Logo
Memoires et Projets de fin d'Etudes

Espace Membres

Identifiant :

Mot de passe :

Mot de passe oublié ?

Espace Echanges

Effet de l’investissement en technologies d'information et de communication sur les investissements directs étrangers en Afrique Sub-saharienne
 
accéder au document
• Type de document : Article académique
• Nombre de pages : 19
• Format : .Pdf
• Taille du fichier : 428.71 KB
Extraits et sommaire de ce document
L’avènement de la mondialisation est venu favoriser l’intégration des économies et les distances qui jadis paralysaient les échanges entre Etats sont de plus en plus surmontées (Ngouhouo, 2008). Les acteurs principaux de cette dynamique sont les firmes multinationales (FMN), dont les stratégies et les structures organisationnelles ont changé avec l’exacerbation de la concurrence sur le marché mondial.
Ainsi, les pays de l’Afrique sont ouverts aux autres pays du monde. Les entreprises multinationales cherchent à profiter des nombreux avantages qui découlent de l’ouverture économique des pays tels que la baisse des barrières au commerce, l’accès à une main d’oeuvre bon marché et l’accès aux ressources. A cet effet, l’IDE constitue l’un des principaux outils des FMN à s’implanter dans à l’étranger (Mohamed, 2015).
Depuis lors, dans les années 80, les flux d’investissements directs étrangers (IDE) connaissent un accroissement rapide au niveau international, dépassant ainsi le commerce des biens et des services Mohamed, (2015). En 1980 la valeur des flux nets des investissements directs étrangers est de 25553172 dollars américains en ASS contre 44458535905 dollars en 2014 selon les données de la banque mondiale 2020.
Cet élan des IDE en ASS a permis aux pays de la sous-région de bien participer au processus de la mondialisation (Thaalbi, 2013). Dans un cadre favorable d’action publique, les IDE assurent le développement économique d’un pays. Par ce canal, les IDE permettent d’améliorer la productivité locale, de créer d’emploi, d’opérer le transfert des compétences et technologiques.
Les IDE constituent une source de croissance pour les pays qui en bénéficient (Wang, 2009 ; Ayanwale, 2007; Alaya et al., 2009 ; Madariaga et Poncet, 2002). Les IDE sont considérés comme un catalyseur de la croissance des pays en développement (Dunning 1973; Mainguy, 2004).
Les IDE jouent un rôle important dans la croissance économique dans la mesure où certaines conditions sont respectées dans les pays d’accueil : une amélioration du capital humain et du progrès technique (Blomsrtom et al., 1992 ; Barro et Lee, 1994). Dans la théorie de croissance endogène, le capital, source de croissance est sous plusieurs formes qui sont le capital physique le capital humain et l’innovation.
Vu l’importance des IDE dans la croissance économique, le constat fait depuis 2015 sur l’ASS est que les IDE ont commencé par diminuer de façon progressive jusqu’à 2019 selon les données de la banque mondiale 2020.
Selon CNUCED, (2020) les IDE en ASS ont diminué de 10% entre 2018 et 2019. A l’aune de la mondialisation où l’économie numérique touche tous les secteurs de l’économie, les conditions que doivent remplies les pays d’accueil en matière d’attractivité des IDE n’y figurent les TIC alors que dans beaucoup de secteur d’économie nous savons ces impacts.
A cet effet, sur la croissance économique, les TIC peuvent améliorer la productivité, Ouedraogo, (2012), à l’inclusion financière et à la croissance (Andrianaivo et Kpodar, 2012; Chabossou, 2018). Dans le secteur de l’éducation les TIC ont permis la mise en place de plateformes pour des cours à distance « E-learning » et le « E-santé » dans le secteur sanitaire. Pourquoi ne pas alors profiter des avancés de cette technologie comme un facteur déterminant des IDE ?
En Amérique choi, (2001) a montré que les TIC sont important pour l’attractivité des IDE sur le plan mondial. Les politiques d’attractivité instaurées jusque-là dans la sous-région se sont limitées à la taille et le dynamisme du marché intérieur, la mise en place d’institutions au service des investisseurs, de l’amélioration de l’environnement juridique et de la gouvernance des affaires, du renforcement de la compétitivité de l’appareil productif du pays à travers le lancement des politiques sectorielles, de la stabilisation du cadre macroéconomique, du degré d’intégration à l’économie mondiale, de l’efficacité du système financier, du niveau de développement des infrastructures, de la qualité de la main-d’oeuvre ainsi que la stabilité sociale et politique Mohamed, (2015).
Ces éléments représentent les facteurs essentiels qui attirent les FMN à s’implanter dans les pays en développement. Vu que les pays de l’ASS ont déjà ces politiques d’attractivité dans leurs stratégies de gouvernance, pourquoi alors la baisse de ces flux dans la région ?
L’objectif de ce papier est d’analyser l’effet des investissements TIC sur les IDE en Afrique Sub-Saharienne. L’objectif de ce chapitre est d’analyser ‘effet des investissements TIC sur les IDE en ASS. La suite de notre étude est organisée en trois section : la première aborde la revue de littérature, la deuxième est consacrée à la méthodologie utilisée et la troisième est l’analyse des résultats.
Autres documents qui pourraient vous intéresser !
Notre plateforme contient plus de 5000 documents (dont +2500 mémoires et PFE), vous pouvez donc y trouver d'autres documents qui pourraient vous intéresser. Pour effectuer votre recherche cibleé, tapez vos mots clés dans le champ ci-dessous !

Web Hosting
Contact