Logo
Memoires et Projets de fin d'Etudes

Espace Membres

Identifiant :

Mot de passe :

Mot de passe oublié ?

Choix du mode de financements des projets d’investissement chez Ciments du Maroc
accéder au document
Type de document : Mémoire/PFE
Nombre de pages : 89
Format : .Pdf
Taille du fichier : 2.29 MB
Nombre de consultations : 1
Note : note (0 votes)
Extraits et sommaire de ce document
Toute entreprise, dans son cycle de vie, est amenée à réaliser des investissements que ce soit pour augmenter sa capacité de production, conquérir de nouveaux marchés, ou bien pour renouveler son outil de production. Pour optimiser ces projets, il est tout d'abord essentiel de choisir un investissement rentable sur tous les plans. Les études établies par les directions
financières de toute entreprise permettent de déterminer la faisabilité du projet, sa rentabilité, son impact sur la structure financière… Ces études étant faites, l'entreprise s'intéresse ensuite à la sélection de la structure de financement optimale. Cependant l'entreprise n'a pas toujours le choix entre tous les modes existants.
Cette limitation peut être due à plusieurs facteurs dont la conjoncture économique, la situation financière de l'entreprise, sa taille, sa position sur le marché, son secteur d'activité… ces différents éléments laissent à l'entreprise un choix restreint entre les différentes possibilités, choix qui se doit d'être judicieux.
Pour opérer cet arbitrage, il faudra respecter certains critères, les classiques et les dits mathématiques. Mais l'entreprise ne peut s'ajuster à toutes les conditions, elle doit donc choisir celle qui lui paraît la mieux ajustée à son cas particulier.
Ainsi dans notre cas bien précis de Ciments du Maroc (lieu du stage), notre travail sera de déterminer quelles sont tout d'abord les possibilités de financement qui s'offrent à la société pour ensuite opérer le choix du mode le plus adapté et le plus judicieux.
En effet, Ciments du Maroc évolue dans le secteur des BTP qui a connu un développement rapide et soutenu ces dernières années, propulsé par les orientations gouvernementales en matière d'amélioration des infrastructures, de tourisme et de lutte contre l'habitat insalubre.
Ces objectifs gouvernementaux, qui ont donné lieu à une augmentation de la demande en matériaux de construction, ont amené les entreprises du secteur BTP à des orientations stratégiques en matière de normalisation/qualité, et en matière d'infrastructures en vue d'augmenter leur capacité et de satisfaire la demande de plus en plus exigeante et élevée.
Ces contraintes obligeraient certaines entreprises à s'engager dans de nouveaux investissements afin d'accroître leur potentiel de production et de commercialisation. La décision d'investir leur est donc devenu une nécessité, mais elle reste très lourde car elle : engage l'entreprise sur le long terme ; elle est relativement irréversible ; elle repose sur des prévisions qui ont une grande part d'aléas.
Les gestionnaires devront ainsi respecter certaines règles avant de prendre cette décision. Ils devront mettre en compétition plusieurs possibilités, et définir les caractéristiques de chacune, avant d'en choisir une. Pour effectuer ce choix, on se base généralement sur les critères suivants : Délai de récupération ; VAN : Valeur Actuelle Nette ; TIR : Taux Interne de Rentabilité.
Ainsi, dans notre cas, Ciments du Maroc a été contrainte de construire une nouvelle cimenterie près d'Agadir (commune de Chtouka Aït Baha). Cette décision d'investissement n'est pas venue seulement pour s'adapter à l'évolution du secteur, mais a été aussi obligée par l'Etat qui a poussé l'entreprise également à fermer l'usine actuelle qui est située en pleine ville à Agadir. Le choix de cet investissement n'a pas été alors une pure décision financière, mais une décision plutôt « sociale » résultant d'un accord entre Ciments du Maroc et le gouvernement.
Après la décision d'investir, et le choix de l'investissement convenable, l'étape suivante consiste à trouver un moyen de financement adapté. Cette opération ne relève pas du hasard, mais suit un processus bien défini, visant à assurer l'équilibre entre les besoins et les ressources à court, moyen et long terme. Ainsi pour préserver son équilibre financier, l'entreprise doit financer ses besoins à long terme par des ressources stables, restant durablement à la disposition de l'entreprise, les besoins à long terme étant généralement les besoins d'investissement.
Choisir la bonne source de financement suppose d'abord connaître toutes les sources de financement possibles, et les critères de choix entre ces différentes sources. Ainsi dans le premier chapitre de notre mémoire, nous présenterons les différents modes de financements à long terme disponibles pour l'entreprise, en différenciant entre les ressources internes et les ressources externes, et les différents critères de choix entre les modes de financement, qu'ils soient en relation avec la structure financière de l'entreprise, ou avec le coût du financement.
Quant au deuxième chapitre, il contiendra la partie pratique de notre travail. Nous y justifierons le choix et l'élimination de certains modes de financement, et le choix de la méthode d'arbitrage entre les différents modes. Et enfin, nous présenterons les différentes conclusions tirées de ce travail après avoir détaillé les différents calculs engendrés par cette opération.
Mais avant d'entamer cela, nous commencerons notre mémoire par une présentation de la société, et des aléas du secteur qui ont poussé l'entreprise à vouloir augmenter sa capacité de production, ainsi que la présentation de certaines caractéristiques du projet étudié à savoir l'usine à construire.

