Logo
Memoires et Projets de fin d'Etudes

Espace Membres

Identifiant :

Mot de passe :

Mot de passe oublié ?

Espace Echanges

Analyse du risque de marché boursier marocain : Cas de l’indice MASI
 
accéder au document
• Type de document : Thèse de doctorat
• Nombre de pages : 253
• Format : .Pdf
• Taille du fichier : 2.57 MB
Extraits et sommaire de ce document
La bourse des valeurs de Casablanca a connu durant les années 1990 une chute des indices à cause des réformes. En 2005, le marché a progressé de 30%, 70% en 2006 et un peu plus de 30% durant les quatre premiers mois de 2007, après une chute durant cette même année de 20%, puis l’indice général de la bourse n’a pas cessé de baisser. Certains analystes y voient une simple correction technique, d’autres un minikrach boursier : Krach ou correction1 ?
Le marché tremble et les investisseurs potentiels sont désarçonnés, c’est la première fois en effet que la place Casablancaise plonge dans la baisse, après plus de deux ans de hausse. Certains analystes estiment qu’après cette période euphorique durant laquelle les cours ont explosé, il est normal qu’un stade de baisse soit au rendez-vous. D’autres analystes estiment que si le marché boursier a baissé, c’est parce que les introductions en bourse ont diminué en 2007. Pratiquement aucune société n’a été introduite en bourse à cause du début du déclenchement de la crise américaine.
La bourse des valeurs a connu en Mars 2008, « période de la crise des subprimes », une volatilité de 70 milliards de dirhams, l’indice MASI a perdu 953 points, soit prés de 8% en deux jours. Comment expliquer des mouvements d’une telle ampleur ?. Cet événement, heureusement rare, a des conséquences financières très importantes. Comment évaluer l’intensité de ce risque extrême ? Peut-on le prédire ? A-t-il une dynamique particulière ?
Cette volatilité accrue est la plus extrême et la plus importante dans l’histoire du marché boursier marocain. Elle a combiné avec des cas spectaculaires de faillites dans le monde de la finance, a donné un regain d’intérêt évident à cet aspect important de la gestion des entreprises. La place casablancaise utilise des méthodes traditionnelles de gestion du risque du marché, c’est la raison pour laquelle il est devenu primordial de chercher une nouvelle technique de gestion des risques plus efficace et plus convenable à la taille de cette bourse.
Elle s’avère nécessaire face à une volatilité des marchés financiers de plus en plus forte et à une complexité et un volume de plus en plus croissant des produits financiers négociés. De nos jours la bourse marocaine ne donne pas une grande importance à la gestion des risques auxquels elle s’expose quotidiennement. Elle doit se préparer aux plus graves scénarios pour pouvoir y faire face efficacement ou pour pouvoir ajuster ses positions en fonctions du risque du marché.
Selon de nombreux observateurs financiers, la place Casablancaise est encore faible, petite et quelque fois déconnectée des réalités de l’économie marocaine. Bakir (2002) a conclu que le marché boursier marocain n'a pas encore atteint le stade de maturité des marchés financiers des pays développés. Il a trouvé des résultats empiriques remarquables qui résident dans l’inefficience de ce marché où les rentabilités boursières ne sont pas normalement distribuées, sont stationnaires et par conséquent prévisibles. De plus, il existe une dépendance linéaire dans les rentabilités quotidiennes aussi bien pour l'indice général MASI que pour la plupart des titres individuels.
Nous sommes aussi confrontés à des optimistes qui partent du principe que l’économie marocaine bouge et se développe avec le temps, où les chantiers sont ouverts, avec une industrie qui se modernise et une agriculture qui devient de plus en plus performante avec le Plan Maroc Vert, et des pessimistes qui affirment que la baisse du marché boursier risque de se prolonger et que le sinistre scénario des années (2007-2009) pendant lesquelles la bourse a connu une chute du cours de l’indice MASI pourrait se reproduire.
Pour participer aux déclarations contradictoires entre ces protagonistes, nous proposons dans cette thèse une analyse empirique détaillée des rendements de l’indice MASI, en mettant plus particulièrement l’accent sur la crise des subprimes pour mieux comprendre le fonctionnement du marché.
Notre objectif principal, c’est d’analyser empiriquement les rentabilités du marché boursier marocain surtout en période de crise des subprimes (2007-2009), afin de mieux appréhender son fonctionnement en période de ladite crise. Nous rejetons l’optique de Bakir (2002) concernant la tendance des cours boursiers à revenir vers une valeur fondamentale et aussi que celle des rendements des actions de l’indice MASI qui obéissent à une loi normale. Pour cela nous recourons à la modélisation économétrique des rendements qui a connu récemment des études académiques plus avancées.
Pour estimer cet événement inattendu de la volatilité de l’indice MASI, nous utilisons une modélisation des événements extrêmes 1 (cas de la crise des subprimes) afin de mesurer le risque de marché2 et qui pourra être utilisé ensuite dans la détermination du capital minimum de couverture. En effet, dans le cadre de la réglementation prudentielle, le comité de Bâle laisse la liberté aux institutions financières de choisir leur méthode de gestion interne, d’où l’intérêt de pouvoir modéliser et prévoir le risque. La gestion du risque est une gestion des événements rares et inattendus, or avec l’utilisation de la distribution normale, ces événements ont un caractère prévisible et rien ne sert pour cela d’étudier leur fréquence, Bakir (2002).
Depuis le milieu du siècle dernier, plusieurs méthodes de mesures de risque ont été développées par les chercheurs en gestion de portefeuille depuis la théorie de la diversification de portefeuille de Markowitz jusqu’à la méthode de la Value at Risk développée par la banque américaine JP Morgan en 1993-1994. Les méthodes de la VaR permettent ainsi de mesurer les risques de baisse de la valeur des actifs avec une probabilité donnée. De plus en plus, les institutions financières ont besoin de quantifier le risque que leur portefeuille pourrait subir au cours d’une période donnée. Grâce à la VaR, ces institutions peuvent juger de la possibilité et de la magnitude d’une potentielle perte dans leur portefeuille.
La VaR a gagné la confiance des institutions bancaires. Elle est désormais comme un benchmark dans la gestion des risques, d’autant plus que cette méthode de mesure de risque de marché est celle qui préférée et recommandée par les agences réglementaires. Cependant, il n’existe pas une mesure unique de la VaR, mais plusieurs à l’instar de diverses techniques qui permettent de l’estimer (Méthodes paramétriques, méthodes non-paramétriques, méthodes semi-paramétrique).
Afin de circonscrire notre objectif d’explication de la volatilité du marché boursier marocain représenté par l’indice MASI, nous faisons appel aux performances des VaR calculées, selon trois modèles (la VaR normale, la VaR Student et la VaR Riskmetrics). Ces modèles, les plus utilisés dans la pratique sont comparés par les méthodes de backtesting et la sélection opérée et recommandée aux institutions qui font appel à la question de la performance boursière.
Nous développons notre recherche selon trois chapitres. Dans le premier chapitre nous posons le cadre de notre analyse. Nous traitons l’organisation du marché boursier marocain et nous présentons ses différents blocs. Nous traitons aussi le contexte de l’évolution de la place casablancaise avant et après la crise des subprimes et son impact sur l’environnement économique et financière marocain et aussi sur les différentes grandes places boursières mondiales.
Dans le deuxième chapitre, nous procédons à une étude d’événement liée à la crise des subprimes, appliquée sur les rendements des indices sectoriels qui composent l’indice du marché boursier marocain le MASI. Afin de justifier les décisions des investisseurs sur le marché marocain, dans le but d’analyse l’impact de cette crise immobilière sur la réaction à court terme du marché au travers des fluctuations du cours des actifs sectoriels.
Nous étudions par la suite les performances à long terme des indices qui complètent les études à court terme. Ces méthodes permettent de détecter les gains ou les pertes de valeur qui sont enregistrés par le marché boursier marocain pendant la période post-événement.
Dans le troisième chapitre, nous présentons les caractéristiques statistiques en termes de normalité et de stationnarité des séries boursières d’un échantillon de neuf actifs sectoriels pendant la période du 01 janvier 2007 au 31 décembre 2008 (période de la crise). Elles nous permettent de construire des portefeuilles efficients en se basant sur les principes de sélection de portefeuille optimal développés par Markowitz. Nous cherchons par la suite le modèle VaR qui capte mieux la volatilité des rendements de l’indice MASI, dans des conditions aussi bien calme qu’extrême.

