Logo
Memoires et Projets de fin d'Etudes

Espace Membres

Identifiant :

Mot de passe :

Mot de passe oublié ?

L'accès des femmes à la profession comptable au Maroc
accéder au document
Type de document : Thèse de doctorat
Nombre de pages : 594
Format : .Pdf
Taille du fichier : 318.18 KB
Nombre de consultations : 52
Note : note (0 votes)
Extraits et sommaire de ce document
La profession comptable moderne s'est développée au Maroc avec le protectorat et l’introduction d’une économie capitaliste moderne. Je m'attache à analyser son histoire et son institution récente et laborieuse dans le chapitre IV. Mais il est nécessaire de définir les différentes composantes du champ professionnel de la comptabilité au Maroc. Ainsi, le comptable ou teneur de livres est en charge de la tenue des comptes. Son but est de rassembler, coordonner et vérifier les données comptables. Il réalise les opérations de clôture et établit la liasse fiscale. Le comptable agréé, selon la loi n° 127-12, est une personne qui « fait profession habituelle de tenir, centraliser, ouvrir, arrêter, suivre, superviser et redresser les comptabilités des entreprises et organismes qui font appel à ses services et auxquels il n'est pas lié par un contrat de travail ». Par ailleurs, l’ensemble des comptables agréés sont regroupés au sein de l'Association des Comptables Agréés du Maroc (ACAM) en voie de devenir l’Organisation des Comptables Agréés (OCA). Enfin, selon la loi n° 15-89, l’expert comptable est « celui qui fait profession habituelle de réviser, d'apprécier et d'organiser les comptabilités des entreprises et organismes auxquels il n'est pas lié par un contrat de travail. Il est seul habilité à : attester la régularité et la sincérité des bilans, des comptes de résultats et des états comptables et financiers ; délivrer toute autre attestation donnant une opinion sur un ou plusieurs comptes des entreprises ou des organismes ; exercer la mission de commissaire aux comptes ». La profession d’expert-comptable est regroupée au sein de l’Ordre des Experts Comptables du Royaume du Maroc (OECM). Contrairement à la France, experts-comptables et commissaires aux comptes sont une seule et même profession.
Il n'existe aucun travail portant sur la place des femmes au sein de la profession comptable marocaine. L'arrivée des femmes y a été lente et leur présence y semble encore faible alors que le nombre des étudiantes en comptabilité et notamment en expertise comptable a augmenté ces dernières années. Je m'interrogerai notamment sur les différences de carrières entre les hommes et les femmes, à travers l’organisation du travail, la structuration du champ, la création d’organisations professionnelles ainsi qu'à travers l'analyse des trajectoires professionnelles d’un échantillon de femmes.
Mon observation de départ est donc la suivante. La profession comptable, comme de nombreuses autres professions au Maroc, s'est ouverte aux femmes, mais elle reste encore très largement dominée par les hommes quel que soit le segment concerné au sein de ce champ professionnel. Les femmes restent encore aujourd'hui en faible nombre au sein du champ professionnel de la comptabilité et en particulier au sein de l'expertise comptable en pratique libérale.
Les femmes restent peu nombreuses à effectuer dans sa globalité le « parcours organisationnel » reconnu par la profession, qui, à la suite de l'accès au cycle de formation, puis la rédaction du mémoire permettant l'obtention du diplôme d'expert-comptable, passe par l'inscription à l'Ordre, puis mène à l'association. Mon hypothèse est qu’il existe, à l'origine de cet état de fait, des mécanismes de discrimination ou une dynamique qui, à partir d’un certain niveau, voit les carrières des femmes bifurquer, ou être stoppées. En d’autres termes, on observerait un double mouvement contradictoire, d’une part de promotion par l’éducation, d’autre part de blocage par la persistance d’une division sexuée du travail et de mécanismes de domination traditionnels, le tout se manifestant de façon plus ou moins différenciée selon les conditions de travail. Cette hypothèse se décline à quatre niveaux, par le diplôme, par la famille, par le travail et par les valeurs.
