Logo
Memoires et Projets de fin d'Etudes

Espace Membres

Identifiant :

Mot de passe :

Mot de passe oublié ?

Espace Echanges

Audit du circuit Achats-Fournisseurs de la société Inter’Act
 
accéder au document
• Type de document : Mémoire/PFE
• Nombre de pages : 123
• Format : .Pdf
• Taille du fichier : 445.51 KB
Extraits et sommaire de ce document
L’audit interne est une fonction en pleine évolution, centrée sur les enjeux majeurs de l’entreprise: la maîtrise des risques, le développement de dispositifs et d’une culture de contrôle et la recherche d’efficacité et de performance. C’est également une fonction indépendante et impartiale à l’intérieur de l’organisation, généralement rattachée à la direction générale et au service de l’ensemble des membres de l’organisation. Enfin, c’est une activité dont la finalité est d’aider l’organisation à atteindre ses objectifs. Elle se caractérise par la mise en œuvre d’une approche méthodique qui débouche sur une prise de position quant à la situation constatée, et des conseils pour améliorer le fonctionnement et la performance de l’organisation. L’audit interne est un acteur majeur du dispositif de maîtrise des risques du contrôle interne et du gouvernement d’entreprise. En ce qui concerne la maîtrise des risques, il a pour vocation de contribuer à l’identification et à l’évaluation des risques auxquels l’entreprise est exposée, à accompagner la mise en place d’un dispositif global de gestion des risques, et à évaluer l’efficacité et la pertinence de ce dispositif, notamment du contrôle interne. Le contrôle interne est un processus mis en œuvre par le conseil d’administration, les dirigeants et le personnel d’une organisation, destiné à fournir une assurance raisonnable quant à la réalisation des objectifs suivants : réalisation et optimisation des opérations ; fiabilité des informations financières ; conformité aux lois et aux réglementations en vigueur. D’où la nécessité de l’appréciation du système de contrôle interne en vue dʹidentifier, dans les zones à risques, les contrôles internes sur lesquels l’auditeur souhaite sʹappuyer afin d’alléger ses propres contrôles. L’étape qui suit et celle de l’obtention des éléments probants suffisants et appropriés pour fonder lʹassurance raisonnable permettant à l’auditeur de formuler son opinion. C’est au niveau de l’appréciation du contrôle interne de la section achats fournisseurs que mon travail trouve son contexte. Ce choix se justifie pour deux raisons bien valables : Parce que la fonction achats est une fonction clé de toute entreprise : la montée en puissance de cette fonction s’est accélérée et ceci dans tous les secteurs économiques. D’une fonction opérationnelle axée principalement sur les approvisionnements, elle est devenue une fonction stratégique dont la maîtrise conditionne les enjeux majeurs de l’entreprise à savoir, sa pérennité, sa compétitivité et son développement. La fonction achats porte un enjeu financier sur le bilan à travers la composante du Besoin en Fonds de Roulement d’exploitation qui est l’encours fournisseurs et une partie des stocks. En effet, le BFR se définit comme la différence entre les ressources d’exploitation (le montant de l’encours fournisseurs, au passif du bilan), moins les emplois d’exploitation (l’encours clients et les stocks, qu’il faut financer, à l’actif du bilan). Le montant ainsi obtenu constitue le montant nécessaire que l’entreprise doit financer à court terme pour garantir la continuité de son exploitation. Le Besoin en Fonds de Roulement d’exploitation mécaniquement, plus le délai de paiement accordé par les fournisseurs est long, plus l’encours fournisseurs est élevé et donc plus importante est la ressource. À l’inverse, plus le volume de stock est élevé, plus l’emploi de liquidités est important, donc plus il faut financer le cycle d’exploitation. Le rôle de la fonction Achats est de contribuer avant tout à l’amélioration de la rentabilité de l’entreprise au travers de la réduction des coûts. Les premiers objectifs les plus cités pour la fonction achats sont : Minimiser les coûts d’acquisition et contribuer à l’amélioration des marges ; Satisfaire les clients internes ; Améliorer la qualité livrée ; Sécuriser les approvisionnements ; Améliorer la flexibilité achats ; Minimiser les délais de livraison fournisseurs ; Minimiser le coût du service achats. Comprendre l’organisation et le positionnement de la fonction achats : En terme d’organisation, nous entendons fonction achats et approvisionnement une fonction capable de fournir un service intégré à l’entreprise depuis l’expression du besoin jusqu’à la livraison aux prescripteurs, en passant par la gestion totale des flux. En effet, nombreux risques sont associés à cette fonction dont le risque de fraude n’est pas le moindre, il est donc impératif que cette fonction dispose d’un système de contrôle interne particulièrement efficace et il appartient à l’audit interne de s’en assurer régulièrement. S’ajoute aussi le risque global de défaillance des fournisseurs, source de risque achats ultime pour l’entreprise .Notre point de vue est que la rupture du cycle de production de l’entreprise acheteuse peut-être considéré comme l’incident ultime et de gravité. Majeure pour celle-ci, car cela peut remettre en cause sa relation avec ses propres clients et par conséquent ses résultats, voire sa survie à terme. Le coût associé est non nul : il s’agira dans le meilleur des cas de changer de fournisseur, de faire face à des problèmes graves de rupture de stock, d’appliquer des pénalités contractuelles qui ne régleront pas le problème, ou bien de se voir appliquer des pénalités par les clients, de faire face à un manque à gagner en terme de chiffre d’affaires, etc.