CHAPITRE I : Le marché boursier marocain : les différentes étapes de son évolution
Section I : Présentation du marché boursier marocain
I. Aperçu général sur la bourse des valeurs de Casablanca
II. Les principaux indicateurs du marche boursier marocain
Section II : Effet de la crise des subprimes sur la place Casablancaise
I. L'origine de la crise des subprimes
II. Evolution des marchés boursiers internationaux : entre 2006-2008
CHAPITRE II : L’impact de la crise des subprimes sur les rendements de l’indice MASI : Etude d’événement à CT et à LT
Section I : Etude événementielle à court terme de la crise des subprimes
I. Méthodologie d’étude d’événement
II. Application et résultats empiriques
Section II : Etude événementielle à long terme de la crise des subprimes
I. Le calcul de la performance financière à long terme
II. Application et résultats empiriques
CHAPITRE III : La gestion du risque du marché boursier marocain : un essai avec les modèles « Markowitz & VaR »
Section I : Construction d’un portefeuille efficient en période de crise selon l’approche de Markowitz
I. Analyse empirique d’un échantillon des séries boursières
II. Choix de portefeuille efficient a partir des valeurs d’indices sectoriels
Section II : Estimation et backtesting de la VaR des rendements de l’indice MASI en période de crise
I. Propriétés statistiques du MASI
II. Propriétés statistiques des rendements du MASI
Autres documents qui pourraient vous intéresser !
Notre plateforme contient plus de 5000 documents (dont +2500 mémoires et PFE), vous pouvez donc y trouver d'autres documents qui pourraient vous intéresser. Pour effectuer votre recherche cibleé, tapez vos mots clés dans le champ ci-dessous !

Web Hosting
Contact