Le premier niveau est relatif à l'effet de « levier du diplôme » tel qu'il a été développé par Le Feuvre et Walters (1993). Il a non seulement permis aux filles d’accéder à l'enseignement supérieur mais aussi, d'investir de nombreuses professions au Maroc. Il a également permis, alors que se mettaient en place les modalités de formation à la profession d’expert-comptable, particulièrement dans les trois décennies après l'accès du Maroc à l'indépendance, l'arrivée des femmes dans cette profession. Après la « banalisation » de la présence des filles dans l'enseignement supérieur, leur arrivée dans le monde de la comptabilité où a longtemps dominé l'hégémonie masculine, est due à la dynamique de leurs succès scolaires. En effet, comme en France, il existe au Maroc un mouvement analogue à celui décrit par Catherine Marry (2004) comme étant un « renversement historique des inégalités sexuées au profit des filles dans l'accès à l'enseignement supérieur » (p.6). Ce mouvement pourrait expliquer que les femmes investissent aujourd'hui en plus grand nombre les professions nécessitant un diplôme universitaire, alors qu'elles restent sous représentées dans les professions faiblement diplômées.
A un second niveau, mon hypothèse prend en considération le milieu social d’appartenance, essentiellement urbain et relativement aisé, caractérisé par un niveau d'études élevé des parents qui soutiennent activement le parcours de formation de leur fille, et éduquent leurs enfants, garçons ou filles, de manière égalitaire, et suppose qu'il s'agit d'un facteur favorisant la réussite des carrières des femmes dans le champ professionnel de la comptabilité au Maroc. De plus, le rôle des mères, bénéficiant d'un capital scolaire élevé et/ou considérées par leurs filles comme des modèles à suivre, sont de puissants facteurs d'encouragement aux parcours de réussite.
Je rattache le troisième niveau à l'hypothèse que l’organisation du travail (y compris la taille du cabinet et la nature des missions) et les politiques de gestion des ressources humaines des cabinets ou entreprises, au sein desquels les femmes travaillent, constituent un facteur majeur de différenciation des chances et des modalités de promotion professionnelle des femmes. Elles contribuent à affecter les choix professionnels et les choix de carrière et à expliquer tant les opportunités que les blocages qui demeurent.
Enfin, à un quatrième niveau, mon analyse porte sur l'environnement sociétal au sein duquel vivent les femmes. En quelques décennies, les femmes, jusqu'alors totalement absentes de l'espace public, l'ont rapidement investi et accédé à l'éducation, qui leur a ouvert les portes de toutes les professions et du marché du travail. Pourtant, il persiste un contraste important entre un faible nombre d'élues qui réussissent brillamment leur carrière, parfois même mieux que les hommes et celles, qui pourtant nombreuses sur le parcours professionnel, seront freinées
par des difficultés liées à la ségrégation qu'elles continuent de subir au sein de la société. En effet, le contraste est important entre l'investissement scolaire et universitaire des femmes et la persistance des stéréotypes de genre qui ne sont que peu remis en question et continuent d'être au service de la justification de la division sociale du travail, des hiérarchies de genre et de la discrimination systémique des femmes qui en découle. Leur pérennité est le résultat du maintien d'une socialisation très différente des filles et des garçons qui conditionne les attentes traditionnelles sur la façon dont les hommes et les femmes doivent se comporter dans la société. Ainsi, dans le champ de la comptabilité, quel que soit le niveau atteint et notamment au plus haut niveau celui d'expert-comptable et d'associée, les femmes restent fortement influencées par les imaginaires sociaux, le rôle qui leur est imparti au sein de la famille, le regard du conjoint sur leur profession, la maternité, qui contribuent à freiner leurs ambitions. Toutefois, l’effet de ces représentations sociales est différencié selon les milieux sociaux.
