Logo
Memoires et Projets de fin d'Etudes

Espace Membres

Identifiant :

Mot de passe :

Mot de passe oublié ?

La communication interculturelle au sein des entreprises françaises implantées au Maroc
accéder au document
Type de document : Thèse de doctorat
Nombre de pages : 377
Format : .Pdf
Taille du fichier : 471.71 KB
Nombre de consultations : 51
Note : note (0 votes)
Extraits et sommaire de ce document
La gestion dans un contexte interculturel constitue d’ailleurs, l’un des plus grands défis des entreprises multinationales. Ainsi, travailler dans un milieu multiculturel, c’est devoir penser à plusieurs facteurs essentiels des différences culturelles, à savoir la notion de temps ou d'espace personnel, le comportement individuel ou collectif, les relations hiérarchiques, etc. qui sont des valeurs déterminantes propres à chaque culture.
Afin que les entreprises puissent faire face à la mondialisation et pour faciliter leur évolution, celles-ci doivent contribuer à une nouvelle dynamique interculturelle et anticiper les difficultés interculturelles pour une meilleure communication. De ce fait, il est essentiel pour chaque manager d’instaurer une communication efficiente avec l’ensemble de ses collaborateurs et plus particulièrement, ceux issus d’une culture différente. Car les entreprises sont de plus en plus confrontées à des milieux interculturels, composés d’équipes qui sont à leur tour, constituées de plusieurs nationalités et donc différentes cultures.
[…]
Une tâche qui s’avère lourde quand les préjugés bloquent la volonté, quand les perceptions et les attitudes diffèrent, quand un des collaborateurs enterre son enthousiasme au premier choc culturel, quand le personnel local voit que les décisions qui affectent sa vie sont prises « ailleurs », quand on est face à des conceptions nouvelles du travail, de la prise de décision et de l’exercice du pouvoir sans avoir pour autant les moyens et le temps nécessaires pour les intégrer. La donne culturelle s’avère, donc, déterminante.
Voulant mouler la diversité culturelle en une culture qui serait globale, les mouvements de mondialisation à différents niveaux politique, culturel et économique, n’ont pas manqué d'enraciner la notion de différence, qui n'a cessé de gagner du terrain pour devenir une valeur en soi. Qu'il s'agisse du dialogue politique Nord-Sud, de la coexistence de différents groupes ethniques au sein d'un même pays, de l’insertion des immigrés dans la société d'accueil, les relations interculturelles sont au coeur du débat actuel sur l'échange égalitariste et le respect des identités particulières : comment peut-on être à la fois libres, égaux et différents dans une même société ? Et plus récemment encore, sur une même planète ?
Portée par la vague d’internationalisation et de globalisation des économies, l’organisation est également envahie par la question de la différence culturelle. Depuis le début des années 1990, des entreprises multinationales créent des postes de responsable interculturel. C’est que le management interculturel est devenu une discipline de gestion à part entière, venue s’ajouter à la finance, à la stratégie et au marketing international.
En peu de temps, il a fait l’objet d’un engouement éclatant dans les milieux de recherche et des affaires. Plusieurs écrits, congrès et formations sont, depuis, consacrés à la sensibilisation aux différences culturelles notamment dans les domaines de la négociation internationale, l’animation d’équipes multiculturelles ou encore la gestion de fusions ou de délocalisations d'entreprises. Mais alors qu’en est-il de la communication interculturelle ? Quel rôle joue-t-elle au sein de ces entreprises ?
Ces questions appellent à un examen sérieux et approfondi du fonctionnement des équipes interculturelles, car si l’étude de l’internationalisation des structures organisationnelles et des procédés a été bien poussée, celle du fonctionnement des équipes et des interactions interculturelles en milieu de travail se fait rare et ne présente pas autant de pertinence.
Les études déjà menées, ont montré l’existence de dissemblances dans les approches de différents pays et soulèvent effectivement des difficultés dans la collaboration interculturelle mais ne divulguent rien concernant le degré de leur influence sur la qualité du travail ou les ajustements éventuels.
