Logo
Memoires et Projets de fin d'Etudes

Espace Membres

Identifiant :

Mot de passe :

Mot de passe oublié ?

Espace Echanges

L'analyse des risques bancaires chez la BMCI à l'heure des accords de Bâle II
 
accéder au document
• Type de document : Mémoire/PFE
• Nombre de pages : 107
• Format : .Pdf
• Taille du fichier : 1019.35 KB
Extraits et sommaire de ce document
L’évolution du secteur de la finance et, par conséquent, des instruments financiers a décelé les lacunes que contenait le système financier international. Dès lors, une grande vague de réformes touchant le secteur bancaire ont vu le jour. Ces réformes trouvent leurs origines dans la crise financière internationale de 1998 (Thaïlande, Juillet 1997), suite à laquelle les autorités de tutelle ont engagé des travaux importants en vue d’améliorer la compréhension et la prévention du risque. Des projets de grande ampleur ont été entamés, visant à maîtriser et contrôler les risques bancaires, surtout dans les pays dont la vulnérabilité financière est systémique. Au Maroc, les établissements de crédit ont commencé à mesurer leurs risques de marché et le risque opérationnel et de leur appliquer des exigences de fonds propres, comme ils ont déjà commencé à le faire pour le risque de crédit. Depuis, la législation bancaire n’a pas cessé de procéder à des réformes visant l’amélioration du paysage réglementaire bancaire, le seul souci étant de solidifier un système vital, mais également des plus sensibles aux risques. Ainsi, les banques ont vu leur activité se complexifier, et se trouvent face à deux contraintes : respecter les règles prudentielles édictées par BAM tout en satisfaisant leur clientèle. Aujourd’hui, l’analyse du risque de crédit bancaire revêt, plus que jamais, une importance stratégique pour les banques cherchant à se démarquer et à acquérir un avantage concurrentiel par rapport à leurs confrères. Impliquant la mobilisation de montants importants, et exposés à un nombre important d’aléas, Les crédits attribués aux entreprises nécessitent une attention particulière de la part de la banque, surtout que le comité de Bâle II a introduit une proportionnalité positive entre la gestion saine des risques et la compétitivité de la banque face à ses concurrents. C’est dans ce cadre caractérisé par ces profondes mutations que s’inscrit mon stage, dont l’objectif est d’apporter des éléments de réponses aux questions suivantes : Quelle est la politique interne de gestion des risques adoptée par la BMCI ? Va-t-elle lui permettre de se mettre au diapason des défis qu’imposent les nouvelles réglementations de BAM ? Ces deux problématiques forment les grands axes de ce rapport. En effet, après avoir explicité les nouveaux dispositifs de Bale II, je vais commencer par une présentation de la politique de gestion des risques au sein de la BMCI, pour enchaîner ensuite avec les résultats d’une étude qui a concerné 40 dossiers de crédits et dont l’objet est d’évaluer le degré de l’applicabilité des règles prudentielles édictées par Bank Al Maghreb.
Conclusion : Il faut noter que Bâle II n’est pas seulement un exercice de conformité. En effet, il ne suffit pas d’implanter de nouvelles règles et d’en vérifier périodiquement le respect. En vertu de Bâle II, il incombe aux conseils d’administration et à la direction des banques d’insister sur la mesure et la gestion des risques et d’établir un lien plus étroit entre les risques et les fonds propres. Bien que Bale II est un projet structurant pour le secteur bancaire, il n’est pas conduit à lui seul. En effet, ce projet est accompagné d’une profonde réforme touchant l’aspect comptable du système bancaire. Il s’agit des normes IAS/IFRS, dont l’entrée en vigueur est prévue pour janvier 2008. Ainsi, toutes les banques sont contraintes de publier leurs états de synthèses conformément à ces normes à compter du premier trimestre 2008. Les normes IAS/IFRS viennent dans une logique de consolidation des dispositifs des accords de Bale II. Leur application va faciliter la mise en oeuvre du troisième pilier de Bale II, concernant la diffusion des informations financières. Les dispositifs apportés par ces normes vont permettre à toutes les relations de la banque d’apprécier sa santé financière (reelle et actuelle) par rapport aux autres banques de la place, cela étant l’objectif même du troisième pilier de ces accords. Bale II et les normes IAS/IFRS sont alors deux projets que les banques sont appelées à mener conjointement en vu de réussir la plus profonde restructuration qu’a connaît le secteur bancaire.

Partie I : Présentation de la BMCI
Partie II : Politique de gestion du risque de crédit au sein de la BMCI
Chapitre I : Les crédits bancaires

Essai de définition
Typologie des crédits bancaires
Chapitre II : Les risques des crédits bancaires
Les facteurs déterminants du risque de crédit
Principales catégories de risque de crédit
Chapitre III : Démarche d’analyse de la faisabilité d’un crédit
Les informations d’identification de l’entreprise
Les hommes et les structures décisionnelles
La structure technique de l’entreprise
Diagnostic stratégique et les grandes orientations de l'Entreprise
Les relations bancaires
L’activité et la commercialisation
Chapitre IV : Méthodologie de gestion du risque de crédit au sein de la BMCI
Contenu de la proposition de crédit type « Entreprise »
Les moyens d’atténuation du risque de crédit
Partie III : BALE II, Exigences et Etat des lieux
Chapitre I: les accords de Bale II et les règles prudentielles édictées par BAM

Les Accords du comité de Bale II
Le Ratio de Cooke (1988)
Le Ratio de Mc Donough (1999)
Les principales différences entre le ratio Cooke et le ratio Mc Donough
La nouvelle approche prudentielle
Pilier I : les exigences minimales en matière de fonds propres
Pilier II : processus de surveillance prudentielle
Pilier III : Discipline du marché
Les obligations liées aux Accords de Bale II
Classifications des expositions
Conformité aux exigences minimales
Conception d’un système de notation interne
Les opérations liées aux systèmes de notation internes
Les règles prudentielles édictées par Bank Al Maghreb
Directive relative aux éléments d’informations minimums
Classification des créances en souffrance et provisions
Dispositif de mesure, de maîtrise et de surveillance des risques
Identification de la clientèle
CHAPITRE II: Présentation Synthétique de la Politique Générale de Gestion du Risque opérationnel et la conception du système de notation au sein de la BMCI
La politique de gestion du risque Opérationnel au sein du Groupe BNP PARIBAS
I. Les objectifs et les conséquences de la mise en place de l’infrastructure
II. Le Processus de gestion du risque opérationnel
III. Les comités du Risque Opérationnel
IV. Principes Fondamentaux
V. Inclusion de l’analyse du risque opérationnel dans des processus de gestion
existants
VI. Reporting
VII. Stratégie d’assurance et Gestion des Risques Opérationnels
VIII. Rôles et Responsabilités
IX. Méthodologie
X. Mise en oeuvre
XI. Conclusion
Le système notation au sein de la BMCI
Généralités sur les systèmes de notation
MÉTHODOLOGIE de la notation interne au sein de la BMCI
Chapitre III : L’Evaluation de l’Applicabilité des Règles Prudentielles de Bank Al- Maghrib
au sein de la BMCI
I – Résultats et Commentaires
II- Synthèse
Autres documents qui pourraient vous intéresser !
Notre plateforme contient plus de 5000 documents (dont +2500 mémoires et PFE), vous pouvez donc y trouver d'autres documents qui pourraient vous intéresser. Pour effectuer votre recherche cibleé, tapez vos mots clés dans le champ ci-dessous !

Web Hosting
Contact