J'ai, pour ce faire, procédé à une analyse à trois niveaux. Dans un premier temps, au niveau macro, je me suis intéressée à la façon dont la profession est réglementée, aux conditions d’exercice telles que définies par la loi, d’une part, aux politiques de formation d'autre part. Dans un second temps, au niveau méso, je m’intéresse à la structuration du champ, aux compétitions entre associations, d’une part, à l’organisation du travail d'autre part. Enfin dans un troisième temps, au niveau micro, je me suis intéressée, à l'échelle individuelle, aux femmes et aux hommes qui appartenaient au champ professionnel de la comptabilité. J'ai procédé par entretiens, par dépouillement de documents, par observation ethnographique. Par ailleurs, pour comprendre comment fonctionnaient les grands cabinets d'audit et quelle place ils faisaient aux femmes, j'ai effectué une observation in situ au sein de deux cabinets d'audit à Casablanca.
Afin d'être en mesure d'appréhender une compréhension générale du champ professionnel et des professionnels de la comptabilité, j'ai procédé tout d'abord au dépouillement d'une documentation relative à la profession comptable notamment un matériau de caractère documentaire, des réglementations, des données chiffrées, les programmes de formation, des revues ainsi que des articles de presse. J'ai ainsi consulté les textes législatifs en vigueur dont les bulletins officiels, les données statistiques de la Direction de la Statistique du Royaume du Maroc, les documents que l'on m'a remis au siège du Conseil de l'Ordre des Experts-Comptables ainsi que de nombreux articles de la presse généraliste ou spécialisée. J'ai également consulté le site de l’Ordre des Experts-Comptables du Royaume du Maroc (OECM) et celui de l'Association des Comptables Agréés du Maroc (ACAM). J'ai également consulté l'ensemble des programmes de formation et leur architecture pédagogique ainsi que les formations continues proposées par le CEC de l'ISCAE. Cela m’a permis de recueillir des données officielles sur la profession comptable. Ce recueil d’informations m’a également permis de mieux appréhender mon terrain d'étude. J'ai ensuite effectué une enquête de terrain.
Mon enquête a débuté par une visite et une rencontre avec les responsables d'écoles et instituts de formation à la comptabilité. Au niveau de l'ISCAE que je connais bien, j'ai rencontré les experts-comptables stagiaires et effectué auprès d'eux une enquête par questionnaire. J'ai également effectué une observation au sein de deux cabinets d'audit. J'ai visité le siège des associations professionnelles et rencontré leurs responsables. J'ai également rencontré des personnes que j'ai considérées comme personnes ressources pour ma recherche. Enfin, je me suis attachée à l'étude des récits de vie par une série d'entretiens réalisés auprès de femmes mais également d'hommes, comptables, comptables agréés et surtout experts comptables.
[…]
La thèse est organisée en trois parties de la manière suivante :
A- Première partie : Les mutations de la société marocaine et la place des femmes
Après un retour sur l'histoire du Maroc et sur les circonstances qui ont favorisé son passage d'un état précolonial puis colonial à un Etat ayant fait le choix d'une économie de marché malgré le poids de l'Etat et une économie de plus en plus ouverte sur les services, je m'attache à décrire l'environnement sociétal et son évolution pour comprendre l'évolution de la place des femmes au Maroc.
J'envisage tout d'abord, l'évolution historique, politique et économique du Maroc ainsi que la naissance d'un « capitalisme marocain » (chapitre I). Le Maroc précapitaliste connaît une ouverture forcée à l'Europe qui mènera à l'instauration du protectorat français. Ce protectorat, le plus court d'Afrique du Nord et un des moins douloureux, contribuera, malgré les vicissitudes qui l'accompagneront, au profond changement du Maroc. Les relations particulières qu'y instituera la France expliqueront la mise en place d'une dualité caractéristique du pays respectant d'un côté l'organisation du Makhzen68 mais instaurant parallèlement la résidence française. La mise en place d'infrastructures physiques et la construction d'un tissu économique nouveau ont permis l'ouverture du Maroc à une économie moderne. Ces évolutions ont été à l'origine de la naissance du « capitalisme marocain », au profit des Marocains par l'instauration de la limitation au droit de propriété des étrangers ou « marocanisation » en 1973. Les années 1980 voient la situation économique au Maroc se dégrader lui imposant l'adoption du Plan d'Ajustement Structurel en 1983. La mise en place de ce Plan a eu des conséquences économiques et sociales significatives mais a également été suivi par des réformes fiscales et bancaires qui ont confirmé l'ouverture du pays à l'économie de marché et élargi les services comptables, rendant ainsi possible l'ancrage et le développement de la profession comptable.