Pourtant, les interactions entre personnes de cultures différentes ne relèvent pas de l’évident. Comment travailler ensemble quand les langues maternelles ne sont pas les mêmes, quand les systèmes de valeurs ne coïncident pas, quand on ne partage pas la même conception du temps, du travail et de l’autorité, quand les moyens et même les objectifs de la communication diffèrent ? Une bonne connaissance des cultures en présence n’est pas suffisante pour tracer la dynamique des interactions entres elles.
Dans cette perspective, nous cherchons à comprendre ce à quoi renvoie la notion de « communication interculturelle » appliquée aux oganisations françaises implantées au Maroc. Et à trouver l’impact de celle-ci sur le comportement des acteurs. Ce qui laisse entrevoir l’importance des fonctions de la communication dans les interactions. Autrement dit le rôle de la communication interculturelle que nous souhaitons étudier, est observable à travers les relations établies entre les collaborateurs au sein des entreprises sélectionnées pour notre étude et notre problématique de recherche.
En conséquence, notre travail de recherche tente de contribuer au champ de la communication interculturelle en approfondissant, d’une part, la connaissance du fonctionnement des équipes interculturelles, et en suggérant, d’autre part, des pistes susceptibles d’aider le manager international à mieux gérer la diversité culturelle de son équipe. Cette diversité « se manifeste par la reconnaissance des différentes langues, histoires, religions, traditions, modes de vie ainsi que toutes les particularités attribuées à une culture »4.
Il serait donc intéressant d’étudier les particularités que présente la communication interculturelle dans un pays arabo-musulman, comme le Royaume du Maroc, et de détecter les spécificités qui caractérisent la dynamique des équipes interculturelles dans les multinationales choisies.
D’où la principale question que nous avons soulevé pour notre recherche ; Dans quelle mesure les multinationales intègrent-elles la dimension interculturelle dans leur stratégie de communication ?
Par ailleurs le concept de culture, qui est au centre des théories descriptives des différences culturelles, est souvent traité dans une perspective synchronique, dénigrant ainsi le rôle et l’importance de l’histoire dans l’évolution des cultures et la définition de ce qu’elles gardent comme identité permanente et ce qu’elles cèdent au changement. En tant qu’élément fondamental de cette discipline, nous nous posons la seconde question formulée comme suit ; En quoi la culture peut-elle constituer un obstacle ou un tremplin à la communication interculturelle, en milieu organisationnel ?
[…]
Ainsi, pour répondre à nos questions de recherche nous avons suivi le cheminement ci-après :
Dans la première partie, nous nous consacrons à la revue de littérature de toutes les notions liées à la communication et à la culture. Nous retracerons dans une première, l’historique de la notion de communication et son rapport à l’organisation. Nous passerons ensuite à la notion de culture et les controverses suscitées face à sa complexité et aux différentes acceptations qui lui ont été consacrées dans un second chapitre.
Dans la deuxième partie, nous essayerons de faire la démonstration pratique de la méthodologie proposée et de vérifier la validité des variables culturelles telles que révisées et complétées. Nous aborderons dans cette partie en premier lieu, l’explication du cadre général de notre enquête et de la méthodologie adoptée, ensuite nous procèderons à l’analyse de la dynamique interculturelle au sein des entreprises françaises, implantées au Maroc, choisies pour notre terrain de recherche.
Enfin, à la lumière des nouvelles connaissances acquises, nous essayerons de proposer un modèle de communication interculturelle adaptable à des situations de communication dans un contexte interculturel, ainsi que des recommandations, utiles pour chaque manager souhaitant l’expatriation au Maroc. Des éléments, pouvant ainsi faciliter l’intégration d’un cadre étranger dans un contexte culturel marocain, en lui offrant une meilleure compréhension des attitudes et des comportements de ses différents collaborateurs autochtones.