Chapitre préliminaire : Présentation de Ciments du Maroc et du projet de la cimenterie d'Agadir
Section l : L'entreprise et son secteur d'activité.
I- L’industrie du ciment au Maroc
1. Présentation du secteur cimentier
2. Evolution et perspectives
II- Ciments du Maroc : un pionnier du ciment au Maroc
1. Historique
2. Les métiers du groupe et ses implantations au Maroc
Section 2 : Le projet de la nouvelle cimenterie d'Agadir
I- L’ancienne usine d’Agadir
1. Bref aperçu
2. L'usine d'Agadir et l'environnement
II- Le projet d’une nouvelle cimenterie à AIT BAHA
1. Pourquoi cette nouvelle usine ?
2. Caractéristiques du projet
Chapitre 1 : Modes de financement et modalités de choix
Section l : Les principales sources de financement
I- Le financement interne
1. L'autofinancement
2. Le désinvestissement (cession d'immobilisations)
3. Le crédit-bail adossé (lease-back)
II- Le financement externe
1. Fonds propres
a- L'augmentation de capital
b- Apport en comptes courants d'associés
c- Les primes et subventions diverses
2. Quasi-fonds propres
a- Les titres participatifs
b- Les prêts participatifs
c- Le capital risque
3. Endettement
a- Les emprunts bancaires
b- Les emprunts obligataires
c- Le crédit-bail (leasing)
Section 2 : Modalités d'arbitrage entre les différents modes de financements
I- Les contraintes à respecter dans un problème de financement
1. Les contraintes classiques
a- Règle de l'équilibre financier minimum
b- Règle de l'endettement maximum (ou de l'autonomie financière)
c- Règle de la capacité de remboursement
d- Règle du minimum d'autofinancement
2. Les autres contraintes
II- Choix de financement et différents impacts sur les données comptables et financières de l’entreprise
1. Les critères comptables et financiers
a- La rentabilité financière
b- Le coût
c- Les décaissements réels
d- Les excédents prévisionnels des flux de liquidités imputables
e- La VAN ajustée
f- Les autres critères de choix
2. Impact sur la situation de l'entreprise
a- Incidence sur le résultat
b- Incidence sur la rentabilité comptable des capitaux propres
c- Incidence sur le bénéfice par action.
d- Incidence sur la solvabilité
e- Incidence sur la liquidité
3. Arbitrage entre endettement et capitaux propres et effet de levier
a- Endettement ou Capitaux propres
b- Effet de levier
Chapitre 2 : Etude du projet AIT BAHA
Section l : Les modes de financement possibles
I- Le crédit bancaire
II- Emprunt obligataire : détermination du montant
1. Emprunt obligataire avec remboursement in fine
2. Emprunt obligataire avec remboursement par amortissement constant du capital
3. Emprunt obligataire avec remboursement par annuités constantes
Section 2 : Choix entre crédit bancaire et emprunt obligataire
I- Choix préliminaire
1. Arbitrage entre les différentes modalités du crédit bancaire
2. Choix entre les différentes modalités de l'emprunt obligataire
II- Choix entre les deux modes de financement
1. Choix selon le taux actuariel
2. Comparaison sur la base de la VAN
Ces documents peuvent également vous intéresser !
# Financement bancaire des PME marocaines : Évaluation de la demande de prêt
# Le financement de la PME au Maroc
# Financement des PME au Maroc
# Décision de financement, politique de dividendes et création de la valeur : Essai de modélisation
# Organisation d’une émission obligataire socialement responsable
# Le recours des PME marocaines à l’endettement financier
# Le capital risque au Maroc : Contribution à l’élaboration d’un cadre juridique, fiscal et comptable
# Financement des projets d'aménagement au Maroc
# Gestion fiscale et financement de l’entreprise marocaine : Le cas des PME de la région de Rabat au Maroc
# Les PME au Maroc : Etat des lieux et conditions d’émergence
# Le financement de l’innovation dans la PME marocaine : Apport du capital investissement
# L’apport des marchés de capitaux au financement des PME marocaines
# Financement des sociétés d’import-export chez la BMCE Bank
# Le financement bancaire des PME chez la Banque Populaire Centre Sud
# Politique de financement des projets au sein du groupe OCP
# Le financement de la Mise à niveau de la PME au Maroc
# Financement des Petites et Moyennes Entreprises au Maroc
# Financement de la PME par la Banque Populaire Centre Sud
# Cadre conceptuel du financement des PME-PMI : Besoins et contraintes financières
# Evaluation du financement de la petite et moyenne entreprise au Maroc

Amazon
contact