D'abord de manière très inégale du protectorat à l'indépendance, puis massivement depuis l'indépendance, les Marocains accèdent à l'éducation (chapitre II). Malgré l'ouverture qu'effectue le pays indépendant à l'éducation des filles, celles-ci n'y auront pas accès de manière égale à celle des garçons. Les filles, notamment en milieu rural, sont encore aujourd'hui touchées plus que les garçons, par les inégalités éducatives et par l'épineux problème de l'analphabétisme. J'ai essayé ensuite de comprendre comment les filles sont arrivées dans l'enseignement professionnel et comment elles ont eu accès à la formation en expertise comptable, d'abord en France, puis au Maroc, à l'ouverture du CEC en 1993.
L'accès puis la place des femmes sur le marché du travail permettent l'étude de leur taux d'activité ainsi que les catégories d'emplois qu'elles occupent (chapitre III). J'analyse également les facteurs qui ont favorisé l'accès des femmes aux professions supérieures et à des champs professionnels jusque là réservés aux hommes dont l'amélioration de leur vie personnelle, la défense de leurs droits et surtout leur accès aux études supérieures. Malgré ces évolutions, la situation des femmes reste caractérisée par les limites que connaît leur emploi, les inégalités de salaires et leur précarisation. Elles restent soumises à une ségrégation tant « horizontale » que « verticale » et sont loin de se situer comme « concurrentes des hommes » (Marry, 2004).
B- Deuxième partie : La structuration du champ professionnel ; l'évolution de la place des femmes
L'ouverture de l'économie marocaine au marché libéral et à la mondialisation ainsi que la place des femmes sur le marché du travail permettent d'aborder le champ professionnel de la comptabilité et ses différents modèles de pratique (chapitre IV). J'y décris le modèle anglo-saxon, devenu modèle dominant qui a été notamment à l'origine de la naissance et de la percée des Big et le compare au modèle « continental », deux modèles fondamentalement différents. L'évolution vers la mondialisation a nécessité le développement des normes comptables dont la pénétration, cependant, au sein de la norme nationale, n'est pas sans générer des difficultés significatives. Ces évolutions permettent de comprendre la naissance et la structuration de la profession comptable dans les pays arabes sous influence britannique ainsi que celles des pays qui se sont inspirés de la tradition française. Dans ce dernier cas, je focalise mon intérêt sur le cas du Maroc à travers l'histoire, les enjeux et les batailles de ses organisations comptables professionnelles. J'évoque et analyse les conflits de compétences, de « territoires » ou de « juridiction » selon la théorie d’Abbott (1988).
J'interroge l’inégale présence des femmes dans les différents sous champs ou segments du champ de la comptabilité et discute ce qu’il reste de la relation avec la France. En effet, la structuration de la profession au Maroc est marquée par la lente arrivée des femmes au sein du champ professionnel de la comptabilité. Les différents segments professionnels de la comptabilité et la présence encore faible des femmes en leur sein, la place de l'audit au Maroc, sa pratique par les experts-comptables et les multinationales ainsi que le développement du marché des services comptables sont analysés à la lumière d'un retour sur le parcours des femmes au sein de la profession comptable dans les pays anglo-saxons, les pays européens et les pays arabes.
J'analyse également l'historique de la formation en commerce, gestion et comptabilité, depuis le poids de la formation en France à la création de l'ISCAE et l'ouverture de nouvelles filières (chapitre V). L'observation in situ que j'ai pu réaliser au sein de cabinets m’a permis d'interroger l’organisation du travail dans les cabinets comptables en fonction de leurs activités et de leur taille, d'analyser la division du travail et les inégalités de genre (chapitre VI) et de montrer que les femmes qui arrivent à se positionner aux plus hauts niveaux hiérarchiques restent très peu nombreuses.