Première partie : Approches conceptuelles et théoriques
Chapitre I : Communication et organisation

Section I : Communication : de la simple transmission d’information à l’interaction
I. Définitions et enjeux de la communication
1. Essais de définitions
2. Les enjeux de la communication : dans quel but communique-t-on ?
II. Les différentes théories de la communication
1. Les modèles de la communication : vers une évolution de la communication ?
2. Les différents courants des théories de la communication
3. Quelle forme de communication préconiser ?
Section II : Théories des organisations
I. Définition de l’organisation comme ‘structure’
II. Les grands courants des théories des organisations
1. L’école classique des organisations : une maximisation du système technique
2. L’école des relations humaines : pour donner un sens humain au travail
3. L’Ecole sociologique et le facteur humain dans les organisations
4. Culture et organisation : la culture d’entreprise
Section III : Communications des organisations
I. Les domaines de la communication et leurs caractéristiques
II. La communication interne un domaine de la communication à caractéristiques spécifiques
1. Essais de définition de la communication interne
2. La fonction ‘communication interne’ dans l’entreprise
3. Les objectifs et enjeux de la communication interne
4. Formes et supports de communication interne : une multiplicité de dispositifs
III. La communication interpersonnelle : une communication humaine ?
1. Définition de la communication interpersonnelle
2. Les éléments du processus de la communication interpersonnelle
3. Les phases des relations interpersonnelles et leurs caractéristiques
4. La communication interpersonnelle et l’expression des émotions
5. Sources de difficultés et de détérioration des relations interpersonnelles
6. Etablir et maintenir une relation interpersonnelle réussie
Chapitre II : Fondements théoriques des approches culturalistes
Section I : Culture et interculturel : définitions et concepts liés
I. La notion de culture : une notion polysémique
1. Une pluralité de définition
2. De l’anthropologie à la sociologie : vers une nouvelle définition
3. La culture : un tout complexe !
II. Les concepts liés à la culture
1. Acculturation
2. Culture et identité
3. Multiculturalisme
4. L’altérité
III. De la culture à l’interculturel
1. Essais de Définition
2. Mondialisation et interculturalité
3. L’interculturel et l’individu
3.1. Langue et communication
3.2. Ethnocentrisme comme attitude face à l’altérité
3.3. Les stéréotypes
3.4. L’interculturel et le malentendu
3.5. Religion et altérité
3.6. Société et éducation
Section II : La Communication interculturelle
I. Définition et cadre de référence de la communication en situation interculturelle
1. Définition de la communication interculturelle
2. Le cadre de référence élément à prendre en considération
II. Les représentations sociales et leur rôle en situation interculturelle
1. Définition des représentations sociales
2. La communication interculturelle et les représentations sociales
III. Les compétences interculturelles individuelles
1. Les compétences relationnelles
2. Qualités requises pour un manager interculturellement compétent
3. Rôle de l’humour dans la gestion interculturelle
IV. Les compétences interculturelles organisationnelles
1. Formations interculturelles, comme meilleurs moyens pour rendre opérationnels les acquis interculturels ?
2. Intelligence culturelle comme compétence interculturelle
Section III : La communication interculturelle au sein des organisations
I. Culture et dimensions culturelles de E. T. Hall
1. Les trois niveaux de la culture
2. Les dimensions culturelles de E. T. Hall
II. Hofstede et les différentes facettes de la culture
1. La notion de la culture selon Hofstede
2. Les niveaux culturels de Hofstede
III. Les dimensions étudiées par Trompnaars et Hampden-Turner
1. Culture et dimensions culturelles
2. Les sept dimensions culturelles de Trompnaars
IV. Jacques Demorgon, Philippe D’Iribarne et le fonctionnement des cultures
1. Jacques Demorgon et la complexité des cultures
2. Philippe d’Iribarne et la logique de la vie en société
2.1. Le modèle français : une question d’honneur
2.2. Le modèle américain : une démarche contractuelle
2.3. Le modèle néerlandais : une quête de consensus
Partie II : Contexte de la recherche, Méthodologie Et Etude de terrain
Chapitre I : Contexte, problématique et méthodologie de la recherche

