistique externe sont tous constitués par une chaîne d’opération d’emballage, de manutention, de transport et de stockage. Les flux logistiques peuvent prendre différentes formes, Selon la méthode d’approvisionnement choisie dans le processus. C’est ainsi qu’on distingue : Les flux poussés : une particularité des flux internes, dans ce type d’organisation, chaque étape de fabrication est déclenchée par la disponibilité des matières premières ou des composants au niveau du poste amont. Les produits fabriqués sont stockés en attente d’une demande pour la consommation. Les flux tirés : Le déclenchement de la livraison ou de la fabrication d'un produit se fait uniquement sur la demande d’un poste client. Par principe il y a zéro stock dans la chaîne. Les flux tendus : une combinaison des deux précédents flux, c’est équivalent d’un flux tiré, mais avec un minimum de stocks et d'en-cours repartis le long de la chaîne logistique. Les flux synchrones : dans ce type d’organisation, la livraison de composants différents est réalisée dans le respect de leur ordre d'entrée dans le processus de fabrication. Ils sont donc livrés juste ou moment de leur utilisation. Ce qui permet de réduire les stocks et les coûts qui y sont liés. 3. Méthode de gestion des flux : la cartographie de la chaîne de valeur. La Cartographie de la chaîne de valeur appelée aussi Cartographie des Flux de Valeur (CFV) Value Stream Mapping (VSM) ou Material and information Flow Analysis (MIFA), est une représentation schématique des différents flux logistiques d’une entreprise ou d’une fonction de l’entreprise. Cette cartographie de la chaine de valeur étale dans un graphe toutes les activités du processus. La Cartographie de la chaine de valeur prend en considération les analyses suivantes : L’analyse des délais (durée des cycles, les temps d'arrêt, temps de changement des outils…) ; L’analyse de la qualité des produits (nature des défauts, nombre de défauts, origine etc.) ; L’analyse des stocks intermédiaires (tailles des lots, taille des stocks et en-cours, coûts) ; L’analyse des opérations de manutention et transport (nombre de mouvements, coûts) ; L’analyse de l’emploi des ressources (quantité, rendement, efficacité, productivité…) ; L’analyse des flux d’information (nature et quantités). La méthode de cartographie de la chaîne de valeur se réalise en trois phases : Phase 1- Cartographier la situation actuelle afin de visualiser et comprendre l'état présent des activités (nature des activités inclues dans chaque flux, ordre et temps d’exécution, ressources affectées…) ; Phase 2. Faire une analyse critique de chaque flux, repérer toute forme de gaspillage, retracer le processus optimisé en prenant le soin d’éliminer dans chaque flux, les activités à non valeur ajoutée. Cartographier la situation future. Des jeux de couleurs différents sont utilisés sur les symboles afin faciliter l'identification, sur la nouvelle carte, des points à améliorer ; Phase 3- proposer des actions correctives. Détailler dans un planning leur ordre, délai et coût d’exécution. Concevoir les outils de contrôle en désignant les responsables et la périodicité de mise à jour de chaque rapport. Suivre l’avancée des améliorations jusqu’à l’atteinte des objectifs.
IV. Optimisation logistique : Dans cette nouvelle aire industrielle et commerciale qui se profile, le succès des entreprises ne dépend plus, comme avant de leur productivité mais dépend plus que jamais de leurs compétitivités. Ceci dit, un suivi de développement et de gestion est obligatoire. Un recours aux dernières TIC ouvre plusieurs voies pour un succès entrepreneurial garanti, l’optimisation des propres moyens à l’entreprise jouent ainsi sur la qualité de leur produit, sur la satisfaction des clients et donc directement sur leurs bénéfices. L’une des principales optimisations dont le revenu est non négligeable, coïncide parfaitement avec les NTIC, est la Logistique. Ainsi nous traiterons dans ce chapitre de tout ce qui concernera cette optimisation. L’optimisation de l’organisation logistique réside dans l’introduction des nouvelles technologies d’information et de communication. Cela laisse son empreinte en modifiant de profondeur et de manière positive l’organisation des entreprises. Ici intervient le quoi et le comment, si un entrepreneur opte pour une optimisation de sa logistique, qu’est ce qu’il y changera ? Et comment introduira-t-il ce changement. 1. Optimiser la logistique: oui, mais quoi et comment ? Le choix d’une option d’optimisation de la logistique tient compte de plusieurs facteurs dernièrement apparus : Une mondialisation des marchés qui rend tout approvisionnement possible ; un choix de stratégies commerciales et productives qui éprouvent les solutions logistiques. La gestion des chaînes logistiques est primordiale pour l'entreprise. Cette dernière le réalise de plus en plus et admet la priorité de la performance logistique dans le développement de la compétitivité. Toutes les activités engagées dans le flux matière doivent être de façon périodique repensées pour minimiser les coûts et les délais d'écoulement. Afin d’optimiser sa logistique l’entreprise donne à un paramètre plusieurs valeurs successives dont nous observons le résultat jusqu’à en trouver la plus adéquate pour une meilleure optimisation. Il serait simple si pour optimiser la logistique il n'y avait qu'un objectif unique dont on doit chercher l'optimum. L’optimisation en matière logistique a à satisfaire des objectifs multiples, souvent antagonistes, ce qui incite un compromis entre les différents objectifs. Généralement on réunie tous les objectifs à atteindre dans une seul fonction afin de bien l’adapter. Les objectifs sont souvent classés suivant leur importance.