C- Troisième partie : Carrières de femmes comptables
En focalisant cette dernière partie sur les trajectoires et les carrières des femmes, j'ai essayé d'étudier la place des femmes dans le champ professionnel de la comptabilité, notamment celle des femmes experts-comptables. Alors qu'elles représentent 30% des experts-comptables stagiaires, les femmes ne sont plus que 6% à arriver à l'inscription à l'Ordre. Ce contraste laisse supposer des trajectoires particulières, des sorties en cours de route ou le choix de voies différentes (chapitre VII).
En effet, certaines femmes n'iront pas jusqu’à l’obtention du titre. D'autres compléteront leur formation, obtiendront leur diplôme mais ne s'inscriront pas à l'Ordre soit parce que leur trajectoire aura été interrompue soit, au contraire, par choix personnel. L'étude de leurs trajectoires conduit à s'interroger sur la signification de ces stratégies. S'agit-il d'échecs ou au contraire d'autres modes de réussite ?
D'autres femmes empruntent, elles, une trajectoire linéaire et constante qui les conduit à devenir associées et à mener des carrières de réussite (chapitre VIII). Sur ces parcours de réussite, j'ai essayé d'identifier les facteurs qui leur avaient été favorables. Bien différentes sont les trajectoires où les femmes se sont heurtées à un ou plusieurs obstacles et ont vu leur carrière freinée voire interrompue (chapitre IX). Dans tous ces cas, j'ai essayé d'identifier les freins, obstacles et discriminations qui sont analysés selon la classique métaphore du « plafond de verre », métaphore qui fait, en réalité aujourd'hui, l'objet de nombreuses critiques. Ces dernières conduisent au développement de nouvelles théories qui montrent comment les difficultés que rencontrent les femmes sont le résultat de l'imbrication de différents facteurs.
Dans tous les cas, je me suis intéressée aux stratégies de carrière qui conduisaient aux choix de travailler en entreprise ou en pratique libérale et aux stratégies que les femmes développaient pour concilier leur vie professionnelle avec leur vie familiale et personnelle, notamment la façon dont elles concevaient leur place au sein de la famille en tant qu'épouse et que mère.

PARTIE I. LES MUTATIONS DE LA SOCIETEMAROCAINE ET LA PLACE DES FEMMES
Chapitre I. La société marocaine et les changements récents et en cours
I- La naissance d'un « capitalisme marocain »
A- Du Maroc pré-colonial à « l'ouverture forcée » à l'Europe, l'instauration du protectorat
B - L'intégration du Maroc à l'économie moderne
1- Une dualité caractéristique du pays 99
2- L'intégration du Maroc à l'économie moderne 100
a- La construction d'un tissu économique nouveau 100
b- Les premières banques au Maroc et la création de la Banque du Maroc 102
c- La création de la Bourse de Casablanca 105
C- La naissance du « capitalisme marocain » 106
1- La limitation au droit de propriété des étrangers ou « marocanisation » 108
2- Les années 1980, la situation économique au Maroc et l'adoption du Plan d'Ajustement Structurel (PAS)
II- Economie et société dans le Maroc d’aujourd’hui : domination des services et ouverture à la mondialisation
A- La population marocaine : entre monde rural et métropoles urbaines 115
B-L'évolution du paysage économique, la place des PME et celle des entreprises étrangères
1- Les Petites et Moyennes Entreprises/Industries « PME/PMI » et les TPE 120
2- Les grandes entreprises et les grands groupes 122
3- La place des entreprises étrangères 127
4- Les sociétés cotées en Bourse : un nombre encore faible 129
III- Evolution du marché de l’emploi et structure de la population active 133
IV- Conditions de l’arrivée des femmes sur le marché du travail 136
A- L'évolution du statut des femmes, une accélération récente 137
B- Le recul de l'âge du mariage et l'augmentation du célibat 141
C- La crise économique et le rôle des hommes 142
Chapitre II . Les femmes et l’éducation au Maroc : une progression tardive mais irrésistible
I- Le développement du système éducatif et les progrès de l'éducation: l'accès à l'enseignement primaire, secondaire et professionnel
A- L'enseignement au Maroc pendant le protectorat ; le difficile accès des filles à l'éducation
B- L'élargissement de l'éducation après l'indépendance : la persistance de l'inégal accès des filles
1- L’élargissement de l’accès à l'éducation 154
2- La persistance des inégalités scolaires 161
II- L'enseignement professionnel au Maroc, une valorisation en cours ; l'ouverture de la formation professionnelle aux filles