Quelle problématique ? Depuis ces derniers temps, en ce qui concerne les audits qui ont été faits au niveau des entreprises, on remarquait pour certaines entreprises l'impossibilité de certifier sans réserve, la régularité et la sincérité des comptes de celles-ci. Cette impossibilité s'est constatée par le fait que : les entreprises ne présentent pas des informations fiables ; il y a aussi la non-exhaustivité des enregistrements ; on note l'existence des malversations de biens et l'irrégularité dans l'établissement de documents financiers ; la non régularité et la non sincérité des comptes annuels qui sont produits ; devenue une composante essentielle de la rentabilité de l'entreprise, la fonction achat connaît aujourd'hui un véritable bouleversement alors que c'est la fonction la plus importante au niveau des entreprises ; les opérations d'achats sont peu formalisées, et même parfois la direction générale ne veut savoir ou craigne de regarder en face la situation réelle des achats. Cette fonction n'est ni organisée, ni structurée au niveau des entreprises ce qui constitue la cause des malversations qui persistent dans les organisations. Les entreprises ne font pas suffisamment de séances de formation ou de séminaires au profit des acheteurs. La tendance générale est de négliger voire de n'accorder aucune importance au cycle achat/ fournisseur. De nombreux facteurs comme la concurrence, la politique de réduction des coûts...ont, au cours des dernières années motivé les agents à prendre conscience de l'importance de ce cycle et de sa plus grande efficacité, pour mettre au devant cette fonction pour ne recruter que des acheteurs professionnels. En effet, il n'existe pas une seule procédure d'achat applicable et valable dans toutes les entreprises. Il s'agit de fournir un modèle de démarche typique d'audit qui va respecter l'ordre chronologique des opérations permettant d'assurer une bonne maîtrise et une bonne sécurité de celles-ci. Ainsi, ce mémoire va essayer de confirmer l'idée selon laquelle le cycle achat fournisseur est un cycle trop fragile que si les agents ne prêtent pas attention va conduire l'entreprise dans une situation critique. En effet, en ce qui concerne l'entreprise en question, elle est placée dans un environnement fortement concurrentiel avec des concurrents qui n'encourent pas de charges de structures ; ce qui leur permet d'occuper une place très importante dans le marché avec des prix très compétitifs. On s'interroge dès lors sur les raisons qui peuvent être la cause à tout cela : les dirigeants portent-ils une attention suffisante en termes d'organisation du processus d'achat et de formation du personnel ? Les opérations d'achat sont-elles formalisées ? Ou enfin est-ce le manque d'intégrité du personnel dans l'application des procédures d'achat quand elles existent ?
L’objectif de ce travail est de vérifier à partir de cette analyse si le contrôle interne peut aider l'entreprise à avoir une bonne maîtrise et une bonne organisation des ses activités et en particulier le cycle A / F : La détermination des procédures clés à mettre en place pour remédier aux insuffisances du contrôle interne du cycle achat/ fournisseurs et assurer raisonnablement, de ce fait, la sécurité des transactions, la fiabilité des états financiers. Il s'agira donc de démontrer la méthodologie à suivre et les outils à utiliser pour réunir les conditions de succès lui permettant d'atteindre les objectifs visés. Autrement dit, évaluer le contrôle interne du cycle achat fournisseur afin de s'assurer de sa cohérence, et de proposer éventuellement des recommandations pour mieux sécuriser l'entreprise, la rendre plus performante et plus compétitive. La pertinence du sujet pour l’entreprise en question : Sans un contrôle efficace, il est sûr que les efforts de l'entreprise sont voués à l'échec. Pour rendre les investigations efficientes, il paraît nécessaire de procéder régulièrement à leur évaluation. Dans cette hypothèse, il semble intéressant de s'intéresser à l'évaluation du cycle achat fournisseur puisque les achats ont un coût et les délais accordés par les fournisseurs constituent un levier important pour une bonne gestion de trésorerie et par voie de conséquence pour l'évaluation du cycle précité. Ce sujet serait pertinent : Si elle contribue à améliorer la performance de l'entreprise en lui permettant d'une part de revoir son système de contrôle interne relatif à ce cycle ; et d'autre part de mettre en place les recommandations nécessaires pour qu'elle puisse à l'avenir être compétitive et participer à la maitrise de ses activités. Pour nous, cette étude est enfin opportune pour nous-mêmes en nous permettant de tester nos connaissances acquises au cours de notre formation, de découvrir l'ambiance et l'ampleur de travailler sur un sujet d'audit et on espère bien intégrer un service de ce genre afin d'y apporter notre savoir-faire. Néanmoins, il serait judicieux de signaler que la démarche adoptée pour l’appréciation du contrôle interne de la section achats fournisseurs ne s’éloigne pas beaucoup de celle appliquée pour le reste des sections. Effectivement, la méthodologie et les instruments retenus demeurent inchangés mais en tenant compte des particularités de chaque section. Le mémoire sera présenté en deux parties dont la première sera entièrement consacrée à une présentation théorique de l’audit interne et du contrôle interne. Dans la deuxième partie de ce travail, je me pencherai sur l’aspect pratique en mettant en avant les principaux instruments susceptibles de mener à bien l’appréciation du contrôle interne relatif à la section achats/fournisseurs.

