Logo
Memoires et Projets de fin d'Etudes

Espace Membres

Identifiant :

Mot de passe :

Mot de passe oublié ?

Cadre international d’appréhension des risques bancaires
accéder au document
Type de document : Extrait de mémoire
Nombre de pages : 98
Format : .Pdf
Taille du fichier : 484.79 KB
Note : note (0 votes)
Extraits et sommaire de ce document
1) Réglementation Bâle I :
L’accord « Bâle I » (également connu sous le nom « Accord de Bâle de 1988 ») est un ensemble de recommandations formulées par le Comité de Bâle, qui rassemblent les banquiers centraux des pays du G-10 sous l'égide de la Banque des règlements internationaux, à Bâle.
Ces recommandations ont pour objectif d’assurer la stabilité du système bancaire international, à travers la fixation d’une limite minimale des fonds propres des banques. Cet objectif a été réalisé en mettant en place un ratio appelé « Ratio Cooke » pour presque tous les pays de l'OCDE en 1992.
Ce dernier exige que le ratio des fonds propres réglementaires d’un établissement de crédit rapporté à l’ensemble de ses engagements de crédit ne soit pas inférieur à 8% : Le Ratio Tier One : [Fonds Propres / (Risque Crédit + Risque Marché)] > Ou = 8%.
La pondération ne considère pas suffisamment de différenciation, et de ce fait ne rendre pas compte de toute la complexité effective du risque crédit. Ce qui permet aux banques de prendre avantage de ce manque de discrimination pour monter des opérations d'arbitrage prudentiel.
Pendant les années 1990, un nouveau phénomène a vue le jour : il s’agit des risques « hors bilan » Ceux-ci furent traités dans des recommandations additionnelles et intégrées dans l'accord vers 1996 et qui imposaient un ratio de fonds propres distinct pour la somme des engagements hors-bilan. L’accord Bâle I se concentre beaucoup plus sur le risque crédit des banques, et ignore de ce fait leur risque opérationnel.
En conséquence, le comité de Bâle a réformé les exigences prudentielles publiées en juin 2004 l’accord Bâle II (appliqué au Maroc en 2007, il est en cours de transposition dans les législations et règlements bancaires). Dans la directive européenne, la réflexion chiffrée prend les considérations suivantes :
• Fond propres : 50% du total requis pour couvrir le risque de crédit de l'établissement.
• Fonds propres complémentaires : Soit la totalité des 50% qui reste ; Soit un minimum de 2/7 des fonds propres requis pour couvrir les risques de marché, le reste pouvant être assuré par des fonds propres complémentaires et sur complémentaires.
2) Améliorations apportées par la Réglementation Bâle II :
Elaboré par le comité de Bâle sur le contrôle bancaire, le règlement Appelé « Bâle II » vise à améliorer la stabilité du système financier en tant que composante de l’infrastructure publique.
Les mesures prévues par ce nouveau règlement comportent trois volets : les dispositions relatives à la couverture par des fonds propres, les procédures de surveillance de l’Etat et le renforcement de la discipline du marché. Par comparaison à l’accord de 1988, le nouvel accord est destiné à établir des approches à la fois plus exhaustives et plus différenciées en fonction du risque tout en préservant le niveau global de fonds propres réglementaires.
La figure ci-dessous compare le nouvel accord avec l’ancien. La définition des fonds propres et le ratio restent le même. Cependant, la manière de calculer et l’exigence pour le risque de marché ont peu changés par apport à Bâle I. les changements ont concerné essentiellement le risque de crédit et le risque opérationnel.
Ces documents peuvent également vous intéresser !
# La solvabilité basée sur les risques : Application à un produit d’assurance vie chez Axa Assurance Maroc
# La gestion des risques au sein des entreprises : Une démarche prospective
# La gestion du risque des taux d’intérêt et de change
# La gestion du risque de crédit, un enjeu majeur pour les banques
# La gestion du risque lié aux crédits aux entreprises chez les banques marocaines : Cas de la Société Générale Maroc
# La gestion des risques portés par le client en banque et assurance
# La gestion du risque clients dans les petites et moyennes entreprises industrielles françaises
# Gestion des risques bancaires au Maroc : Diagnostic et difficultés de mise en oeuvre
# L’analyse du risque crédit chez Attijariwafa Bank
# Identification du risque opérationnel et apprentissage organisationnel chez un établissement de crédit : Cas du groupe Société Générale
# Audit des risques liés à la prestation de la pension d’invalidité chez la CNSS
# La gestion du risque bancaire au Maroc : Cas de la Banque Populaire
# Etude Financière et appréciation du risque de non-remboursement chez la Banque Populaire
# Analyse de la gestion du risque client chez Marsa Maroc
# La gestion du risque client chez la Banque Populaire
# La gestion des risques de paiement liés au financement à l’exportation chez Namar Négoce International
# La gestion du risque opérationnel au sein de la Banque Populaire
# La gestion des risques liés aux crédits bancaires au sein du Crédit Agricole
# Analyse de la procédure d’appréciation du risque de crédit chez la Banque Populaire
# La gestion du risque client par application d’un modèle prévisionnel de défaillance chez GPC Carton

Contact
Contact