III- L'accès des femmes marocaines aux études supérieures 168
Chapitre III. Les transformations du marché du travail et l'arrivée des femmes
I- Le marché du travail au Maroc : un espace encore peu investi par les femmes 179
A- L'inégale participation des femmes au marché du travail 179
B- L'inégal accès des femmes à l'emploi ; la ségrégation horizontale 184
1- Les secteurs accessibles aux femmes ou la « ségrégation horizontale » 184
C - Les limites à l'emploi des femmes 185
1- Une baisse significative du taux d'activité et un taux de chômage élevé 186
2- La question des salaires ; un indicateur de la position des femmes 187
3- Les femmes sur le marché du travail et leur précarisation 190
II- Les femmes dans les professions supérieures 191
A- La féminisation de la fonction publique 192
B- La forte présence des femmes en médecine 193
C- Les femmes universitaires
D - Les femmes ingénieurs et les femmes chefs d'entreprise 202
E- Les femmes aux postes de responsabilité : un exemple d'ascension suspendue ou « ségrégation verticale »
PARTIE II. LA STRUCTURATION DU CHAMP PROFESSIONNEL ET L’EVOLUTION DE LA PLACE DES FEMMES
Chapitre IV. L’institutionnalisation d’une profession libérale comptable et la lente émergence des femmes
I- Le modèle anglo-saxon versus le modèle continental, deux modèles fondamentalement différents
A- Le modèle professionnel anglo-saxon, modèle dominant dans le champ professionnel de la
comptabilité et la libéralisation des marchés 218
1- La profession comptable anglo-saxonne, une grande souplesse et la quête de l'accès à la respectabilité
2- Entre le conseil et l'audit, la montée en puissance des Big 222
3- Les femmes : d'une exclusion consacrée par la loi à une présence qui s'affirme 223
B- Le modèle « continental » : du modèle français du praticien-notable à la suprématie des multinationales
1- Le modèle français : de la figure du praticien notable à l'hégémonie des multinationales
2- De l'Europe de l'Ouest à l'Europe de l'Est, l'inégal accès des femmes à la profession comptable
II- Les normes comptables et l'évolution vers la mondialisation 236
A- Les normes comptables, leur naissance, leur globalisation 236
B- La pénétration de la norme internationale au sein de la norme nationale, des difficultés significatives
III- La profession comptable dans les pays arabes sous influence britannique 242
IV- La profession comptable au Maroc et ses organisations professionnelles : histoire, enjeux et batailles
A- Des métiers du Maroc précapitaliste aux professions libérales du Maroc moderne ; la naissance de la profession comptable
B- Le développement du marché des services comptables au Maroc 256
1- Le contrôle des comptes 256
2- La fiscalité 258
3- La normalisation comptable au Maroc 260
C- Vers l'organisation de la profession et la pratique libérale de son exercice 262
1- Les prémisses d'organisation à la veille de l'Indépendance 263
2- Les associations professionnelles du Maroc indépendant ; vers une réforme de la profession comptable
D- Des difficultés de la délimitation des compétences à la création du diplôme et de l'Ordre des Experts Comptables du Royaume du Maroc
1- La création de l'Ordre des Experts-comptables 266
2- Les conflits internes, les luttes acharnées aux frontières de l'Ordre 269
3- Le Syndicat National des Experts-Comptables et Commissaires aux Comptes et l'adhésion à l'IFAC (The International Federation of Accountants)
4- L'Ordre des Experts-Comptables du Royaume du Maroc aujourd'hui : évolution de la place des femmes
Chapitre V. La marocanisation et la féminisation de la formation comptable
I- L'évolution de l'offre de la formation au Maroc ; le poids de la formation en France 287
A- La formation à la comptabilité : d'une formation moyenne à une formation supérieure 287
B- La formation supérieure en expertise comptable aujourd'hui : entre formations étrangères et formation marocaine
C- La formation en France, de l'option unique à l'alternative choisie 295
D- La formation à l'expertise comptable au Maroc : une naissance tardive, une offre encore limitée
E- Le CEC : le point de vue des étudiants 303
1- Un investissement temporel équivalent mais déjà des différences selon le genre 303
2- Le CEC : une formation lente, un accès limité 305
II- La formation supérieure en expertise comptable : la place des femmes 310
A- La présence encore bien timide des femmes au sein du CEC, évolution ou régression ? Peu d'appelées donc peu d'élues ?