PARTIE I : Cadre conceptuel
Chapitre I : Généralités sur l’audit

Section 1 : Définitions de l’audit
Section 2 : Typologie d’audit
Section 3 : aperçu sur l’audit Interne
Section 4 : les risques d’audit
Chapitre II : Généralités sur Le contrôle Interne
Section 1 : Définitions et objectifs
Section 2 : Les principes du contrôle interne
Section 3 : Composantes du contrôle interne
Section 4 : Limites du Contrôle interne
Chapitre III : Conduite d’une mission d’Audit
Phase de préparation
Phase de réalisation
Phase de synthèse de la mission
Chapitre IV : La démarche d’Audit au sein d’un circuit de gestion
I. Immobilisation
II. Production – stocks
III. Ventes – Clients
IV. Paie – Personnel
V. Trésorerie
VI. Achats - Fournisseurs
CHAPITRE V : Généralités sur la fonction achat/fournisseur
Section 1 : Définition
Section 2 : Missions et objectifs
Section 3 : les étapes d’audit achat/fournisseur
Section 4 : démarche du réviseur dans son évaluation du CI du cycle achat fournisseur
PARTIE 2 : audit du circuit Achats/fournisseurs de la société Inter’Act
Chapitre I : Présentation de l’entreprise d’accueil
Chapitre II : Phase de Préparation de la mission

Section 1 : Prise de connaissance et description du système et procédures du cycle audité
1. Présentation de la société Inter’Act
2. Présentation du circuit audité
3. Description du système relatif à la section Achat/Fournisseur
Section 2 : Identification des zones de risques liés au cycle A/F
Chapitre III : Phase de réalisation de la mission
Section 1 : Vérification de l’existence (test de conformité)
Et évaluation préliminaire de la procédure
Achats/Fournisseur
1. Le questionnaire du contrôle interne
2. La grille de séparation des taches
Section 2 : tableau des forces et de faiblesses
Section 3 : le test de permanence
Section 4 : les feuilles de révélation et d’analyse du problème
CHAPITRE IV : Phase de synthèse et recommandations
1. Rappel des objectifs et paramètres de la mission
2. Rappel de la démarche de la mission
3. Observations et recommandations
Autres documents qui pourraient vous intéresser !
Notre plateforme contient plus de 5000 documents (dont +2500 mémoires et PFE), vous pouvez donc y trouver d'autres documents qui pourraient vous intéresser. Pour effectuer votre recherche cibleé, tapez vos mots clés dans le champ ci-dessous !

Web Hosting
Contact