Section I : Contexte de la recherche et problématique
I. Contexte historique et particularités socioculturelles du Maroc
1. Caractéristiques sociodémographiques du Maroc
2. Aperçu de l’histoire du Maroc : histoire de dynasties
3. Le Maroc sous le protectorat
4. Résistance au Protectorat
5. Le nouveau Maroc et l’effervescence politique
6. Un Maroc en transition
II. La logique culturelle au Maroc
III. Problématique et hypothèses de la recherche
Section II : Méthodologie de la recherche et posture épistémologique
I. Posture épistémologique
II. Choix de la méthode de recherche
1. La méthode qualitative : Méthodologie de départ pour le terrain de recherche
1.1. Diversité des ressources de collecte de données
1.2. La méthode qualitative et ses techniques
1.3. Choix des interviewés
2. Concilier le qualitatif et le quantitatif
2.1. Le questionnaire : outil de collecte de données
3. Synthèse de la démarche
Section III : Difficultés liées à la recherche et synthèse
I. Difficultés liées au terrain
1. Chercheur : « présence étrangère et non appréciée » dans les organisations
2. Café ou parking : meilleurs endroits pour un entretien ?
3. Questionnaire : fainéantise ou surcharge de travail ?
II. Synthèse : Pourquoi choisir les deux approches ?
1. Choix de la triangulation
Chapitre II : La communication interculturelle au sein des entreprises françaises implantées au Maroc
Section I : Résultats et interprétation des données recueillies à travers le questionnaire administré en ligne
I. Résultats et analyse de la dynamique interculturelle
1. Masculinité / Féminité
2. Relation au temps
3. Individualisme / Collectivisme
4. La distance hiérarchique
4.1. Source de pouvoir en entreprise
4.2. Styles de leadership appliqués en entreprise
5. L’affectif et le rationnel
6. La proxémique culturelle
7. Relations spécifiques / relations diffuses et degré d’ouverture
8. Le matériel et le spirituel
9. Perception du cadre français par les autochtones
II. Discussions des résultats
1. Masculinité ou Féminité : une avancée vers l’égalité ?
2. Culture polychronique ou monochronique ?
3. Les marocains solidaires, ou chacun pour soi ?
4. Une relation forte à la hiérarchie
5. Des marocains subjectifs
6. Relation à l’espace : entre proxémique et non proxémique
7. Une culture diffuse au Maroc
8. Importance prépondérante accordée à la religion
9. Facteurs influençant la collaboration
III. Vérification des hypothèses de recherche
IV. Synthèse : Facteurs qui facilitent ou bloquent la communication entre autochtones et français
Section II : Résultats et interprétation des entretiens réalisés auprès des cadres français
I. Démarche suivie pour l’analyse des entretiens
1. Echantillon de notre recherche
2. Retranscription des entretiens
3. Le choix de l’analyse thématique du contenu
II. Analyse des entretiens
1. Analyse par thématiques
1.1. Le codage comme unité d’enregistrement
1.2. Présence et fréquence des significations
2. Données quantitatives issues d’une démarche qualitative
3. Fréquence d’apparition par thème
4. Inférence : interprétation des résultats
4.1. La connaissance des repères spatio-temporels, religieux et langagiers est indispensable pour développer une meilleure communication
4.2. La communication interculturelle développe les possibilités d’interaction multiples entre les individus en leur permettant une certaine ouverture relationnelle
4.3. Les organisations prennent en considération les dimensions interculturelles dans leur stratégie interne
4.4. Conditions générales de travail
5. Réponses aux hypothèses
III. Synthèse : Attitudes envers la différence culturelle en milieu professionnel
Ces documents peuvent également vous intéresser !
# La communication interne au sein de l’entreprise marocaine : Du diagnostic à la stratégie
# La communication interne comme outil de déploiement de la stratégie chez le groupe CDG
# Communication interne et changement organisationnel chez la société Siprof
# La communication interne comme outil de gestion des ressources humaines chez Barid Al Maghrib
# La communication interne, outil de gestion des ressources humaines : Cas de Barid Al-Maghrib
# La communication interne au service du changement chez la Caisse Marocaine des Retraites
# Les facteurs déterminants de l'adoption des TIC par les entreprises : Cas de Danone Algérie
# Le rôle de la communication interne dans la motivation au travail : Cas de la société Fageco
# L’impact de l’Intranet sur la communication interne de l’entreprise Naftal
# L’impact de la communication interne sur la motivation des salariés : Cas de l’Entreprise Elafruits

Amazon
contact