B- Formation au Maroc ou formation en France, quelles différences entre les femmes et les hommes ?
1- Femmes experts-comptables : une formation plus souvent française que les hommes
2- Les hommes : une formation majoritairement au Maroc 328
Chapitre VI. Organisation du travail et structuration du marché
I- Les gros et les petits cabinets dans une hiérarchie structurant le marché et le champ 338
A- Les Big, d'un règne sans partage à la montée d'une concurrence 339
B- Les experts-comptables : une concentration importante, une pratique en petit cabinet 344
C- Les comptables agréés : un effectif équivalent, une moindre concentration
II- L'organisation du travail dans deux cabinets d’audit : l'inégale visibilité des femmes 351
A- Un cabinet américain : une présence notable de femmes 352
B- Un cabinet français : une majorité d'associés issus de l'ISCAE mais aucune femme 363
III- Des comptables en demande d'organisation, des comptables agréés à la recherche de la certification des comptes
A- Les comptables : un segment professionnel en demande d'organisation 375
B- Les comptables agréés à la recherche de l'accès à la certification des comptes 377
PARTIE III. CARRIERES DE FEMMES COMPTABLES
Chapitre VII. Stratégies de carrière, entre choix du travail en entreprise et choix de la profession libérale
I- Trajectoires des hommes et des femmes : quelques pistes de réflexion 401
A- Convergences et/ou divergences entre les hommes et les femmes aux principales étapes de la trajectoire professionnelle
1- Les Experts-comptables diplômés par l'Etat : l'inscription à l'Ordre et l'installation en cabinet libéral
2- Les mémorialistes : sur le long terme, plus de femmes que d'hommes 406
3- Les stagiaires : à compétence égale, de nombreuses divergences 409
a- Les femmes stagiaires : un capital général élevé mais déjà la crainte de la « force de travail » des hommes
b- Les hommes stagiaires : des origines sociales modestes, une plus grande confiance dans leur destin
B- Proposition de quelques pistes de réflexion 412
1- Les hommes et les femmes face à l'inscription à l'Ordre 412
2- Les hommes et les femmes face au choix d'une voie alternative 412
3- Peu de femmes DPLE, a fortiori inscrites à l'Ordre : forcément un échec ?