2. L'optimisation demande une connaissance et une maîtrise du processus logistique choisi L’optimisation nécessite une certaine connaissance et maitrise du processus logistique concerné. Elles se traduisent par un savoir de mesure des enjeux en terme d’organisation et de coûts dont on déduit les actions prioritaires, ou par une modification des processus selon un canal de distribution, selon la clientèle cible ou selon une zone géographique spécifique Les enjeux des optimisations souhaitées peuvent être relativement différents : Optimiser les coûts logistiques au global (sans pour autant dégrader les délais) ; Optimiser la configuration logistique (pour gagner sur les coûts de transports et de stockage) ; Optimiser les coûts de distribution (de usines vers entrepôts, de usines vers clients, de entrepôts vers clients) ; Optimiser les processus et organisations qui contribuent à livrer les produits à la date promise ; Optimiser les délais de fabrication et de distribution des produits ; Optimiser le coût, le délai, la qualité ; Optimiser les niveaux de stocks. En fonction des objectifs fixés il faut savoir où sont les vrais enjeux pour l'entreprise ? 3. Optimisation de la configuration logistique : Le problème qui se pose réside dans le fait que les paramètres de distribution et d'approvisionnement évoluent en permanence. L'entreprise est dotée d'équipements : usines ou points d'approvisionnement, entrepôts centraux, et points clients. Comment alors définir et organiser les circuits de flux au mieux pour que dans le délai promis aux clients l'organisation d'approvisionnement et de distribution soit la plus efficace et la moins coûteuse possible ? La solution à ce problème multidimensionnelle passe par l'utilisation de logiciels de simulation spécialisés qui peuvent aider le directeur Logistique tant au plan stratégique que tactique et opérationnel pour déterminer un meilleur optimum. Les paramètres clés sont alors la taille moyenne des commandes et la répartition des produits à livrer sur différents points de sourcing. Ces éléments seront déterminants sur les possibilités compte tenu des délais d'utiliser différents modes de transports en massifiant les approches des points de sourcing vers des dépôts ou de réaliser des livraisons directes clients, si cela est possible. Les modèles d'optimisation prennent en compte les différentes contraintes: l'affectation des produits aux points de production, la capacité en transport par mode des points sourcing vers les points dépôts, la capacité de stockage des dépôts, la zone géographique de distribution pour chaque dépôt (client mono-dépot ou multi dépôt), le temps d'écoulement des flux sur chaque tronçon appros ou distribution et le respect des réglementations et des règles de sécurité. Des sociétés spécialisées ont réalisés des logiciels spécifiques pour calculer les meilleures configurations logistiques. Les entreprises ne sont pas dans l'obligation d'acquérir les outils et peuvent faire réaliser une étude d'optimisation qui leur permettra de faire des gains non négligeables. Les évolutions récentes du coût du pétrole renforcent la nécessité de procéder assez régulièrement (au moins une fois par an) à une démarche de ce type. Le coût de l'étude est très souvent faible en regard des économies et des améliorations apportées. 4. Optimisation de la gestion des Stocks. Diminution du nombre de références et diminution du nombre de magasins de stockage : Elle est obtenue par la chasse aux rossignols (références obsolètes) et par la normalisation des pièces de base. Une réflexion sur le nombre et la localisation des entrepôts est souvent utile également. Des regroupements de stocks sur un même lieu permettent de réduire les quantités globales détenues, bien entendu une étude préalable est nécessaire pour s’assurer que les coûts de possession et de gestion d'un magasin sont bien inférieurs aux coûts de transport. La souplesse d'approvisionnement : Autorise à diminuer les niveaux de stock de sécurité pour un même taux de service. Cela peut résulter de négociations avec les fournisseurs (passage de marchés annuels avec mise en place de systèmes de prévisions mensuelles ou hebdomadaires glissantes), de réduction des coûts et des temps de traitements administratifs (EDI, web, ...) et également d'une réduction des lots d'approvisionnements (approvisionnements plus fréquents sur des lots de petite taille). La qualité et la rapidité de transmission des informations : Sont des facteurs essentiels de la réduction des stocks. Qualité et fiabilité des prévisions commerciales, rapidité de transmission des commandes, rapidité et fiabilité des réceptions (traitement physique et administratif)...
