Logo
Memoires et Projets de fin d'Etudes

Espace Membres

Identifiant :

Mot de passe :

Mot de passe oublié ?

Le management public par la qualité
accéder au document
Type de document : Livre/Manuel
Nombre de pages : 482
Format : .Pdf
Taille du fichier : 362.34 KB
Nombre de consultations : 182
Note : note (0 votes)
Extraits et sommaire de ce document
Le terme est pratiquement inemployé ; la notion même semble inexistante dans la formation de l’encadrement administratif supérieur. La « gestion publique » envahit tout ; le contrôle de gestion, dont l’introduction a été l’oeuvre de la DIRE5 dès la fin des années 1990, a fait une entrée en force sur un mode réduit principalement à la finance et au budget à la suite de la LOLF (Loi organique relative aux lois de finances). Or, si le management inclut bien la gestion, il ne s’y réduit pas. Mesurer la performance administrative est un réflexe sain ; se mettre dans les conditions d’être performant devrait en constituer le préalable, parfois oublié…
Certes, la notion de management public manque encore un peu d’assurance. Le management semble être réservé au monde de l’entreprise et l’introduction dans le secteur public des méthodes qui ont apparemment réussi dans le secteur concurrentiel est encore souvent source de crainte pour de nombreux fonctionnaires.
Pourtant, on peut sans prendre trop de risque avancer l’idée que, dans la mise en oeuvre de moyens humains et matériels en vue de l’atteinte d’objectifs découlant d’une finalité6, il doit bien exister quelques règles génériques qui seraient utiles, efficaces et efficientes, quels que soient ces finalités et ces objectifs : une sorte de tronc commun du management. Ajoutons aussitôt que, si toute activité humaine vise à créer de la valeur, le service public a bien, lui aussi, vocation à créer de la valeur : valeur sociale, culturelle, économique, citoyenne. Cette valeur est créée avec des ressources publiques dont tout fonctionnaire doit se sentir comptable, aujourd’hui plus que jamais7.
Naturellement, au-delà de ces éventuelles règles communes, le service public présente un grand nombre de spécificités sur lesquelles il déjà été beaucoup écrit. Dans l’appropriation par le service public des méthodes qui conduisent le secteur concurrentiel à la performance, il ne faut jamais perdre de vue ces spécificités. On acceptera néanmoins comme une donnée issue de l’observation que, en matière de management, ce sont les théories et les pratiques du secteur privé qui donnent le LA et que l’histoire de la modernisation du secteur public est grandement celle de leur adaptation plus ou moins réussie aux valeurs et aux règles de gestion de la fonction publique.
[…]
Parmi toutes ces théories, écoles et méthodes, il est un mouvement d’idées et de pratiques qui a atteint aujourd’hui une belle maturité : c’est ce que l’on appelle « le mouvement de la qualité ». Nous parcourrons brièvement plus loin son histoire ; pour l’heure contentons-nous d’affirmer que ce mouvement est en mesure de proposer aujourd’hui aux managers publics, une vision, des méthodes et des outils robustes et performants pour rendre leurs actions « efficaces et efficientes », c’est-à-dire pour leur permettre d’atteindre les objectifs fixés de longue date par la « Réforme de l’État ». Au-delà même des outils et méthodes, et c’est là toute sa robustesse, il propose une véritable vision managériale, parfois modeste dans ses approches, mais extrêmement efficace pour faire fructifier l’héritage administratif actuel. Cette affirmation constitue la conclusion de la démonstration qui va être proposée dans ce livre.
[…]
Notre présentation s’articule en deux parties :
– Dans la première, nous allons faire émerger pas à pas les éléments que nous recherchons ; autrement dit nous allons fabriquer la question que nous nous posons quand nous sommes, à quelque niveau que ce soit, en situation de management. Le problème posé est le suivant : on m’a confié un « morceau » d’administration avec des moyens, humains, matériels et financiers, et l’on me demande de produire un « service public ». Comment m’y prendre pour maîtriser cette transformation de moyens en services ? Que dois-je faire et comment ?
– Dans la seconde, nous proposerons à ces questions une approche de réponse parmi d’autres, mais qui a largement fait la preuve de sa robustesse, celle du management dit « par la qualité ». La présentation des deux grandes variétés de management par la qualité, la certification et l’autoévaluation, sera l’occasion de mettre en évidence cette robustesse et leur parfaite adéquation avec l’approche managériale publique d’aujourd’hui. Autrement dit, dans la première partie, nous allons faire la liste des principales pièces du « puzzle » ; dans la seconde nous proposerons une « colle » pour les relier entre elles.
Un dernier mot pour bien préciser l’esprit de cette présentation : nous ne prétendons pas, avec la présentation des avantages de ce mode de management qu’est le « management public par la qualité », proposer une formule magique. Nous ne prétendons pas non plus que les outils du « mouvement de la qualité » sont les seuls utilisables avec profit par un manager public. Nous espérons seulement contribuer à l’amélioration du management public dans les administrations de l’État et des collectivités territoriales.
Enfin, nous serons amenés à citer de nombreux auteurs au cours de notre chemin ; en général, la citation vient conforter une démonstration et sa production vaut acquiescement de notre part. Ce qui ne signifie évidemment pas que nous acquiesçons à tous les écrits de l’auteur cité. Cela va de soi, et encore mieux en le disant !
Ces documents peuvent également vous intéresser !
# Mesure de la performance dans le service public au Maroc : Cas de l ’Office National de l’Electricité
# Le partenariat public privé au Maroc : Cas de l’Office National de l'Eau Potable
# Evaluation de l’expérience e-administration chez la CNSS et propositions de mesures de généralisation
# Gestion du transport urbain dans la ville de Marrakech : De la régie autonome au partenariat public privé
# Le service universel des télécommunications au Maroc : Pour un mode de gestion et de financement concurrentiel
# Système de suivi et évaluation du programme de construction des villages de pêche et de points de débarquement aménagés au Maroc
# Mise en place des outils de mesure et de maitrise de la performance chez les administrations au Maroc : Cas de la Direction Régionale des Impôts El Jadida
# Problématique de l'adéquation poste profil au sein des collectivités locales au Maroc : Cas de l'arrondissement de Sidi Belyout
# Système de contrôle et de prévention de la pollution due aux rejets des eaux usées industrielles dans la ville de Casablanca au Maroc
# Les stratégies de valorisation des domaines portuaires au Maroc : Cas du Port Jorf Lasfar
# Analyse des particularités comptables et d’audit des régies communales de distribution d’eau, d’électricité et d’assainissement au Maroc
# Stratégie de réforme du secteur du transport public urbain au Maroc
# Quelle stratégie pour le développement de la filière oléicole au Maroc : Cas de la Région Tadla-Azilal
# Peut-on externaliser l’activité de la restauration dans les internats et les cantines scolaires au Maroc : Cas de la Province de Khouribga
# L’influence de l'usage des NTIC sur la décision administrative au Maroc
# La problématique de la lutte contre l’habitat insalubre dans la ville de Marrakech
# L’impact du processus de la décentralisation au Maroc sur le rôle des walis et gouverneurs dans la coordination des politiques publiques
# La planification stratégique participative et la problématique du développement de la ville d’Agadir
# L'audit interne des établissements publics en Algérie à la lumière du nouveau management public
# La gestion axée sur les résultats au Maroc : Une lecture critique

Hosting
contact