II- Les trajectoires professionnelles des femmes experts-comptables 415
A- Première étape de décision : poursuivre ou non, l'étape douloureuse du mémoire 418
B- Celles qui s'arrêtent à la porte de l'Ordre 429
C- Inscrites à l'Ordre, elles s'installent en libéral au sein d'un petit cabinet 435
Chapitre VIII. Trajectoires de réussite, les femmes « dirigeantes »
I- Trajectoires de femmes dirigeantes 460
A- Les femmes associées 460
1- Les femmes associées des grands Big
2- Les femmes associées en cabinet 469
C- Les « dirigeantes » en entreprise 474
II - Femmes « dirigeantes », la nature des mécanismes de leurs trajectoires
A- Un capital général élevé 484
1-Des parents au capital culturel élevé 485
a- Le capital social, économique et culturel des pères 486
b- Comprendre l'histoire de la mère, pour comprendre celle de la fille 487
B- Des trajectoires scolaires brillantes, une formation supérieure souvent en France 488
C- Des « filles de l'Indépendance » à la « banalisation » 490
D- Des stratégies pour concilier vie professionnelle et vie personnelle ; le rôle du conjoint 493
1- Des stratégies mises en place précocement 493
2- La division sexuelle du travail : des conjoints très présents 496
3- La place des femmes au sein des couples à « double carrière » 497
Chapitre IX. Les obstacles et les freins sur le parcours professionnel des femmes
La métaphore du « plafond de verre » 503
La critique du plafond de verre : le « régime d'inégalité » et le phénomène de « cumulative disadvantage » ou effets du cumul de forces d'inertie
I- Portraits de femmes experts-comptables au parcours professionnel « accidenté »
II- Nature et mécanismes des freins et obstacles auxquels se heurtent les carrières des femmes 518
A- Un capital général moins élevé, des débuts de carrière moins « prestigieux »
1- Une origine sociale plus modeste 519
2- Des études solides, des familles conservatrices 520
B- Les ségrégations horizontale et verticale ; les mécanismes « formels » et «organisationnels» qui les conditionnent
C- Les difficultés à concilier vie professionnelle et vie personnelle 528
1- Les difficultés de gestion de la vie professionnelle et personnelle: les obstacles organisationnels et le poids de la société
2- Le vécu de la maternité, obstacle majeur ou « difficulté » à planifier ? 530
3- Une division sexuelle du travail très asymétrique ; des conjoints « absents » 535
a- Des femmes à « double journée », une profession « désaimée » 536
b- Les couples à « double carrière »
Ces documents peuvent également vous intéresser !
# Les besoins des investisseurs institutionnels en informations financières et comptables
# Valorisation et reporting du goodwill : Enjeux théoriques et empiriques
# Développement d’une comptabilité environnementale orientée vers la création de valeur
# L’introduction d’une comptabilité d’exercice au sein des centres hospitaliers universitaires au Maroc
# Quand la comptabilité sert l'objectif de performance financière des collectivités territoriales
# La recette commerciale d’une compagnie de transport aérien : Particularités comptables, fiscales, de contrôle interne et proposition d’une approche d’audit financier
# Les provisions techniques chez les compagnies d'assurances au Maroc
# Concessions de service public : Proposition d’une normalisation comptable du traitement des immobilisations du domaine concédé
# Etablissement et contrôle des états comptables intermédiaires : Difficultés d'élaboration et proposition de recommandations
# Evénements postérieurs à la clôture des comptes : Normes et pratiques comptables, juridiques et de contrôle
# Les charges différées dans les sociétés concessionnaires d'autoroutes au Maroc : Etude critique du cadre comptable et proposition d'une démarche d'audit
# Normalisation comptable et spécificités des établissements publics à caractère administratif : Cas des ORMVA
# Les opérations sur le capital dans les sociétés anonymes au Maroc : Aspects juridiques, comptables et fiscaux
# Gestion délocalisée des dossiers comptables : Moyens et procédures pour réussir la mise en oeuvre par les cabinets marocains
# Mise en place d’une organisation comptable au sein de la société Menatec
# La gestion des emballages récupérables dans l'activité des boissons : Aspects organisationnels, comptables et fiscaux
# La comptabilisation des programmes de fidélisation de la clientèle : Difficultés comptables et proposition d’une méthodologie d’audit
# Les Carrés DCG 10 - Exercices de comptabilité approfondie avec corrigés
# L'organisation interne du service comptable chez la société Bejaia Logistique
# La comptabilité selon les coûts préétablis : Etape préliminaire à la gestion budgétaire

Correction
Jumia