Situation de la logistique au Maroc : contraintes rencontrées. Le Maroc de par sa position géographique stratégique au croisement des flux internationaux, offre à ses entreprises un potentiel énorme. Toutefois la compétitivité de celles-ci se retrouve brimée par le coût logistique qu'elles ont à subir. Cela est dû à plusieurs raisons dont : 1. Contraintes et défis globaux : Le vide institutionnel concernant la logistique et la gestion des chaînes d’approvisionnement, la contractualisation nécessaire des relations entreprises/administration des douanes, la présence limitée de fournisseurs tiers de services logistiques, l'utilisation limitée de l’EDI, le déploiement faible des outils informatiques tout au long des chaînes, le développement nécessaire de plates-formes logistiques. 2. Contraintes spécifiques au transport: Le ratio qualité/prix du transport interne est faible, le coût élevé de la traversée Tanger-Algéciras, le coût du passage portuaire au Maroc. 3. Contraintes en amont des chaînes logistiques: l'accès difficile à certains intrants ou matières premières, la capacité limitée de contractualisation avec les fournisseurs d’intrants, la gestion parfois difficile des régimes d’importation des intrants, le manque de fluidité dans les transactions financières (notamment à cause des autorisations nécessaires de la part de l’Office des changes). 4. Contraintes en aval des chaînes logistiques: les normes imposées par les consommateurs, la visibilité limitée des besoins des consommateurs, la préservation de l’intégrité du produit tout au long de la chaîne. 5. Contraintes liées aux procédures et à la structure interne des entreprises: le manque d’intégration de toutes les fonctions de l’entreprise, le délai dans la mise en oeuvre de mesure facilitant la chaîne d’approvisionnement, le manque de ressources techniques spécialisées dans le domaine de la chaîne d’approvisionnement. En somme, la logistique et la gestion du transport au Maroc reste donc un secteur peu développé, ce qui entrave et ralentit le bon déroulement du cycle d’exploitation d’une partie majeure des différents agents économiques (Entreprises, Offices…) du pays. Ce qui explique la part importante qu’accapare la logistique dans le PIB marocain (comparé aux autres économies de pays plus développés). Ainsi une bonne gestion et une optimisation efficace du secteur logistique et gestion de transport au Maroc ne feront que réduire les coûts affiliés à la logistique et faciliter la circulation des marchandises et différents biens et services à travers notre pays. Ce qui conduira la création d’un environnement et espace vitale favorable, dans lequel notre économie se développera et s’épanouira.
Ces documents peuvent également vous intéresser !
# L’analyse de la performance logistique par traçabilité-agilité chez UCM Dolidol
# Amélioration de la performance logistique des entrepôts chez Marjane
# La logistique des conteneurs endommagés et l’optimisation des délais de réparation chez CMA CGM
# Gestion des risques dans les chaînes logistiques
# Organisation des approvisionnements et systèmes de paiement dans les filières agro-alimentaires : Cas de la filière canne à sucre
# Optimisation du processus logistique de la messagerie chez Barid Al Maghrib
# Choix stratégique entre l’externalisation et le maintien de l’activité logistique chez la Cosumar
# L’externalisation logistique et les enjeux de la relation entre industriels et prestataires de services
# L’amélioration de la chaîne logistique des fruits et légumes de la société Suncrops
# Optimisation des risques logistiques dans l’exportation des fruits et légumes chez la GPA
# La gestion logistique de l’escale des navires chez l’ANP
# Optimisation de la gestion des stocks et des approvisionnents chez la SBGS
# Evalutation de la performance logistique de la société Silver Food
# Optimisation de la préparation des commandes dans les entrepôts de distribution
# Optimisation de la chaîne logistique de la société Fresh Fruit
# Optimisation des flux physiques des conteneurs chez la compagnie CMA CGM
# Optimisation de la performance logistique chez la société SNTL Damco Logistics
# Amélioration de la gestion des flux logistiques chez Marsa Maroc
# Audit des performances logistiques chez les laboratoires Afric-Phar
# Gestion et optimisation des coûts de transport chez l’entreprise Bejaia Logistique

Correction
Jumia